FN: “On ne fera pas la refondation avec un pistolet sur la tempe” (Philippot)

FN: “On ne fera pas la refondation avec un pistolet sur la tempe” (Philippot)

"On ne fera pas la refondation avec un pistolet sur la tempe", a déclaré mardi Florian Philippot, vice-président du Front...
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

"On ne fera pas la refondation avec un pistolet sur la tempe", a déclaré mardi Florian Philippot, vice-président du Front national, après s'être vu demander, en bureau politique, de quitter la présidence de son association "Les Patriotes", point de discorde entre dirigeants frontistes depuis les législatives.

Un peu plus tôt mardi, Marine Le Pen avait dit sur RTL qu'elle "prendrai[t ses] responsabilités" si son vice-président n'accédait pas à cette demande.

"Je lui ai répondu, ainsi qu'au bureau politique, que je ne comprenais pas cette demande et que je ne pouvais donc pas y répondre", a déclaré M. Philippot mardi sur RMC et BFMTV.

"Je ne comprends pas du tout où est le problème avec cette association". "Je note que d'autres vice-présidents comme Louis Aliot sont également présidents d'associations" et "on ne leur a jamais rien demandé", a-t-il poursuivi.

Quitter la présidence des "Patriotes", "ce serait démontrer que notre parti n'est pas capable du minimum syndical d'ouverture démocratique qu'un grand parti moderne qui aspire au pouvoir en 2017 doit être capable d'assurer", a-t-il dénoncé.

"Florian est un dirigeant politique. Il sait, je crois, que la création des +Patriotes+ au moment des législatives a créé une forme d'émoi au sein du Front national, auprès des adhérents du Front national, et même certaines inquiétudes", avait un peu plus tôt déclaré Marine Le Pen.

"Moi, je lui fais confiance pour lever ces ambiguïtés, pour rassurer les adhérents du Front national et pour, je le souhaite, se reconcentrer, comme l'intégralité des dirigeants du Front national, sur cette grande œuvre de refondation", a-t-elle poursuivi.

Cette association, "ce n'est pas un souci majeur. Mais Florian est vice-président chargé de la communication et de la stratégie du Front national. Il est évident que s'il passe l'intégralité de son temps à faire la stratégie et la communication d'une petite association, +Les Patriotes+, les adhérents du Front national vont se sentir un peu orphelins", a fait valoir Mme Le Pen.

"Tous les membres, tous les dirigeants, tous les vice-présidents du Front national sont importants. Je tiens à ce qu'ils restent tous au Front national, qu'ils travaillent tous ensemble, qu'ils ne fassent pas preuve de mauvaise humeur". Dans le cadre du congrès du FN prévu en mars, "chacun doit pouvoir exprimer ses positions, le débat doit pouvoir avoir lieu en interne", a demandé Mme Le Pen.

"Le Front national a les mêmes statuts depuis près de 45 ans maintenant. Il va avoir des nouveaux statuts, peut-être un nouveau nom, une nouvelle organisation, de nouveaux visages", a-t-elle promis, demandant aux dirigeants du FN de se "concentrer" sur cette "refondation".

Dans la même thématique

FN: “On ne fera pas la refondation avec un pistolet sur la tempe” (Philippot)
7min

Politique

Européennes : « La tentation d’un pacte brun, à la fois sur l’écologie et les idéologies, nous menace », alerte l’écologiste David Cormand

Dans la dernière ligne droite de la campagne des européennes, trois candidats, chacun à la seconde place de leur liste, sont venus sur le plateau d’Extra Local : Céline Imart pour la liste LR, David Cormand pour la liste des Ecologistes et Guillaume Peltier pour Reconquête. Ils se sont exprimés notamment sur l’immigration, la future présidence de la Commission européenne ou le nucléaire.

Le

French Prime Minister Gabriel Attal visit in Valence
7min

Politique

Délinquance des mineurs : après l’avoir supprimée, le gouvernement veut réintroduire la comparution immédiate

Un peu plus d’un mois après ses annonces destinées à « renouer avec les adolescents et juguler la violence », Gabriel Attal a esquissé des nouvelles pistes sur la justice pénale des mineurs qu’il souhaite voir intégrer dans un projet de loi d’ici la fin de l’année, notamment la possibilité d’être jugé à partir de 16 ans en comparution immédiate. Une procédure qui avait été supprimée lors de la réforme de la justice pénale des mineurs en 2021.

Le