Féminicide de Mérignac : « Est-ce que le ministre de l’Intérieur a les noms des policiers auteurs de violences contre les femmes ? » interroge Laurence Rossignol

Féminicide de Mérignac : « Est-ce que le ministre de l’Intérieur a les noms des policiers auteurs de violences contre les femmes ? » interroge Laurence Rossignol

Le policier qui a enregistré mi-mars la plainte de Chahinez Daoud, brûlée vivante par son mari violent, était lui-même connu de la justice pour violences conjugales. Une situation dont la hiérarchie était informée, selon des révélations du Canard Enchaîné confirmées par le parquet. Les sénatrices Laurence Rossignol et Annick Billon interpellent Gérald Darmanin.
Public Sénat

Par Steve Jourdin

Temps de lecture :

4 min

Publié le

« Aucune surprise », pour Laurence Rossignol. Le fait que le policier qui avait recueilli la plainte de Chahinez Daoud venait d’être condamné pour violences intrafamiliales n’étonne pas l’ancienne ministre des Droits des femmes. « Les révélations du Canard témoignent de ce qui est pour moi une évidence : il y a le même pourcentage d’hommes violents dans la police que dans le reste de la population et dans d’autres professions. C’est un phénomène qui existe dans tous les milieux sociaux. Aucun métier n’est épargné. Ce qui est vrai cependant, c’est que dans la police, l’omerta est plus forte que dans d’autres professions. »

 

Un rapport d’enquête « édulcoré »

 

Chahinez Daoud, 31 ans, mère de trois enfants, est morte le 4 mai, après avoir été blessée par balles par son mari violent récidiviste dont elle était séparée, qui l’avait ensuite immolée par le feu dans la rue. Le drame avait suscité une vague dindignations. En réaction, le gouvernement avait lancé une mission conjointe de l’inspection générale de l’administration et de l’inspection générale de la justice. Objectif ? Faire toute la lumière sur les circonstances du crime.

Problème : dans le rapport remis le 10 juin à Jean Castex, la situation judiciaire du policier ayant recueilli la plainte de Chahinez Daoud, n’est pas mentionnée. Le tribunal correctionnel de Bordeaux lavait pourtant condamné le 10 février à 8 mois de prison avec sursis pour violences conjugales. « C’est absolument révoltant. Une mission d’enquête est diligentée par le gouvernement, et l’enquête ne fait pas apparaître ce fait gravissime et capital. L’exécutif prétend que la cause des femmes est la grande cause du quinquennat, comment peut-on en arriver à un tel niveau d’amateurisme ? » fulmine la centriste Annick Billon, présidente de la délégation aux droits des femmes du Sénat.

Laurence Rossignol (PS) pointe du doigt la responsabilité de la hiérarchie policière. « Il y a une double défaillance dans cette affaire. Il y a d’abord défaillance de l’institution policière, qui place au recueil des plaintes un auteur de violences conjugales. Ce n’est pas normal. Il y a ensuite la défaillance du rapport de l’inspection, qui édulcore le fait que le policier en question avait été condamné pour violences intrafamiliales. »

 

Un deuxième rapport demandé par Gérald Darmanin

 

Ce jeudi 22 juillet, en réaction aux révélations du Canard enchaîné, Gérald Darmanin a indiqué qu’un deuxième rapport d’inspection sur le drame de Mérignac « sera transmis la semaine prochaine au Premier ministre ». Le ministre de l’Intérieur a aussi précisé que des sanctions seront prises, notamment si des « fonctionnaires de police ont menti ou n’ont pas tout dit à l’inspection générale ».

Une réponse insuffisante pour Laurence Rossignol, qui demande à Gérald Darmanin un état des lieux complet sur le sujet. « Est-ce que le ministre de l’Intérieur a les noms des fonctionnaires auteurs de violences faites aux femmes ? Et s’il les a, comment ces fonctionnaires sont-ils traités par la hiérarchie ? ». La sénatrice socialiste de l’Oise souhaite que cet inventaire porte non seulement sur les policiers condamnés par la justice, mais aussi sur les agents « signalés » pour de tels faits à leur hiérarchie.

Une demande partagée par Annick Billon (UC). « Nous avons créé des fichiers pour moins que ça. Toutes les personnes qui sont là pour nous protéger doivent être irréprochables dans la vie de tous les jours. Comment imaginer qu’un agresseur d’enfants puisse recueillir la plainte d’un mineur violé ? La même chose doit s’appliquer aux cas de violences conjugales. ». La présidente de la délégation aux droits des femmes du Sénat réitère son appel à la mise en place dans chaque commissariat d’un « référent » spécialisé, chargé de recueillir les plaintes pour violences intrafamiliales. Autre proposition de la délégation, la création dun parquet spécialisé dans le traitement des faits de violences conjugales, à l’image de ce qui existe en matière antiterroriste, est pour l’heure fermement rejetée par le gouvernement.

Dans la même thématique

Paris: Lucie Castets
7min

Politique

« Exigeante », « politique », « âpre négociatrice » : le profil de Lucie Castets par les sénateurs qui l’ont côtoyée

Cette haute fonctionnaire de 37 ans, issue de la société civile et très marquée à gauche, a été choisie par le Nouveau Front populaire comme candidate au poste de Première ministre. Au Sénat, plusieurs élus ont été amenés à travailler avec elle à la mairie de Paris. Ils saluent ses aptitudes, et l’appellent désormais à engager une « bataille de l’opinion » pour pousser Emmanuel Macron à la nommer à Matignon.

Le

Paris Olympics
6min

Politique

Candidature du NFP à Matignon : Emmanuel Macron « botte en touche en disant qu’on va d’abord s’occuper des JO »

Mardi 23 juillet, Emmanuel Macron a donné sa première longue interview télévisée depuis la dissolution et les législatives. L’occasion pour le président de la République de livrer son analyse du scrutin, de temporiser et de refuser net la candidate du Nouveau Front populaire pour Matignon. Analyse de cette prestation avec l’expert en communication Philippe Moreau-Chevrolet.

Le

Emmanuel Macron interview sur France TV
4min

Politique

Emmanuel Macron est-il contraint de nommer Lucie Castets Première ministre ?

Hier, le Nouveau Front populaire s’est accordé sur le nom de Lucie Castets comme candidate au poste de Première ministre. Emmanuel Macron a balayé cette candidature considérant que cela n’était « pas le sujet ». Ce matin, Lucie Castets a demandé au Président de la République « de prendre ses responsabilités et de la nommer Première ministre ». Si constitutionnellement rien ne le contraint à nommer un Premier ministre, la décision du chef de l’Etat réside dans le choix « qui lui semble le plus à même de résister à une motion de censure », selon Bastien François, professeur de sciences politiques à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Le