Fillon promet de poursuivre “tous ceux à l’origine” de la révélation de ses affaires

Fillon promet de poursuivre “tous ceux à l’origine” de la révélation de ses affaires

François Fillon a prévenu jeudi qu'il avait "toutes les indications" qui lui permettront de poursuivre en justice "tous ceux qui...
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

François Fillon a prévenu jeudi qu'il avait "toutes les indications" qui lui permettront de poursuivre en justice "tous ceux qui sont à l'origine" de la révélation de l'affaire sur les emplois présumés fictifs de son épouse, mettant une nouvelle fois en cause François Hollande.

"Ca fait deux mois et demi qu'on m’empêche de faire ma campagne. Et j'ai toutes les indications qui me permettront le moment venu de poursuivre ceux qui ont fait ça. Parce qu'il ne faut pas croire que je vais lâcher les accusations que j'ai lancées contre ceux qui ont déclenché cette opération", a déclaré M. Fillon sur France Inter.

"J'ai les dates, les jours, les personnes qui ont communiqué les documents, etc. Ca viendra, le moment venu je poursuivrai tous ceux qui sont à l'origine de cette affaire", a insisté l'ancien Premier ministre.

C'est François Hollande qui a déclenché l'affaire ? "Oui, bien sûr", a réaffirmé M. Fillon.

Les documents au départ des premières révélations, "je sais d'où ils viennent. Ils viennent d'un service de l'Etat". Au Canard enchaîné, "on leur a porté", a affirmé plus tard M. Fillon, évoquant "des pratiques qui ne sont pas démocratiques"

Interrogé sur Franceinfo, Stéphane Le Foll, porte-parole du gouvernement et proche de François Hollande, a parlé en retour d'"accusations diffamatoires".

"La justice est indépendante et il n'y a jamais eu de cabinet ni noir, ni gris, ni blanc ni jaune. Et c'est l'honneur de François Hollande". "La justice, et ça François Fillon ne veut pas l'accepter, a été indépendante dans la conduite des affaires judiciaires, c'est un acquis de ce quinquennat", a dit M. Le Foll.

"Cette manière de faire de la politique n'est pas à la hauteur de l'engagement d'un homme politique qui entend gouverner un pays", a insisté le ministre de l'Agriculture.

M. Fillon avait mis en cause le chef de l'Etat et son supposé "cabinet noir" le 21 mars sur France 2. M. Hollande avait rétorqué que M. Fillon était "en deçà" de la "dignité" qui sied à une campagne présidentielle.

"Mon image a été abîmée par cette manipulation. Vous connaissez un nombre considérable de responsables politiques qui ont été dans la situation où je suis et qui ont été blanchis après deux ou trois ans de procédures", a dit jeudi le candidat des Républicains (LR).

"Quant à mon rapport à l'argent, j'ai déjà fait remarquer à tous ceux qui me posent la question que j'ai moins de patrimoine que Jean-Luc Mélenchon".

Va-t-il poursuivre Philippe Poutou, comme il l'a laissé entendre lors du débat télévisé lundi soir après les virulentes attaques du candidat du NPA ? "Je me réserve la possibilité de poursuivre toute personne qui piétine ma présomption d'innocence".

Mais "j'ai une élection présidentielle dans 17 jours, je suis complètement concentré sur la présentation de mon projet aux Français".

Dans la même thématique

Julian Assange extradition decision at Royal Courts Of Justice in London, UK – 20 May 2024
5min

Politique

Libération de Julian Assange : « La mobilisation de l’opinion publique a payé »

L’épilogue d’une saga judiciaire longue de 14 ans. Ce mardi, Julian Assange a été relâché de sa prison du Royaume-Uni, à la suite d’un accord de plaider-coupable conclu avec la justice américaine. Poursuivi pour avoir révélé des centaines de milliers de documents confidentiels, il encourait jusqu’à 175 ans de prison. Très mobilisé pour la libération du fondateur de Wikileaks, le groupe communiste du Sénat se réjouit de cette libération.

Le

Fillon promet de poursuivre “tous ceux à l’origine” de la révélation de ses affaires
4min

Politique

Dissolution : « Le quinquennat d’Emmanuel Macron s’est terminé le 9 juin », affirme Patrick Kanner

Invité de la matinale de Public Sénat, Patrick Kanner, président du groupe socialiste au Sénat s’est exprimé sur les enjeux de la campagne pour les législatives. L’élu du Nord n’a pas épargné le président de la République, considérant que « sa parole n’existe plus ». Le socialiste s’inquiète également des conséquences de la dissolution.

Le

Raphael Glucksmann public meeting in Blanquefort
3min

Politique

Sondage : Raphaël Glucksmann devient la personnalité de gauche la plus populaire, Jean-Luc Mélenchon s'écroule

Le dernier relevé du baromètre politique d’Odoxa, réalisé par Mascaret pour Public Sénat et la presse quotidienne régionale, fait état d’un fort regain de popularité pour les personnalités du Nouveau Front Populaire de Raphaël Glucksmann à Fabien Roussel, à l’exception notable de Jean-Luc Mélenchon dont la cote de popularité s’effondre.

Le