Fillon officiellement sacré par son parti pour la présidentielle

Fillon officiellement sacré par son parti pour la présidentielle

Toujours favori des sondages à 100 jours de la présidentielle, mais en perte de vitesse, François Fillon sera officiellement investi samedi à...
Public Sénat

Par Nadège PULJAK

Temps de lecture :

4 min

Publié le

Toujours favori des sondages à 100 jours de la présidentielle, mais en perte de vitesse, François Fillon sera officiellement investi samedi à Paris candidat de la droite, sept semaines après son éclatante victoire à la primaire.

Les 2.000 membres du Conseil national de son parti, Les Républicains, doivent entériner sa nomination lors d'une réunion qu'ouvrira à 09H30 le président de ce "Parlement" LR, Luc Chatel.

L'ex-Premier ministre conclura la demi-journée. Il s'exprimera pour la première fois depuis la primaire devant tous les cadres LR qu'il estime avoir déjà réussi à rassembler, malgré des dissonances, en particulier sur la Sécu.

"C’est moi qui suis candidat à l’élection présidentielle. Une élection présidentielle, ce n’est pas l’élection d’un parti, ce n’est pas une élection qui se négocie avec les parlementaires ou avec les hommes politiques, c’est la rencontre d’un homme avec le peuple français", a averti jeudi le candidat qui se dépeint régulièrement comme "gaulliste".

"Je m’étais fixé trois objectifs", rappelle M. Fillon, toujours donné gagnant en mai prochain par les sondages, même s'il est en baisse: "rassembler après les primaires toutes les forces et les sensibilités de ma famille politique. C’est fait! Unir la droite et le centre autour de ma candidature. C’est fait! Mettre en place une équipe de campagne ouverte à tous. C’est fait ! Maintenant, nous sommes collectivement en ordre de marche", s'est-il félicité.

Vendredi, il a ainsi élargi son organigramme de campagne en y intégrant notamment le sarkozyste Frédéric Péchenard, ainsi que des représentants de la société civile.

Des responsables thématiques ont été nommés dans de nombreux domaines: compétitivité, fiscalité, fonction publique, laïcité, agriculture, logement, emploi des jeunes, femmes, famille, retraites, handicap, outre-mer, justice, institutions...

Chaque thème a été placé sous la responsabilité d'élus et de personnes de la société civile (médecins, universitaires, chefs d'entreprise, sportifs... dont c'est pour la plupart le premier engagement en politique). C'est ainsi que le cavalier Pierre Durand, champion olympique du saut d'obstacle à Séoul en 1988 a rejoint le pôle Sports.

- 'Marge de négociations' -

Pendant que les fillonistes présentaient l'organigramme complété, M. Fillon déjeunait avec M. Sarkozy. L'ex-président en a profité pour demander à son ex-Premier ministre "un élargissement maximal de (son) équipe de campagne", ce "qui est tout à fait l'état d'esprit de François Fillon depuis sa victoire, comme en témoigne encore la deuxième partie de son organigramme", a fait remarquer son entourage.

Outre l'intronisation de leur candidat, les conseillers nationaux seront également invités à voter à deux reprises, la première fois pour valider les comptes de LR, la seconde fois pour valider les investitures aux élections législatives.

Le candidat à la présidentielle Les Républicains François Fillon lors d'un meeting à Paris le 11 janvier 2017
Le candidat à la présidentielle Les Républicains François Fillon lors d'un meeting à Paris le 11 janvier 2017
AFP

Après des années de vaches maigres à la suite de la défaite de 2012 et à l'affaire Bygmalion (18 millions d'euros de fausses factures que LR, partie civile dans le procès de cette affaire, espère récupérer), le parti est en passe de rétablir ses finances. "Le budget accuse fin 2016 un excédent de 9,9 ME", a affirmé à l'AFP Daniel Fasquelle, trésorier de LR. Le succès populaire de la primaire de novembre fait ainsi du bien aux finances du parti.

Quant aux investitures, il restait près d'une centaine de circonscriptions à pourvoir sur les 577, les autres ayant été complétées sous la présidence Sarkozy.

Elles pourraient faire l'objet de changements car un certain nombre d'élus vont devoir arbitrer entre mandat local ou national, conformément à une loi de 2014 que M. Fillon s'est engagé à faire respecter.

M. Fillon avait prévenu entre les deux tours de la primaire qu'il y aurait "une marge de négociations" pour les investitures aux législatives avec les centristes adhérant à son projet.

Les vingt-huit députés UDI sortants qui le souhaitent devraient être tous réinvestis. Parmi les circonscriptions restantes, plusieurs seront réservées aux femmes, alors que les amendes pour non respect de la parité ont fortement augmenté.

Dans la même thématique

Le President de la republique visite le salon international de l’agriculture
5min

Politique

Salon de l’agriculture : le grand débat, « un échec historique pour la communication de l’Élysée »

Face au tollé provoqué par l’invitation des Soulèvements de la Terre à un grand débat avec les acteurs du monde agricole, l’exécutif rétropédale et plaide une « erreur ». La FNSEA, rejointe par d’autres organisations conviées, refuse une telle rencontre. À la veille de l’ouverture du Salon de l’agriculture, le « coup politique » tenté par Emmanuel Macron semble avoir du plomb de l’aile.

Le

Paris: Macron visiting the 59th edition of the International Agriculture Fair
9min

Politique

Le Salon de l’agriculture, du « Casse-toi, pauv' con » à l’œuf jeté sur Macron, une terre fertile en prises de bec

Temps fort de la vie politique, le Salon international de l’agriculture est aussi un terrain favorable aux accrochages, avec des élus et responsables politiques à portée d’engueulade. Le tout sous l’objectif des caméras. Dans un contexte de remobilisation du monde agricole, la 60e édition du « SIA » s’annonce sous haute tension. Retour sur les incidents et autres bousculades qui ont marqué ses allés ces dernières années.

Le

Fillon officiellement sacré par son parti pour la présidentielle
4min

Politique

Salon de l’agriculture : « Il y a un niveau de tension supérieur à celui qu’il y avait au moment des blocages », prévient Arnaud Rousseau

Invité de l’émission Extra Local, le patron de la FNSEA confirme qu’il ne participera pas au grand débat souhaité par l’Élysée en ouverture du Salon de l’agriculture. Point de blocage : l’invitation des Soulèvements de la Terre à la table des discussions. Pour Arnaud Rousseau, « ce n’est pas la manière de sortir de cette crise de manière constructive ».

Le