“Fainéants”: Macron “parle cash” affirme Gilles Le Gendre

“Fainéants”: Macron “parle cash” affirme Gilles Le Gendre

Gilles Le Gendre, vice-président du groupe REM à l'Assemblée nationale, a exclu mercredi qu'Emmanuel Macron ait pu faire preuve...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Gilles Le Gendre, vice-président du groupe REM à l'Assemblée nationale, a exclu mercredi qu'Emmanuel Macron ait pu faire preuve de "mépris social" en prononçant le terme de "fainéants", expliquant que le président "parle cash" et qu'il va falloir s'y habituer.

"Le mépris social, je l’exclus absolument", a déclaré M. Le Gendre, interrogé par RFI sur la déclaration polémique d'Emmanuel Macron sur les "fainéants" qui s'opposeraient aux réformes du gouvernement.

"S’il y a un homme respectueux des individus, c’est bien lui", a assuré le député. "Simplement, il faut le prendre tel qu’il est, il parle cash et, pendant cinq ans, il va falloir s’habituer à ce que le président de la République ne soit ni dans le politiquement correct, ni dans les faux semblants. Il parle cash".

"Qui visait-il en parlant des fainéants ? Certainement pas les syndicalistes, certainement pas les travailleurs, certainement pas un groupe social identifié", a encore estimé M. Le Gendre, fustigeant "une culture de l’inefficacité publique" en France "depuis 25 ans".

"La fainéantise de l’action publique est quelque chose que nous devons combattre avec la dernière énergie et si, pour le faire, il faut déplacer un certain nombre de vaches sacrées, nous le ferons", a-t-il affirmé.

Dans la même thématique

Migration Europe
6min

Politique

Pacte européen asile et migration : qu'ont voté les eurodéputés français ?

Soutenu par les sociaux-démocrates et la droite européenne, le pacte asile et migration a été adopté au Parlement européen. Mais, contrairement à leurs collègues des autres États membres, Raphaël Glucksmann et François-Xavier Bellamy – têtes de liste socialiste et Les Républicains – se sont opposés au texte.

Le

Paris: weekly session of questions to the government at the Senate
3min

Politique

RIP sur l’immigration : pour Bruno Retailleau, le Conseil constitutionnel « outrepasse son rôle »

Les Républicains s’en prennent une nouvelle fois au Conseil constitutionnel après avoir vu leur proposition de référendum d’initiative partagée (RIP) sur l’immigration invalidée par les Sages. « Un nouveau tournant » pour le patron de la droite sénatoriale qui avait déjà eu des mots assez durs à l’égard de la plus haute juridiction lors de la large censure de la loi immigration.

Le