« Fillon, un homme honnête et droit » pour les militants

« Fillon, un homme honnête et droit » pour les militants

François Fillon continue sa campagne, coûte que coûte. Il est revenu samedi sur les grandes lignes de son projet, lors d’un discours à Aubervilliers devant une salle à moitié vide (voir notre article). Sur place, les militants venus veulent majoritairement y croire. « Il n’y a pas d’alternative » dit Agathe, 29 ans. « C’est un homme honnête […]
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

François Fillon continue sa campagne, coûte que coûte. Il est revenu samedi sur les grandes lignes de son projet, lors d’un discours à Aubervilliers devant une salle à moitié vide (voir notre article).

Sur place, les militants venus veulent majoritairement y croire. « Il n’y a pas d’alternative » dit Agathe, 29 ans. « C’est un homme honnête et droit » pour Alain, 62 ans, venu de Marseille avec Béatrice. Bertrand, lui aussi des Bouches-du-Rhône, voit dans les départs « une excellente nouvelle. Ce sont des gens qui sont là pour les places » dit-il.

Un homme d’un certain âge s’est assis tout au fond de la salle. Ce militant, qui ne veut pas donner son nom, se pose bien lui quelques questions. « Les trois jours qui viennent de se passer sont troublants… Beaucoup de monde s’en va, il y a beaucoup d’attaques. Est-ce qu’ils quittent le navire ou ont-il raison de le faire ? Je suis dans l’expectative ».

Regardez les militants (cliquez sur l’image pour lancer le diaporama) :

Dans la même thématique

« Fillon, un homme honnête et droit » pour les militants
6min

Politique

Attal présente son programme et renvoie dos à dos « Nupes » et RN : « Le 30 juin, j’aimerais que les Français me choisissent » 

Ce jeudi 20 juin, le Premier ministre a dévoilé une série de mesures sur le pouvoir d’achat, le travail, la transition écologique ou encore la justice des mineurs, qui seront portées par les candidats de la majorité aux législatives anticipées. Gabriel Attal n’a pas hésité à personnaliser le scrutin, appelant les Français à « le choisir » dès le premier tour.

Le