Fillon mise sur son programme pour relancer sa campagne

Fillon mise sur son programme pour relancer sa campagne

François Fillon mise sur la défense de son programme pour relancer sa campagne, mais les affaires, entre sa convocation mercredi chez les juges...
Public Sénat

Par Nadège PULJAK, Baptiste PACE

Temps de lecture :

4 min

Publié le

Mis à jour le

François Fillon mise sur la défense de son programme pour relancer sa campagne, mais les affaires, entre sa convocation mercredi chez les juges d'instruction et les révélations du JDD sur ses costumes de luxe, continuent de concentrer l'attention.

Le programme, rien que le programme. Interview aux Echos, matinale d'Europe 1, conférence de presse sur le projet: François Fillon veut revenir sur le terrain politique, deux jours avant la séquence judiciaire de mercredi.

Le candidat des Républicains (LR), qui assure ne pas édulcorer ses propositions malgré les critiques, a distillé quelques retouches programmatiques dans Les Echos --baisse des charges bénéficiant "davantage aux petits salaires", taux intermédiaire de TVA finalement inchangé-- puis devant la presse.

Il a notamment réitéré son engagement de former un gouvernement paritaire de 15 ministres qui, a-t-il expliqué, seront congédiés s'ils n'atteignent pas les "objectifs" qui leur seront assignés.

M. Fillon a également promis un "code de bonne conduite" pour prévenir les conflits d'intérêts au gouvernement. Ou la publication "obligatoire" des liens de parenté entre les parlementaires et leurs collaborateurs, alors qu'il est empêtré depuis plusieurs semaines dans les soupçons d'emplois fictifs de son épouse et de deux de ses enfants comme collaborateurs parlementaires.

François Fillon (centre) revêtu d'une veste de chez Arnys, le 20 août 2010 à Bormes-Les-Mimosas
François Fillon (centre) revêtu d'une veste de chez Arnys, le 20 août 2010 à Bormes-Les-Mimosas
POOL/AFP/Archives

Son programme, qui maintient le report de la retraite à 65 ans, la remise en cause des 35 heures ou la suppression de 500.000 postes de fonctionnaires, a déclenché des tirs croisés de plusieurs rivaux.

Le socialiste Benoît Hamon a dénoncé "une thérapie de choc" risquant de provoquer "le chaos social", Emmanuel Macron le critiquant peu après comme "peu crédible et injuste".

"Je pensais qu'on avait le projet de François Fillon depuis novembre", a moqué Florian Philippot, vice-président du FN, fustigeant "un décalque en tous points des demandes de l'Union européenne".

"Un programme profondément brutal, antisocial" qui "va taper le service public", selon le porte-parole de Jean-Luc Mélenchon, Alexis Corbière.

- Déontologue saisi -

Affaire Fillon: la procédure en vue d'une mise en examen
Procédures suivies dans l'affaire Fillon, détail du fonctionnement d'une information judiciaire
AFP

Mais c'est avant tout sur de nouvelles révélations de la presse que M. Fillon a dû se justifier dès le début de matinée, se disant sur Europe 1 victime d'une "chasse à l'homme" et de "dizaines de journalistes" qui "fouillent dans [ses] poubelles".

Le JDD affirme qu'un mécène a signé le 20 février un chèque de 13.000 euros pour deux costumes achetés chez Arnys, un tailleur parisien des quartiers chics. "J'ai parfaitement le droit de me faire offrir un costume par un ami", a-t-il rétorqué, assurant aussi que "tout ça n'a rien à voir" avec la politique.

Alors que des députés socialistes s'étaient demandé dimanche ce qu'en pensait et savait le déontologue de l'Assemblée, Ferdinand Mélin-Soucramanien, ce dernier a indiqué à l'AFP s'être saisi lundi de la question pour rechercher s'il y a eu un manquement ou pas au code de déontologie des députés.

Penelope et François Fillon lors du rassemblement du Trocadéro le 5 mars 2017 à Paris
Penelope et François Fillon lors du rassemblement du Trocadéro le 5 mars 2017 à Paris
AFP/Archives

Selon le JDD s'ajoutent à cette facture près de 35.500 euros "réglés en liquide" pour de précédents achats de M. Fillon chez ce tailleur, pour près de 48.500 euros au total depuis 2012. "Ca n'est pas exact", a affirmé lundi l'ancien Premier ministre.

Cette nouvelle affaire tombe mal pour M. Fillon, attendu mercredi chez les juges d'instruction saisis des emplois présumés fictifs de son épouse et de deux de ses enfants.

Selon Le Parisien à paraître mardi, les deux enfants de François Fillon qu'il a employés successivement comme assistants parlementaires de 2005 à 2007, ont rétrocédé une partie de leurs salaires à leurs parents.

"Le problème de Fillon, ce n'est pas la justice, l'enquête, c'est qu'il se révèle qu'il est un homme qui aime l'argent", selon la candidate FN Marine Le Pen.

Cette convocation, "on ne peut pas dire que je m'y rende avec plaisir. Depuis le début, je ne suis pas traité comme un justiciable comme les autres", a martelé M. Fillon.

Rétrogradé en troisième place dans les sondages depuis plus d'un mois, derrière Marine Le Pen et Emmanuel Macron, le candidat de la droite a jugé lors d'une conférence-débat en soirée devant Les Amis du Crif le candidat d'En Marche "très surestimé dans les sondages" et la présidente du FN "terriblement dangereuse".

Et il s'est dit convaincu que "compte tenu du désordre dans cette campagne, les choses se cristalliseront dans les derniers jours, dans la dernière semaine".

Dans la même thématique

Paris: Lucie Castets
7min

Politique

« Exigeante », « politique », « âpre négociatrice » : le profil de Lucie Castets par les sénateurs qui l’ont côtoyée

Cette haute fonctionnaire de 37 ans, issue de la société civile et très marquée à gauche, a été choisie par le Nouveau Front populaire comme candidate au poste de Première ministre. Au Sénat, plusieurs élus ont été amenés à travailler avec elle à la mairie de Paris. Ils saluent ses aptitudes, et l’appellent désormais à engager une « bataille de l’opinion » pour pousser Emmanuel Macron à la nommer à Matignon.

Le

Paris Olympics
6min

Politique

Candidature du NFP à Matignon : Emmanuel Macron « botte en touche en disant qu’on va d’abord s’occuper des JO »

Mardi 23 juillet, Emmanuel Macron a donné sa première longue interview télévisée depuis la dissolution et les législatives. L’occasion pour le président de la République de livrer son analyse du scrutin, de temporiser et de refuser net la candidate du Nouveau Front populaire pour Matignon. Analyse de cette prestation avec l’expert en communication Philippe Moreau-Chevrolet.

Le

Emmanuel Macron interview sur France TV
4min

Politique

Emmanuel Macron est-il contraint de nommer Lucie Castets Première ministre ?

Hier, le Nouveau Front populaire s’est accordé sur le nom de Lucie Castets comme candidate au poste de Première ministre. Emmanuel Macron a balayé cette candidature considérant que cela n’était « pas le sujet ». Ce matin, Lucie Castets a demandé au Président de la République « de prendre ses responsabilités et de la nommer Première ministre ». Si constitutionnellement rien ne le contraint à nommer un Premier ministre, la décision du chef de l’Etat réside dans le choix « qui lui semble le plus à même de résister à une motion de censure », selon Bastien François, professeur de sciences politiques à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Le