Fillon veut “incarner l’orgueil d’une nation qui ne se laisse pas abattre”

Fillon veut “incarner l’orgueil d’une nation qui ne se laisse pas abattre”

François Fillon, candidat de la droite à l'élection présidentielle, a affirmé mardi qu'il voulait "incarner l'orgueil d'une...
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

François Fillon, candidat de la droite à l'élection présidentielle, a affirmé mardi qu'il voulait "incarner l'orgueil d'une nation qui ne se laisse pas abattre", en souhaitant que "2017 soit le point de départ d'un peuple qui se remet à l'offensive".

"Les leçons de la primaire doivent être méditées: méfiez-vous des scénarios écrits d'avance", a lancé lors de ses voeux à la presse l'ex-Premier ministre, qui fut longtemps le "troisième homme" de la primaire de la droite, selon les sondages.

"Les grilles de lecture du microcosme ne sont plus celles de cette France silencieuse et fiévreuse que j’ai parcourue de long en large. Bienvenu dans l’insondable et dans les entrailles d’un pays à cran qui cherche des solutions à ses difficultés", a-t-il ajouté.

"Face à cela, il faut des repères, des lignes de force. J’ai les miennes: celle du redressement national qui commande la radicalité de mon projet, celle de la liberté comme ressort du progrès, celle des valeurs françaises car il faut des racines pour gagner le futur", a-t-il assuré. "Je veux qu’en 2017 nous commencions à nous donner les moyens de la puissance française pour rester maîtres de notre destin, chez nous, en Europe, sur la scène internationale."

Selon lui, "François Hollande et ses +camarades+ socialistes n’ont aucune leçon à donner à l’opposition" car "la croissance est maigrelette, le chômage nous gangrène, la paupérisation s’étend, la dette nous vampirise, l’extrême droite a engrangé des succès inédits".

En Europe, "la voix de la France est devenue inaudible", "au Moyen Orient, les événements nous échappent au profit de la Russie, de la Turquie et de l'Iran (…) Le réalisme géopolitique a eu raison de notre angélisme et de notre suivisme", a-t-il dénoncé.

"Quant aux primaires de la +Belle alliance populaire+ (initiée par le PS), on est en plein dans le vieux logiciel socialiste (...) Quel que soit le vainqueur de ces primaires, il y aura bien, entre nous, une différence de fond et d’intensité : moi, je veux redresser la France. A gauche, on veut l’assister dans son déclin", a fustigé le député de Paris.

Il a prononcé ses voeux dans son nouveau QG de campagne près de la Porte de Versailles, en présence notamment de Gérard Larcher, président du Sénat, Bruno Retailleau, patron des sénateurs LR ou encore Valérie Pécresse, présidente de la région Ile-de-France.

Dans la même thématique

Paris: Lucie Castets
7min

Politique

« Exigeante », « politique », « âpre négociatrice » : le profil de Lucie Castets par les sénateurs qui l’ont côtoyée

Cette haute fonctionnaire de 37 ans, issue de la société civile et très marquée à gauche, a été choisie par le Nouveau Front populaire comme candidate au poste de Première ministre. Au Sénat, plusieurs élus ont été amenés à travailler avec elle à la mairie de Paris. Ils saluent ses aptitudes, et l’appellent désormais à engager une « bataille de l’opinion » pour pousser Emmanuel Macron à la nommer à Matignon.

Le

Paris Olympics
6min

Politique

Candidature du NFP à Matignon : Emmanuel Macron « botte en touche en disant qu’on va d’abord s’occuper des JO »

Mardi 23 juillet, Emmanuel Macron a donné sa première longue interview télévisée depuis la dissolution et les législatives. L’occasion pour le président de la République de livrer son analyse du scrutin, de temporiser et de refuser net la candidate du Nouveau Front populaire pour Matignon. Analyse de cette prestation avec l’expert en communication Philippe Moreau-Chevrolet.

Le

Emmanuel Macron interview sur France TV
4min

Politique

Emmanuel Macron est-il contraint de nommer Lucie Castets Première ministre ?

Hier, le Nouveau Front populaire s’est accordé sur le nom de Lucie Castets comme candidate au poste de Première ministre. Emmanuel Macron a balayé cette candidature considérant que cela n’était « pas le sujet ». Ce matin, Lucie Castets a demandé au Président de la République « de prendre ses responsabilités et de la nommer Première ministre ». Si constitutionnellement rien ne le contraint à nommer un Premier ministre, la décision du chef de l’Etat réside dans le choix « qui lui semble le plus à même de résister à une motion de censure », selon Bastien François, professeur de sciences politiques à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Le