Fillon: sa femme Penelope pas assistante “à l’insu de son plein gré”

Fillon: sa femme Penelope pas assistante “à l’insu de son plein gré”

François Fillon a rejeté lundi, lors d'une conférence de presse, les accusations selon lesquelles son épouse Penelope avait été...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

François Fillon a rejeté lundi, lors d'une conférence de presse, les accusations selon lesquelles son épouse Penelope avait été employée à son insu comme collaboratrice parlementaire.

"Comment peut-on imaginer un seul instant que mon épouse, qui a collaboré avec moi depuis près de 30 ans, principalement dans le département de la Sarthe et ma circonscription, puisse l'avoir fait à l'insu de son plein gré? Oui mon épouse était au courant, mon épouse est ma collaboratrice", a affirmé l'ancien Premier ministre depuis son siège de campagne.

"Comment peut-on imaginer un instant que mon épouse, qui est une femme intelligente, diplômée, responsable, qu'elle ne soit pas au courant du travail qu'elle effectue pour moi ?", s'était-il auparavant interrogé.

M. Fillon a ensuite rappelé l'émission "Envoyé spécial" qui a diffusé des extraits d'un entretien accordé en mai 2007 par Penelope Fillon au Sunday Telegraph où elle déclarait: "je n'ai jamais été son assistante ni quoi que ce soit de ce genre, je ne me suis pas occupée de communication non plus".

Pour M. Fillon, son épouse a "fait cette déclaration qui a été reprise dans une émission à charge, où on a sciemment pris des morceaux de phrase retirées de leur contexte".

Il s'agissait "d'une émission en langue anglaise qui s'adressait à un public anglais et où au fond, le sujet de l'interview était +je ne serai pas Cherie Blair+", a-t-il ajouté en évoquant l'épouse de l'ancien Premier ministre britannique.

"La journaliste qui a réalisé cette interview (la journaliste britannique Kim Willsher, alors correspondante du Sunday Telegraph à Paris, ndlr) s'est manifestée personnellement auprès de mon épouse pour lui dire à quel point elle était choquée par l'utilisation qui avait été faite des morceaux de cette interview", a-t-il assuré.

Dans la même thématique

France Macron
10min

Politique

Européennes : comment l’accord entre l’UDI et Renaissance se « deale » au plus haut niveau

Ce sera officiel lors d’un conseil national de l’UDI, le 23 mars, mais le principe a été acté au plus au niveau. Le parti centriste va faire liste commune avec Renaissance pour les élections européennes. Emmanuel Macron a reçu en début d’année le sénateur Hervé Marseille, patron de l’UDI, pour conclure l’accord. Reste à définir les places sur la liste. Pour l’UDI, le nom de l’ex-sénatrice Valérie Létard est cité…

Le