Fondation pour la mémoire de l’esclavage : Jean-Marc Ayrault précise le calendrier

Fondation pour la mémoire de l’esclavage : Jean-Marc Ayrault précise le calendrier

Jean-Marc Ayrault, président de la Fondation pour la mémoire de l’esclavage, explique avoir rencontré des difficultés pour trouver les fonds nécessaires à la création de la fondation. Elle s’installera à l’hôtel de la Marine « peut-être à la fin de l’année ».
Public Sénat

Par Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Jean-Marc Ayrault, président de la Fondation pour la mémoire de l’esclavage, était invité du plateau de Public Sénat, ce vendredi, pour la journée nationale des mémoires de la traite, de l'esclavage et de leurs abolitions.

Grâce à la fondation, il entend « faire vivre l’héritage que nous avons en partage, cette histoire douloureuse, mais aussi de récréation, de richesse, d’invention, de valeur », a-t-il expliqué après le discours d’Emmanuel Macron. Pour l’ancien premier ministre socialiste, il ne faut « pas opposer les mémoires entre elles ou faire de la concurrence des identités mais (il faut) renforcer les principes d’égalité et de fraternité et donc plus de cohésion nationale ».

Jean-Marc Ayrault : « Il ne faut pas opposer les mémoires entre elles »
00:49

La fondation sera juridiquement créée « peut-être au courant de l’été ou à la fin de l’été ». La Fondation pour la mémoire de l’esclavage sera logée à l’hôtel de la Marine, actuellement encore en travaux. « Peut-être à la fin de l’année ou en début d’année prochaine, nous serons symboliquement dans ce lieu qui a été le lieu du ministère des colonies mais aussi du décret Schoelcher de l’abolition de l’esclavage » ajoute le président de la fondation.

Recueil des fonds : « Ce n’est pas spontané, il faut expliquer, convaincre, parfois ça fait peur »

« Pour être fondation d’utilité publique, il faut un capital de 1,5 million d’euros minimum. Nous avons recueilli 1,6 million d’euros » auprès de « donateurs privées » et de « collectivités territoriales », précise Jean-Marc Ayrault, qui reconnaît qu’il a rencontré des difficultés pour trouver des fonds. « Ce n’est pas spontané, il faut expliquer, convaincre, parfois ça fait peur. Certains disent « vous allez ressasser des histoires du passé, tournons la page, passons à autre chose ». (…) Alors qu’au fond, c’est notre histoire d’aujourd’hui, ce n’est pas que l’histoire du passé. C’est aussi un défi pour la société contemporaine ».

« Le budget de fonctionnement sera d’un peu plus de 2 millions d’euros par an » a aussi précisé Jean-Marc Ayrault, « la moitié par l’Etat et l’autre moitié par des mécènes ». « Nous avons pu recueillir des fonds pour avoir une lisibilité pour les 4 années qui viennent » ajoute l’ancien maire de Nantes. « Il y aura un conseil des territoires, un conseil des mécènes, pour faire vivre une approche collective » de la Fondation pour la mémoire de l’esclavage.

Dans la même thématique

Paris: reunion des representants de la Gauche
8min

Politique

Nouveau « Front populaire » : les négociations s’éternisent

Les négociations entre les différents partis de gauche pour une union en vue des élections législatives anticipées laissaient espérer une issue rapide ce jeudi 13 juin. Mais en fin de journée, négociateurs et chefs de partis étaient toujours en discussion. Retour sur des tractations mouvementées.

Le

Leader of Les Republicains (LR) right-wing opposition party Eric Ciotti leaves Les Republicains Headquarters in Paris
11min

Politique

Chez les LR, la crise déclenchée par Eric Ciotti se poursuit sur le terrain judiciaire

Eric Ciotti a saisi le tribunal judiciaire pour contester son exclusion des LR, suite à l’alliance qu’il a annoncé avec le RN pour les législatives. Ses opposants ont reconvoqué un bureau politique pour « valider », sur le plan juridique, son exclusion, afin de mieux respecter les statuts. Alors que la question des investitures est aussi en jeu, chacun fourbit ses armes pour porter la bataille sur tapis vert.

Le