Fillon: l’enquête élargie à des soupçons d'”usage de faux”

Fillon: l’enquête élargie à des soupçons d'”usage de faux”

Après les révélations sur les costumes de luxe, l'enquête sur de possibles emplois fictifs qui a conduit à la mise en examen du candidat de la...
Public Sénat

Par Nathalie ALONSO et Andrea BAMBINO

Temps de lecture :

4 min

Publié le

Mis à jour le

Après les révélations sur les costumes de luxe, l'enquête sur de possibles emplois fictifs qui a conduit à la mise en examen du candidat de la droite François Fillon s'élargit encore: elle vient d'être étendue à des soupçons d'"escroquerie aggravée, faux et usage de faux".

Comme l'a révélé Le Monde, le parquet national financier (PNF) a délivré aux juges d'instruction le 16 mars un réquisitoire supplétif visant des faits d'"escroquerie aggravée, faux et usage de faux", a indiqué mardi une source judiciaire.

D'après le quotidien, lajustice se demande si "les époux Fillon ont pu produire des faux pour justifier les salaires" versés à Penelope, l'épouse du candidat.

Selon une source proche du dossier, ce réquisitoire fait suite à une perquisition menée courant mars à l'Assemblée nationale, après une première visite intervenue fin janvier, dans le cadre de l'enquête du PNF.

Lors de cette seconde perquisition, un certain nombre de documents ont été saisis, a précisé cette source.

Selon Le Monde, les enquêteurs ont notamment retrouvé des "feuilles, signées par Penelope Fillon", qui "comportaient différents calculs d'heures travaillées".

François et Penelope Fillon lors d'un débat de candidats à la présidentielle à Aubervilliers, près de Paris, le 20 mars 2017
François et Penelope Fillon lors d'un débat de candidats à la présidentielle à Aubervilliers, près de Paris, le 20 mars 2017
POOL/AFP/Archives

Les enquêteurs se demandent "si ces calculs ne constituent pas des faux, établis pour justifier a posteriori les salaires versés" à Penelope Fillon et "conforter la réalité de son travail d'assistante parlementaire", l'une des problématiques au coeur des investigations.

"Il n'y a pas le moindre faux dans ce dossier", a contesté auprès de l'AFP l'avocat de Mme Fillon, Pierre Cornut-Gentille, en dénonçant une violation du secret de l'instruction. "Nous n'allons pas nous expliquer avant que nous allions devant les juges".

Ce réquisitoire supplétif est le même qui a déjà élargi jeudi dernier l'enquête à des faits présumés de trafic d'influence dans la foulée des révélations sur les costumes de luxe de la maison Arnys d'une valeur totale de 13.000 euros offerts à François Fillon.

L'avocat proche des milieux de droite Robert Bourgi, figure de la "Françafrique", a confirmé avoir offert ces costumes.

- Lobbying et Poutine -

François Fillon a été mis en examen le 14 mars - une première pour un candidat majeur à l'Elysée -, notamment pour détournement de fonds publics, recel et complicité d'abus de biens sociaux. Son épouse est convoquée le 28 mars en vue d'une éventuelle mise en examen.

L'affaire Fillon, qui a fait vaciller la campagne du candidat, était partie de révélations du Canard enchaîné.

Vladimir Poutine (G) et François Fillon, le 18 novembre 2016 à Moscou
Vladimir Poutine (G) et François Fillon, le 18 novembre 2016 à Moscou
AFP/Archives

Dans son édition à paraître mercredi, le journal affirme que l'ancien Premier ministre a mis en relation en 2015 un des clients de sa société de conseil 2F Conseil avec le président russe Vladimir Poutine et le PDG de Total.

D'après l'hebdomadaire, François Fillon a signé, comme l'avait révélé Mediapart, une convention de lobbying avec le propriétaire libanais de "Future Pipe Industries" (FPI), Fouad Makhzoumi, pour un montant de 50.000 dollars.

Les rencontres avec M. Poutine et avec le PDG de Total, Patrick Pouyanné (ancien collaborateur de François Fillon), ont eu lieu lors du forum économique international de Saint-Pétersbourg en juin 2015, selon le Canard.

"Il est possible que Patrick Pouyanné ait rencontré cet industriel Oil & Gas dans le cadre de ce forum de Saint-Pétersbourg, où il rencontre habituellement des dizaines et des dizaines de personnes", a commenté un porte-parole du groupe Total, contacté par l'AFP.

"Les insinuations du Canard Enchaîné sur le contrat de 2F Conseil avec la société FPI sont dénuées de tout fondement", a réagi de son côté l'entourage de M. Fillon.

La société 2F Conseil a été créée par François Fillon le 7 juin 2012, juste avant que débute son mandat de député de Paris le 20 juin 2012. Le code électoral "interdit à tout député de commencer à exercer une fonction de conseil qui n'était pas la sienne avant le début de son mandat", ce qui signifie que M. Fillon a exercé chez 2F Conseil "en toute légalité", aux termes de ce texte.

Dans la même thématique

Julian Assange extradition decision at Royal Courts Of Justice in London, UK – 20 May 2024
5min

Politique

Libération de Julian Assange : « La mobilisation de l’opinion publique a payé »

L’épilogue d’une saga judiciaire longue de 14 ans. Ce mardi, Julian Assange a été relâché de sa prison du Royaume-Uni, à la suite d’un accord de plaider-coupable conclu avec la justice américaine. Poursuivi pour avoir révélé des centaines de milliers de documents confidentiels, il encourait jusqu’à 175 ans de prison. Très mobilisé pour la libération du fondateur de Wikileaks, le groupe communiste du Sénat se réjouit de cette libération.

Le

Fillon: l’enquête élargie à des soupçons d'”usage de faux”
4min

Politique

Dissolution : « Le quinquennat d’Emmanuel Macron s’est terminé le 9 juin », affirme Patrick Kanner

Invité de la matinale de Public Sénat, Patrick Kanner, président du groupe socialiste au Sénat s’est exprimé sur les enjeux de la campagne pour les législatives. L’élu du Nord n’a pas épargné le président de la République, considérant que « sa parole n’existe plus ». Le socialiste s’inquiète également des conséquences de la dissolution.

Le

Raphael Glucksmann public meeting in Blanquefort
3min

Politique

Sondage : Raphaël Glucksmann devient la personnalité de gauche la plus populaire, Jean-Luc Mélenchon s'écroule

Le dernier relevé du baromètre politique d’Odoxa, réalisé par Mascaret pour Public Sénat et la presse quotidienne régionale, fait état d’un fort regain de popularité pour les personnalités du Nouveau Front Populaire de Raphaël Glucksmann à Fabien Roussel, à l’exception notable de Jean-Luc Mélenchon dont la cote de popularité s’effondre.

Le