Filippetti craint une prolongation «indéfinie» de l’état d’urgence

Filippetti craint une prolongation «indéfinie» de l’état d’urgence

La députée explique ne pas avoir voulu donner un signe de division en votant contre - elle s'est de son côté abstenue -, même si elle estime que cette prolongation « n’est pas une bonne chose ».
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Invitée de Territoires d’Infos sur Public Sénat et Sud Radio, la députée socialiste de Moselle Aurélie Filipetti annonce s’être abstenue lors du vote sur la prorogation de l’état d’urgence hier à l’Assemblée nationale. Les députés ont  majoritairement voté pour son extension jusqu’au 15 juillet prochain.

« Je considère que ce n’est pas une bonne chose de le prolonger indéfiniment, mais en même temps je n’allais pas voter contre parce que je ne voulais pas donner un message de division » a-t-elle expliqué.

Un état d’exception dont il est difficile de sortir « pour des raisons politiques », et qui risque selon elle d’être encore prolongé au-delà du 15 juillet 2017. « Ce qui est très grave, c’est qu’il y aura une nouvelle majorité qui sera élue en juin, et il sera encore difficile d’en sortir à ce moment-là. Donc on va prolonger indéfiniment l’état d’urgence ».

« On va s’installer dans un régime qui doit être un régime d’exception, mais on l’installe dans la durée, et cela est dangereux pour les libertés publiques ».

Soutien et compagne d’Arnaud Montebourg, Aurélie Filippetti est favorable à un ticket entre ce dernier et Benoît Hamon pour le second tour de la primaire de la gauche. « Il y a une convergence des idées, et on sait très bien qu’il y aura un rassemblement qui sera naturel entre Benoît Hamon et Arnaud Montebourg » affirme-t-elle.

Alors que le Canard enchaîné révèle ce matin que Vincent Peillon, candidat « de l’éthique », doit régler la somme de 19 500 euros au Parti socialiste, Aurélie Filippetti « ne veut pas distribuer les bons ou mauvais points », mais estime que le député européen devra rembourser cette dette s’il veut participer à la primaire. « Il y a des règles. S’il ne règle pas ses arriérés, il ne pourra pas se présenter. Il faut que les règles s’appliquent pour tout le monde » explique-t-elle.

Primaire de Gauche - "Si Vincent Peillon ne règle pas ses arriérés, il ne pourra pas se présenter" : Aurélie Filippetti
00:34

Dans la même thématique

PARIS: MEDEF, Audition des principales tetes de liste aux prochaines elections europeennes
10min

Politique

Européennes 2024 : les « planètes » sont-elles alignées pour permettre à Raphaël Glucksmann de « doubler » Valérie Hayer ?

Alors que les sondages montrent de plus en plus la liste PS/Place Publique de Raphaël Glucksmann au coude-à-coude avec celle de la majorité présidentielle de Valérie Hayer, la question d’un croisement des courbes n’a jamais semblé aussi brûlante. Si l’optimisme reste de mise dans le camp Macron, « on peut se réveiller le 9 juin avec une énorme surprise », alertent certains. Du côté du PS, « on fait tout pour » reléguer les macronistes à la troisième place.

Le

New Caledonia: Emmanuel Macron visit
6min

Politique

Nouvelle-Calédonie : « Parler aujourd’hui de l’organisation d’un nouveau référendum est totalement prématuré », selon Georges Naturel, sénateur de Nouvelle-Calédonie

Alors que le Président de la République a atterri, il y a seulement quelques heures sur le sol calédonien, Public Sénat a pu contacter Georges Naturel, sénateur LR de Nouvelle Calédonie, se trouvant sur place. S’il regrette que cette visite intervienne « si tard », il salue la « bonne » intention pour restaurer un climat d’apaisement sur le « caillou ». Entretien.

Le