“Fainéants”: “Il y a forcément une part de mépris”, juge Faure

“Fainéants”: “Il y a forcément une part de mépris”, juge Faure

Le président des députés Nouvelle gauche Olivier Faure (PS) a jugé lundi que, "qui qu'il ait visé, il y a forcément une part de...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Le président des députés Nouvelle gauche Olivier Faure (PS) a jugé lundi que, "qui qu'il ait visé, il y a forcément une part de mépris" dans les propos d'Emmanuel Macron vendredi à Athènes, où il avait évoqué des "fainéants" s'opposant à sa politique de réformes

"Qui qu'il ait visé, il y a forcément une part de mépris et ce n'est pas nouveau chez Emmanuel Macron (...) On se souvient qu'il a une difficulté à ne pas afficher à certains moments son agacement et son mépris pour une partie de la population", a déclaré Olivier Faure sur LCP.

"Et donc, ce peuple qui l'a choisi, il ferait bien de le choisir lui aussi et donc de comprendre que son rôle n'est pas de défier, mais au contraire de fédérer des Français qui ont cherché à travers son élection à en faire celui qui pouvait emmener le pays vers son avenir", a-t-il poursuivi.

"Qui qu'il ait visé, qu'il s'agisse des Français qu'il considère comme des fainéants ou qu'il s'agisse des prédécesseurs, dans les deux cas il se méprend", a jugé le député. "Sur les Français, il se méprend parce que les Français ont fait beaucoup d'efforts (...) S'il s'agit du gouvernement précédent, il faut rappeler quand même qu'il en était lui-même un membre illustre dans la précédente législature et donc je ne suis pas sûr qu'il ne se soit pas accusé lui-même".

Emmanuel Macron avait déclaré vendredi à Athènes: "Je ne céderai rien, ni aux fainéants, ni aux cyniques, ni aux extrêmes", sans évoquer de cibles spécifiques. Le chef de l'Etat a déclaré lundi à Toulouse qu'il ne regrettait "absolument pas" d'avoir prononcé le mot "fainéants", malgré la polémique que ce terme a déclenchée.

Il a précisé que le mot "fainéants" visait "tous celles et ceux qui pensent qu'on ne doit pas bouger en Europe et en France".

Dans la même thématique

Migration Europe
6min

Politique

Pacte européen asile et migration : qu'ont voté les eurodéputés français ?

Soutenu par les sociaux-démocrates et la droite européenne, le pacte asile et migration a été adopté au Parlement européen. Mais, contrairement à leurs collègues des autres États membres, Raphaël Glucksmann et François-Xavier Bellamy – têtes de liste socialiste et Les Républicains – se sont opposés au texte.

Le

Paris: weekly session of questions to the government at the Senate
3min

Politique

RIP sur l’immigration : pour Bruno Retailleau, le Conseil constitutionnel « outrepasse son rôle »

Les Républicains s’en prennent une nouvelle fois au Conseil constitutionnel après avoir vu leur proposition de référendum d’initiative partagée (RIP) sur l’immigration invalidée par les Sages. « Un nouveau tournant » pour le patron de la droite sénatoriale qui avait déjà eu des mots assez durs à l’égard de la plus haute juridiction lors de la large censure de la loi immigration.

Le

Paris: The political party LR Les Republicains organized an economic evening
4min

Politique

RIP sur l’immigration : le Conseil constitutionnel rejette la demande des LR

Les Républicains avaient recueilli le nombre de signatures de parlementaires nécessaires pour lancer un référendum d’initiative partagée sur l’immigration. Leur proposition de loi référendaire visant à conditionner certaines prestations sociales aux étrangers en situation régulière a été jugée non conforme à la Constitution par le Conseil Constitutionnel.

Le