Faillite de la Silicon Valley Bank : « Les banques françaises ne sont exposées à aucun risque », rassure la Première ministre

Faillite de la Silicon Valley Bank : « Les banques françaises ne sont exposées à aucun risque », rassure la Première ministre

La Première ministre tient à rassurer sur une potentielle crise du système bancaire en France. Interrogée lors des questions au gouvernement par le sénateur Jean-Claude Requier sur la faillite de la Silicon Valley Bank, Elisabeth Borne assure qu’il n’y a pas de risque pour les banques françaises. Elle s’est aussi exprimée sur la chute en bourse du Crédit Suisse, un problème qui doit être « réglé par les autorités suisses ».
Stephane Duguet

Temps de lecture :

4 min

Publié le

Mis à jour le

Le secteur bancaire mondial est fiévreux. Depuis la faillite de la Silicon Valley Bank (SVB), fermée par les autorités américaines le vendredi 10 mars, la question d’une contagion aux banques européennes se pose jusqu’au Sénat. Lors de la séance de questions au gouvernement de ce mercredi 15 mars, le président du groupe Rassemblement Démocratique et Social Européen (RDSE) Jean-Claude Requier a interpellé la Première ministre à ce sujet, soulignant que « les déboires de la SVB nous renvoient à la crise financière de 2008 ».

 

Le sénateur a également rappelé les messages rassurants des autorités « que ce soit à Bruxelles, par la voix des ministres des Finances de la zone euro ou par celle de Joe Biden aux Etats-Unis, les commentaires se sont multipliés pour affirmer que l’on doit garder confiance. » Conforme à ceux-là, Elisabeth Borne estime que « la situation est très différente de celle que nous avons connue en 2008 », balayant toute menace en France. « Les banques françaises ne sont exposées à aucun risque à la suite de la faillite de la SVB », affirme-t-elle.

 

« Les banques françaises respectent des exigences de fonds propres parmi les plus fortes au monde », explique Elisabeth Borne

 

La cheffe du gouvernement établit le diagnostic de la faillite de la SVB : « Une exposition au seul secteur de la technologie, une capitalisation insuffisante et un manque de fonds propres, une supervision défaillante. » À en croire Elisabeth Borne, dans l’hexagone, c’est tout le contraire puisque les banques françaises « respectent des exigences de fonds propres et de liquidité parmi les plus fortes au monde, elles sont soumises à une supervision européenne et ont des activités diversifiées. »

 

Après la faillite de la banque californienne, c’est au tour du Crédit Suisse d’inquiéter les banques européennes. Le prix de l’action de cette banque parmi les plus grandes de la confédération helvétique avait chuté de 30 % à la mi-journée de ce mercredi. Une baisse qui fait suite à la déclaration du président de la banque centrale saoudienne, actionnaire du Crédit Suisse qui exclut d’investir plus de liquidités dans la banque. « Ces difficultés sont connues de longue date, je tiens à rappeler que le Crédit Suisse n’appartient pas à la zone euro, elle n’est pas soumise à la supervision bancaire européenne », réagit Elisabeth Borne.

 

« En économie, la confiance se perd en litre », prévient le sénateur Jean-Claude Requier

 

Malgré le message rassurant, certaines banques françaises ne s’en sortent pas indemnes. La valeur en bourse de la BNP Paribas a diminué de 10,92 % et celle de la Société générale de 12,97 %. « Le ministre des Finances aura un contact avec son homologue suisse dans les prochaines heures. Ce sujet est du ressort des autorités suisses et doit être réglé par elles », affirme La Première ministre.

 

Le sénateur du Lot Jean-Claude Requier l’avait aussi interrogé sur une potentielle hausse des taux d’intérêt au niveau européen. La question reste pour le moment sans réponse. En guise de conclusion de l’intervention de la Première ministre, le président du groupe RDSE a versé dans la métaphore : « Hier le covid, aujourd’hui la guerre en Ukraine, j’espère que demain, nous n’aurons pas une crise financière. En économie comme ailleurs, la confiance ne se décrète pas, elle se perd en litres, mais ne se gagne qu’en gouttes ! »

 

Dans la même thématique

Faillite de la Silicon Valley Bank : « Les banques françaises ne sont exposées à aucun risque », rassure la Première ministre
5min

Politique

Européennes : « Le débat Attal-Bardella a permis de mettre à jour l’incurie du RN », selon Valérie Hayer

« Ce débat permet aux Français de s’impliquer et de prendre conscience davantage des enjeux », estime la tête de liste de la majorité présidentielle aux européennes, au lendemain du débat qui a opposé le premier ministre à la tête de liste RN. Si elle reconnaît avoir « peut-être moins de talent, entre guillemets, que lui, sur les plateaux télés », Valérie Hayer affirme que Jordan Bardella n’a « jamais bossé au Parlement européen, il ne sait même pas ce qu’est un amendement ».

Le

PARIS: MEDEF, Audition des principales tetes de liste aux prochaines elections europeennes
10min

Politique

Européennes 2024 : les « planètes » sont-elles alignées pour permettre à Raphaël Glucksmann de « doubler » Valérie Hayer ?

Alors que les sondages montrent de plus en plus la liste PS/Place Publique de Raphaël Glucksmann au coude-à-coude avec celle de la majorité présidentielle de Valérie Hayer, la question d’un croisement des courbes n’a jamais semblé aussi brûlante. Si l’optimisme reste de mise dans le camp Macron, « on peut se réveiller le 9 juin avec une énorme surprise », alertent certains. Du côté du PS, « on fait tout pour » reléguer les macronistes à la troisième place.

Le