Ferrand choisi par les députés LREM : « C’est la récompense de la confiance », estime Patriat

Ferrand choisi par les députés LREM : « C’est la récompense de la confiance », estime Patriat

Le président du groupe La République en marche au Sénat salue le choix de Richard Ferrand, par les députés LREM, comme candidat à la présidence de l’Assemblée nationale.
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

La Macronie cherche à resserrer les rangs depuis Tours, où elle organise ses journées parlementaires. Malgré le retrait de Yaël Braun-Pivet dans la course à la présidence de l’Assemblée nationale, le patron des sénateurs La République en marche (LREM), François Patriat, l’assure : le choix de Richard Ferrand, son alter ego au palais Bourbon, s’est fait « réellement » sans « aucune consigne ».

Le député du Finistère, fidèle du président de la République et marcheur de la première heure, a été investi dès le premier tour, par les députés LREM, comme candidat à la présidence de l’Assemblée, avec 64,3% des voix, face à trois autres candidats. « Le score très large qu’il a eu, c’est le score de la récompense de la confiance », estime François Patriat.

Le sénateur de la Côte-d’Or voit dans l’ancien ministre le profil idéal pour tenir l’Assemblée, au vu de son expérience de président de groupe. « Il a su mener cette année de réformes avec à la fois beaucoup de responsabilité, d’autorité mais aussi de souplesse », explique au micro de Public Sénat François Patriat.

Le sénateur déclare qu’il s’est aussi illustré dans un « mois de juillet au peu difficile », au moment du vote sur les motions déposées par les oppositions. « Il a montré qu’il pouvait très bien rendre l’esprit de LREM et en même temps parler aux députés. »

L’élection du président de l’Assemblée nationale aura lieu mercredi après-midi dans l’hémicycle.

Dans la même thématique

Paris: Yael Braun-Pivet reelected National Assembly presiden
6min

Politique

Yaël Braun-Pivet réélue au perchoir : « Il faut que tout change pour que rien ne change », observent les sénateurs

Malgré un revers électoral aux dernières législatives, la candidate de la majorité sortante, Yaël Braun-Pivet a été réélue à la présidence de l’Assemblée nationale. Au Sénat, la gauche évoque « un hold-up démocratique ». Chez les LR et les centristes, c’est le soulagement de ne pas voir un membre du Nouveau Front Populaire qui domine.

Le