FN: Jean-Marie Le Pen conteste la validation d’un changement de nom

FN: Jean-Marie Le Pen conteste la validation d’un changement de nom

Le cofondateur et ancien président du Front national Jean-Marie Le Pen a contesté vendredi l'annonce, par sa fille et présidente...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Le cofondateur et ancien président du Front national Jean-Marie Le Pen a contesté vendredi l'annonce, par sa fille et présidente du FN Marine Le Pen, d'une validation par les militants du principe d'un changement de nom.

"Cette annonce faite entre deux portes est contredite par toutes les sources internes qui, depuis des semaines, font au contraire état de l'attachement de la base à l'étiquette FN", écrit dans un communiqué M. Le Pen, qui est opposé à un changement de l'appellation historique, un "suicide" pour le parti selon lui.

Marine Le Pen a annoncé jeudi devant quelques journalistes que le principe d'un changement de nom avait été validé par une "courte majorité" de militants, invités à se prononcer dans un questionnaire.

Jean-Marie Le Pen, qui conteste la refondation du parti engagée par sa fille depuis qu'elle lui a succédé en 2011, dénonce le manque de "transparence" dans le dépouillement de ces questionnaires envoyés en novembre aux adhérents, propice "aux manipulations".

"À qui était destiné le questionnaire dit de refondation? quel a été le taux de participation? comment et par qui a-t-il été dépouillé? nul ne sait", ajoute le cofondateur du FN, qui a publié ses mémoires une dizaine de jours avant le congrès du FN qui se tient à Lille samedi et dimanche.

"Dans de telles conditions de non-transparence propices aux manipulations les plus diverses, il est impossible d'accorder un crédit quelconque aux propos de Marine Le Pen", conclut l'eurodéputé, âgé de 89 ans.

Un cadre frontiste a aussi rapporté à l'AFP que le changement de nom n'avait pas été validé.

"Les échos que j'ai eu c'est qu'il y a une courte majorité +contre+ le principe d'un changement de nom", a déclaré cette source. "Les personnes qui ont participé au dépouillement ont perçu une majorité +contre+".

Marine Le Pen doit proposer dimanche au congrès une nouvelle appellation pour son parti. Ce nouveau nom fera l'objet d'un vote ultérieur par courrier.

M. Le Pen a été exclu du parti en 2015 par sa fille pour ses propos polémiques sur la Shoah. Il a renoncé à venir au congrès --une première pour lui--, où il devrait être déchu de la présidence d'honneur.

Dans la même thématique

Paris: Lucie Castets
7min

Politique

« Exigeante », « politique », « âpre négociatrice » : le profil de Lucie Castets par les sénateurs qui l’ont côtoyée

Cette haute fonctionnaire de 37 ans, issue de la société civile et très marquée à gauche, a été choisie par le Nouveau Front populaire comme candidate au poste de Première ministre. Au Sénat, plusieurs élus ont été amenés à travailler avec elle à la mairie de Paris. Ils saluent ses aptitudes, et l’appellent désormais à engager une « bataille de l’opinion » pour pousser Emmanuel Macron à la nommer à Matignon.

Le

Paris Olympics
6min

Politique

Candidature du NFP à Matignon : Emmanuel Macron « botte en touche en disant qu’on va d’abord s’occuper des JO »

Mardi 23 juillet, Emmanuel Macron a donné sa première longue interview télévisée depuis la dissolution et les législatives. L’occasion pour le président de la République de livrer son analyse du scrutin, de temporiser et de refuser net la candidate du Nouveau Front populaire pour Matignon. Analyse de cette prestation avec l’expert en communication Philippe Moreau-Chevrolet.

Le

Emmanuel Macron interview sur France TV
4min

Politique

Emmanuel Macron est-il contraint de nommer Lucie Castets Première ministre ?

Hier, le Nouveau Front populaire s’est accordé sur le nom de Lucie Castets comme candidate au poste de Première ministre. Emmanuel Macron a balayé cette candidature considérant que cela n’était « pas le sujet ». Ce matin, Lucie Castets a demandé au Président de la République « de prendre ses responsabilités et de la nommer Première ministre ». Si constitutionnellement rien ne le contraint à nommer un Premier ministre, la décision du chef de l’Etat réside dans le choix « qui lui semble le plus à même de résister à une motion de censure », selon Bastien François, professeur de sciences politiques à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Le