Folle journée de campagne pour Fillon

Folle journée de campagne pour Fillon

L'annulation de la visite de François Fillon au Salon de l'Agriculture a marqué le top départ d'une journée folle durant laquelle se sont...
Public Sénat

Par Nadège PULJAK

Temps de lecture :

4 min

Publié le

L'annulation de la visite de François Fillon au Salon de l'Agriculture a marqué le top départ d'une journée folle durant laquelle se sont succédé fausses rumeurs et vrais lâchages, le candidat annonçant lui-même sa prochaine mise en examen et sa volonté d'"aller jusqu'au bout".

08H00: Des dizaines de journalistes et photographes sont massés devant l'entrée du Pavillon 1 du Salon, Porte de Versailles. Le candidat est attendu pour un petit-déjeuner avec des responsables du monde agricole. Ses équipes sont déjà sur place.

08H10: Stupeur quand un communiqué, laconique, annonce que la visite est "reportée". "Un nouveau rendez-vous sera communiqué ultérieurement". L'incrédulité prévaut. "C'est une blague?", demandent des journalistes.

08H15: Le vice-président du parti Laurent Wauquiez apprend la nouvelle en direct sur LCI. "J’attends des explications", bredouille-t-il.

08H20: Jérôme Chartier, fidèle parmi les fidèles de François Fillon, est sur France Inter. Et lui aussi apprend la nouvelle par la presse. "J’espère que ce n’est pas pour une raison de sécurité". "Je ne vais pas me livrer à des spéculations", dit-il, prudent.

Arrive au même moment au Salon Dominique Bussereau. Ce sont les journalistes qui lui annoncent la nouvelle. "J'irai voir les vaches tout seul", lâche l'ancien ministre de l'Agriculture.

Effervescence. Les rumeurs fusent. Fillon va-t-il renoncer ? S'accrocher ? Sur Twitter en milieu de matinée, un faux compte Le Parisien annonce le "retrait" de Fillon au profit de "Baroin"... "Penelope Fillon serait en garde à vue", assure un élu LR. Personne d'autre ne confirme cette "info"... tout aussi fausse que la précédente. "Penelope va très bien, elle est chez elle à Paris", assure l'entourage de l'ex-Premier ministre.

- "Tout ce qu'il ne fallait pas faire" -

François Fillon au salon de l'agriculture à Paris le 1er mars 2017
François Fillon au salon de l'agriculture à Paris le 1er mars 2017
AFP

Fillon a téléphoné à Nicolas Sarkozy et Alain Juppé. Le maire de Bordeaux précise à l'AFP qu'"à ce stade de la journée", il n'a rien à dire de plus. La formule intrigue. Pendant ce temps, Fillon, à son QG, consulte ses troupes.

09H46: un nouveau communiqué annonce une déclaration à la presse à 12H00. Dès 10H00, les journalistes se ruent devant le bâtiment, sous la pluie.

La veille, Thierry Solère, porte-parole de Fillon, s'est cassé le pied en glissant sur le trottoir. Plâtré jusqu'au genou, il répond au téléphone... mais n'en sait pas plus que les autres.

"Fillon est, comme toujours, très secret", confie un élu LR à l'AFP. Le suspense continue. Le candidat cherche à scénariser la séquence.

Selon des sources LR, certains ténors consultés dans la matinée par le candidat lui ont conseillé de renoncer, notamment Gérard Larcher, président du Sénat et longtemps l'un de ses plus fervents soutiens, et Bruno Le Maire. "C'est à toi de décider", lui dit au téléphone Nicolas Sarkozy. Dans la même veine, Juppé lui lance: "Tu devrais te retirer mais ta décision t'appartient. Je ne ferai rien pour te fragiliser". "Si tu as la force de continuer, il faut réorienter ta campagne", lui conseille Valérie Pécresse.

12H30: fin du suspense. Avec une demi-heure de retard, François Fillon arrive et annonce sa convocation chez les juges le 15 mars, avec prochaine mise en examen. "Je ne céderai pas, je ne me retirerai pas", martèle le candidat, en dénonçant un "assassinat politique".

14H50: Il se rend finalement au Salon de l'Agriculture, entouré d'élus LR. D'autres l'ont déjà lâché en rase campagne: Bruno Le Maire annonce à l'AFP qu'il démissionne de ses fonctions auprès de lui. Motif: François Fillon a renoncé à se retirer comme il l'avait promis en cas de mise en examen, dénonce l'ex-ministre, qui a, lui, "le respect de la parole donnée". Ses proches décident d'en faire autant, notamment Frank Riester et Arnaud Robinet.

"Quel cynisme!", réagit un ténor LR, en rappelant que Le Maire avait lui aussi fait embaucher son épouse comme assistante à l'Assemblée. Le camp Fillon "l'a mauvaise"...

"Mais franchement, ce qu'ils ont fait ce matin chez Fillon, politiquement, c'est tout ce qu'il ne fallait pas faire. Personne n'était au courant. C'est encore une connerie imaginée par Anne Méaux. Fillon a relancé le plan B...", se lamente une source LR.

Fin d'après-midi: nouveau lâchage, l'UDI décide de "suspendre" sa participation à la campagne de François Fillon. La vice-présidente LR de l'Assemblée, la sarkozyste Catherine Vautrin, demande le retrait de Fillon et réclame "un autre candidat".

Dans la même thématique

Paris: Lucie Castets
7min

Politique

« Exigeante », « politique », « âpre négociatrice » : le profil de Lucie Castets par les sénateurs qui l’ont côtoyée

Cette haute fonctionnaire de 37 ans, issue de la société civile et très marquée à gauche, a été choisie par le Nouveau Front populaire comme candidate au poste de Première ministre. Au Sénat, plusieurs élus ont été amenés à travailler avec elle à la mairie de Paris. Ils saluent ses aptitudes, et l’appellent désormais à engager une « bataille de l’opinion » pour pousser Emmanuel Macron à la nommer à Matignon.

Le

Paris Olympics
6min

Politique

Candidature du NFP à Matignon : Emmanuel Macron « botte en touche en disant qu’on va d’abord s’occuper des JO »

Mardi 23 juillet, Emmanuel Macron a donné sa première longue interview télévisée depuis la dissolution et les législatives. L’occasion pour le président de la République de livrer son analyse du scrutin, de temporiser et de refuser net la candidate du Nouveau Front populaire pour Matignon. Analyse de cette prestation avec l’expert en communication Philippe Moreau-Chevrolet.

Le

Emmanuel Macron interview sur France TV
4min

Politique

Emmanuel Macron est-il contraint de nommer Lucie Castets Première ministre ?

Hier, le Nouveau Front populaire s’est accordé sur le nom de Lucie Castets comme candidate au poste de Première ministre. Emmanuel Macron a balayé cette candidature considérant que cela n’était « pas le sujet ». Ce matin, Lucie Castets a demandé au Président de la République « de prendre ses responsabilités et de la nommer Première ministre ». Si constitutionnellement rien ne le contraint à nommer un Premier ministre, la décision du chef de l’Etat réside dans le choix « qui lui semble le plus à même de résister à une motion de censure », selon Bastien François, professeur de sciences politiques à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Le