Fillon: 5,4 millions de téléspectateurs devant “Envoyé spécial”

Fillon: 5,4 millions de téléspectateurs devant “Envoyé spécial”

Quelque 5,4 millions de téléspectateurs, soit 21,5% de l'audience, ont suivi l'enquête sur Penelope Fillon dans "Envoyé spécial"...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Quelque 5,4 millions de téléspectateurs, soit 21,5% de l'audience, ont suivi l'enquête sur Penelope Fillon dans "Envoyé spécial" jeudi soir sur France 2, selon des chiffres de Médiamétrie, un score exceptionnel pour cette émission.

Elle a aussi été très largement commentée sur Twitter, avec près de 78.000 tweets qui parlaient du reportage jeudi soir, selon le cabinet Visibrain.

Les internautes ont été particulièrement nombreux à se passionner et à citer "la" phrase de Penelope Fillon qui a dit ne "jamais avoir été l'assistante" de son mari.

"Envoyé spécial" a diffusé des extraits d'un entretien accordé en mai 2007 par Penelope Fillon au Sunday Telegraph où elle déclarait: 'je n'ai jamais été son assistante ni quoi que ce soit de ce genre, je ne me suis pas occupée de communication non plus".

L'interview avait été réalisée à l'époque par la journaliste britannique Kim Willsher, alors correspondante du Sunday Telegraph à Paris.

"Je ne m'attendais pas à ce qu'une interview anodine explose dix ans plus tard !", a déclaré à l'AFP la journaliste, qui a retrouvé cette même phrase de Penelope Fillon notée intégralement dans son carnet de notes de l'époque.

La vidéo de l'interview avait été filmée par le photographe du Sunday Telegraph, Julian Simmonds, qui en avait gardé les rushs et les a cédés à Envoyé Spécial, a-t-elle précisé.

Sur France 2, l'émission d'Elise Lucet, qui diffusait ensuite un reportage sur les jeunes femmes jihadistes, a réuni en moyenne 3,4 millions de téléspectateurs en moyenne sur la soirée et 19,3% de part d'audience, son record de la saison.

Un score qui reste cependant inférieur à l'épisode inédit de la série "Section de Recherches" sur TF1 qui pour la première heure de la soirée a affiché une audience de 5,9 millions de téléspectateurs (23,7% de part d'audience).

Le parquet national financier a ouvert une enquête à la suite des révélations du Canard enchaîné sur les emplois de Penelope Fillon en tant qu'assistante parlementaire de son mari puis de son suppléant.

Les enquêteurs cherchent à déterminer si l'épouse de l'ex-Premier ministre a effectivement exercé une activité pendant les années où elle a été ainsi rémunérée.

Dans la même thématique

Turin – Marifiori Automotive Park 2003, Italy – 10 Apr 2024
6min

Politique

Au Sénat, la rémunération de 36,5 millions d’euros de Carlos Tavares fait grincer des dents. La gauche veut légiférer.

Les actionnaires de Stellantis ont validé mardi 16 avril une rémunération annuelle à hauteur de 36,5 millions d’euros pour le directeur général de l’entreprise Carlos Tavares. Si les sénateurs de tous bords s’émeuvent d’un montant démesuré, la gauche souhaite légiférer pour limiter les écarts de salaires dans l’entreprise.

Le

Operation Wuambushu a Mayotte : Demolition en cours d’un vaste bidonville – Operation Wuambushu in Mayotte: Ongoing demolition of a vast slum
8min

Politique

« Mayotte place nette » : « La première opération était de la communication et la deuxième sera de la communication », dénonce le sénateur Saïd Omar Oili

Le gouvernement a annoncé ce mardi 16 avril le lancement du dispositif « Mayotte place nette », un an après le maigre bilan de l’opération baptisée « Wuambushu ». Saïd Omar Oili, sénateur de Mayotte, regrette le manque de communication du gouvernement avec les élus du département et met en doute l’efficacité de ce « Wuambushu 2 ».

Le

Paris : Question time to the Prime Minister Gabriel Attal
6min

Politique

100 jours à Matignon : « La stratégie Attal n’a pas tenu toutes ses promesses », analyse Benjamin Morel

Le Premier ministre marquera jeudi le passage de ces cent premiers jours au poste de chef du gouvernement. Si Gabriel Attal devait donner un nouveau souffle au deuxième quinquennat d’Emmanuel Macron, sa stratégie n’est néanmoins pas payante car il « veut en faire trop sans s’investir fortement sur un sujet », selon Benjamin Morel, maître de conférences en droit public.

Le