Filippetti: la tribune de Valls, une “peau de banane”

Filippetti: la tribune de Valls, une “peau de banane”

Aurélie Filippetti, porte-parole de Benoît Hamon, a balayé dimanche d'un revers de main la tribune de Manuel Valls dans le JDD,...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Aurélie Filippetti, porte-parole de Benoît Hamon, a balayé dimanche d'un revers de main la tribune de Manuel Valls dans le JDD, une "peau de banane" qui "n'entravera pas" la campagne du candidat PS à l'élection présidentielle.

Interrogé sur le manque de soutient de ténors socialistes à Benoît Hamon, qui tient un meeting important dimanche à Bercy, elle a rétorqué que "si c'est pour avoir des rangées d'éléphants socialistes, alignés, qui viennent s'afficher sur la photo, il vaut mieux qu'ils ne soient pas là".

"Ceux qui boudent, qu'ils restent dans leur bouderie, nous on est sur le terrain, on ne se résigne pas à la disparation de la gauche dans cette présidentielle", a ajouté la députée de Moselle.

"Cette ligne libérale (incarnée selon elle par M. Valls), elle est sortie par la porte des primaires, elle veut maintenant rentrer par la fenêtre", a ironisé Mme Filippetti, qui ne demande cependant pas de sanction à l'égard de ceux qui ne veulent pas soutenir la campagne de M. Hamon.

A propos de la tribune de M. Valls, dans laquelle il éreinte le programme de M. Hamon, accusé de faire monter le FN, Mme Filippetti estime que "ce qui fait le lit du FN, c'est quand on ne respecte pas des engagements pris dans une campagne présidentielle ou pris dans une campagne de la primaire". "Ca discrédite la politique, c'est ça qui fait le jeu du FN", a-t-elle dénoncé.

Cette tribune de l'ancien Premier ministre, "c'est une peau de banane mais je ne pense pas que ça suffise à entraver la campagne de Benoît Hamon", relativise-t-elle. "La réalité est que le suffrage s'est exprimé massivement en faveur de Benoît Hamon", martèle l'ancienne ministre de la Culture.

Dans la même thématique

Paris: Lucie Castets
7min

Politique

« Exigeante », « politique », « âpre négociatrice » : le profil de Lucie Castets par les sénateurs qui l’ont côtoyée

Cette haute fonctionnaire de 37 ans, issue de la société civile et très marquée à gauche, a été choisie par le Nouveau Front populaire comme candidate au poste de Première ministre. Au Sénat, plusieurs élus ont été amenés à travailler avec elle à la mairie de Paris. Ils saluent ses aptitudes, et l’appellent désormais à engager une « bataille de l’opinion » pour pousser Emmanuel Macron à la nommer à Matignon.

Le

Paris Olympics
6min

Politique

Candidature du NFP à Matignon : Emmanuel Macron « botte en touche en disant qu’on va d’abord s’occuper des JO »

Mardi 23 juillet, Emmanuel Macron a donné sa première longue interview télévisée depuis la dissolution et les législatives. L’occasion pour le président de la République de livrer son analyse du scrutin, de temporiser et de refuser net la candidate du Nouveau Front populaire pour Matignon. Analyse de cette prestation avec l’expert en communication Philippe Moreau-Chevrolet.

Le

Emmanuel Macron interview sur France TV
4min

Politique

Emmanuel Macron est-il contraint de nommer Lucie Castets Première ministre ?

Hier, le Nouveau Front populaire s’est accordé sur le nom de Lucie Castets comme candidate au poste de Première ministre. Emmanuel Macron a balayé cette candidature considérant que cela n’était « pas le sujet ». Ce matin, Lucie Castets a demandé au Président de la République « de prendre ses responsabilités et de la nommer Première ministre ». Si constitutionnellement rien ne le contraint à nommer un Premier ministre, la décision du chef de l’Etat réside dans le choix « qui lui semble le plus à même de résister à une motion de censure », selon Bastien François, professeur de sciences politiques à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Le