Ferrand, proche de Macron: “Nous sommes en train de réussir”

Ferrand, proche de Macron: “Nous sommes en train de réussir”

Richard Ferrand, député PS du Finistère et secrétaire général du mouvement En Marche!, a estimé jeudi qu'Emmanuel Macron était en...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Richard Ferrand, député PS du Finistère et secrétaire général du mouvement En Marche!, a estimé jeudi qu'Emmanuel Macron était en train de réussir son "pari" de rassemblement, ce qui rend ses adversaires "un peu hargneux".

"En vérité, nous sommes en train de réussir notre pari qui est de rassembler des gens qui viennent de la droite, qui viennent de la gauche et qui viennent du centre", a déclaré M. Ferrand sur LCI.

"Evidemment tous ceux qui avaient la vie facile en disant +au fond la droite c'est moi, la gauche c'est toi+, tous ceux-là sentent bien que le sol se dérobe sous leurs pieds et ça les rend un peu hargneux", a-t-il poursuivi.

M. Ferrand s'est félicité des ralliements à Emmanuel Macron: "On nous a tellement détestés et tellement vilipendés que l'on est content qu'ils soient de plus en plus nombreux à nous aimer. On ne doit pas être bégueules".

Un soutien de François Hollande serait-il bienvenu ? "Je ne suis pas au courant du fait que le président de la République prendrait position", a-t-il répondu.

"Nous voulons rassembler, donc nous n'allons pas commencer à être désagréables avec celles et ceux qui voudraient vouloir venir nous soutenir", a-t-il ajouté. "Simplement il faut être très clair, nous avons notre cap, nous avons notre projet, donc venir nous soutenir ce n'est pas infléchir notre projet et venir nous soutenir ce n'est pas avoir droit à quoi que ce soit et même une investiture".

Dans la même thématique

Ferrand, proche de Macron: “Nous sommes en train de réussir”
6min

Politique

Attal présente son programme et renvoie dos à dos « Nupes » et RN : « Le 30 juin, j’aimerais que les Français me choisissent » 

Ce jeudi 20 juin, le Premier ministre a dévoilé une série de mesures sur le pouvoir d’achat, le travail, la transition écologique ou encore la justice des mineurs, qui seront portées par les candidats de la majorité aux législatives anticipées. Gabriel Attal n’a pas hésité à personnaliser le scrutin, appelant les Français à « le choisir » dès le premier tour.

Le