Fin du feuilleton sur les postes clés à l’Assemblée: deux LR vice-présidents

Fin du feuilleton sur les postes clés à l’Assemblée: deux LR vice-présidents

Le feuilleton concernant l'attribution des postes stratégiques à l'Assemblée nationale, né d'un imbroglio avec LR avant l'été, a...
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Le feuilleton concernant l'attribution des postes stratégiques à l'Assemblée nationale, né d'un imbroglio avec LR avant l'été, a officiellement pris fin mardi avec l'élection de deux vice-présidents LR, Marc Le Fur et Annie Genevard.

L'élection de Mme Genevard (Doubs) et de M. Le Fur (Côtes d'Armor) a été annoncée dans l'hémicycle, à l'issue d'un scrutin dans les salons attenants, rendu nécessaire par l'ajout d'une candidature des Insoumis.

Mme Genevard a obtenu 321 voix et M. Le Fur, qui avait déjà occupé cette fonction sur toute la durée des quinquennats Sarkozy et Hollande, 322 voix. Mathilde Panot (LFI), avec 44 voix, n'a pas été élue.

Ce scrutin met un terme au boycott par LR du bureau de l'Assemblée, sa plus haute instance collégiale, après un imbroglio en juin lors de la nomination de ses membres, dont les six vice-présidents.

Alors que cette séquence est habituellement une formalité, avec un partage des postes entre les groupes en se fondant sur un système de points, l'élection de Thierry Solère (Constructif, issu de LR), à l'un des postes stratégiques de questeur, avec des voix de La République en marche, avait en effet déclenché une crise au Palais Bourbon.

LR, représentant le premier groupe d'opposition en nombre et auquel le poste aurait dû revenir, avait jugé ses droits bafoués et décidé de boycotter le bureau, renonçant ainsi à des postes de vice-présidents, revenus temporairement à des députés LREM.

Une réforme du règlement de l'Assemblée a depuis été votée pour clarifier les droits de l'opposition en matière de postes. Portée à la fois par le président de l'Assemblée François de Rugy (LREM), et les chefs de file des députés MoDem et LR, Marc Fesneau et Christian Jacob, elle a gravé dans le marbre les "usages" remontant au début de la Ve République sur la répartition des postes.

En conséquence, les LREM Cendra Motin et Danielle Brulebois ont cédé leurs places. Les quatre autres vice-présidents, amenés à conduire les débats depuis le "perchoir" en alternance avec M. de Rugy, sont les LREM Hugues Renson, Carole Bureau-Bonnard et Sacha Houlié, ainsi que le MoDem Sylvain Waserman.

Le groupe LR devrait aussi récupérer un des trois postes de questeur au prochain renouvellement du bureau, prévu en octobre 2018.

Dans la même thématique

Centrale Nucleaire de Nogent sur Seine, France
7min

Politique

Législatives anticipées : que proposent les trois blocs sur l'écologie ? 

Derrière le pouvoir d’achat, la sécurité, l’immigration ou encore l’international, l’écologie se retrouve reléguée parmi les sujets les moins mis en avant par les différents candidats aux législatives, ce qui n’empêche pas des divergences très profondes entre les trois principales coalitions en campagne 

Le

Paris : Gabriel Attal conference de presse
4min

Politique

« Pas de hausse d’impôts quoi qu’il arrive », promet Attal : « Démagogie pure » répond la commission des finances du Sénat

Lors d’une conférence de presse, Gabriel Attal a fustigé a renvoyé dos à dos les programmes économiques du RN et du Nouveau Front Populaire, comme étant irréalistes tout en prenant l’engagement « d’inscrire dans la loi une règle d’or budgétaire, pas d’augmentation des impôts quoi qu’il arrive ». « Une impasse » pour les sénateurs de la commission des finances.

Le