Fonction publique : Olivier Dussopt affirme qu’il n’y aura pas de dégel ni de décorrélation du point d’indice

Fonction publique : Olivier Dussopt affirme qu’il n’y aura pas de dégel ni de décorrélation du point d’indice

Invité de l’émission Territoire d’Infos sur Public Sénat et les Indés Radios, le secrétaire d’État à la fonction publique, Olivier Dussopt, confirme qu’il n’y aura ni dégel du point d’indice de la fonction publique ni décorrélation de celui-ci.
Public Sénat

Par Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Alors que le Sénat s’apprête à examiner en séance le projet de loi transformant la fonction publique, des propositions sont attendues pour l’amélioration du pouvoir d'achat des fonctionnaires. Le prochain rendez-vous salarial se tiendra le 2 juillet et il est très attendues par les organisations syndicales. « Nous ne dégèlerons pas le point d’indice de la fonction publique » affirme ce matin Olivier Dusspot. Il ajoute : « Nous avons eu l’occasion à plusieurs reprises de dire que ce n’était pas la méthode que nous voulons retenir car cela représente un coût collectif très important pour un apport individuel relativement faible. »

Le secrétaire d’Etat justifie ce gel par un coût collectif trop fort : « Quand on augmente le point d’indice de 1%, cela coûte deux milliards d’euros de dépense publique et c’est 14 euros d’augmentation pour un agent de la fonction publique qui gagne moins de deux mille euros. C’est toujours bon à prendre mais c’est peu par rapport au coût collectif. »

Olivier Dussopt annonce également qu’il n’y aura pas de décorrélation du point d’indice dans la fonction publique : « Le Président de la République avait ouvert le débat lors du Congrès des maires de novembre 2017. Nous avons interrogé les associations d’élus et aucune ne le souhaite et donc nous tiendrons compte de cet avis-là. »

Dans la même thématique

France Macron
10min

Politique

Européennes : comment l’accord entre l’UDI et Renaissance se « deale » au plus haut niveau

Ce sera officiel lors d’un conseil national de l’UDI, le 23 mars, mais le principe a été acté au plus au niveau. Le parti centriste va faire liste commune avec Renaissance pour les élections européennes. Emmanuel Macron a reçu en début d’année le sénateur Hervé Marseille, patron de l’UDI, pour conclure l’accord. Reste à définir les places sur la liste. Pour l’UDI, le nom de l’ex-sénatrice Valérie Létard est cité…

Le