Fonds Marianne :  « Il y a au moins, une porosité entre le politique et l’administration », affirme Jean-François Husson

En attendant les auditions de Marlène Schiappa, de Mohamed Sifaoui et de Sonia Backès les 13 et 14 juin, le rapporteur de la Commission d’enquête sur l’attribution du fonds Marianne, Jean-François Husson est revenu sur l’audition de l’ancien directeur de cabinet de Marlène Schiappa.
Henri Clavier

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

La publication d’un rapport de l’Inspection générale de l’administration (IGA) critiquant son action, a provoqué la démission du préfet Christian Gravel, secrétaire général du Comité interministériel de prévention de la délinquance et de la radicalisation (CIPDR). Auditionné le 16 mai, le préfet Gravel avait laissé entrevoir l’existence d’une porosité entre le travail de l’administration et celui du cabinet de la ministre Marlène Schiappa, alors ministre déléguée à la citoyenneté. Pour rappel, le fonds Marianne avait été lancé en 2021, après la mort de Samuel Paty, et cherchait à lutter contre la haine et la radicalisation en ligne. Depuis, plusieurs soupçons sont apparus quant à l’attribution et l’utilisation des fonds.

 « Il y a eu, dès l’origine, une grande légèreté et probablement une faute »

Jean-François Husson, rapporteur de la commission d’enquête sur le fonds Marianne, se dit « surpris par la démission » tout en reconnaissant que « le rapport de l’IGA est particulièrement sévère ». Surtout, « le rapport pointe un manque de transparence et d’équité dans le choix des associations », précise le rapporteur de la commission d’enquête. En effet, les deux associations ayant bénéficié de la plus grande subvention présentent de sérieux doutes quant à l’utilisation adéquate des fonds et à la légitimité de leur sélection. « Les auditions que l’on mène, on les mène avec une forme de sérénité pour pouvoir constater objectivement les faits pour rétablir la chronologie », détaille Jean-François Husson comme pour mettre en lumière les contradictions dans les chronologies présentées par les différentes personnes auditionnées.

« Attribuer des sommes aussi importantes à des associations dont les budgets sont aussi faméliques ou qui sont en cours de constitution démontre, me semble-t-il, qu’il y a eu, dès l’origine, une grande légèreté et probablement une faute », explique Jean-François Husson qui ajoute également « je pense que c’est beaucoup plus sérieux que ce que l’on a pu apprendre jusqu’à maintenant ».

L’implication du cabinet de Marlène Schiappa

Comme le rapportent les différents membres de la commission d’enquête, la transparence dans l’attribution des subventions du fonds Marianne est largement mise en doute. « Les mécanismes de décision ne sont pas clairs. Il y a, au moins, une porosité entre le politique et l’administration », affirme Jean-François Husson. Selon le rapporteur, le cabinet de la ministre aurait joué un rôle dans la sélection des dossiers et l’attribution des subventions.

L’audition du préfet Jallet, ancien directeur de cabinet de Marlène Schiappa, ce mercredi 7 juin, confirme le doute existant. « A priori, le cabinet suivait de très près [l’attribution du fonds Marianne] mais sans s’en mêler. On nous dit que la ministre ne s’en occupait pas mais les déclarations sont assez contradictoires donc on va recouper les différentes auditions et les différents témoignages », explique Jean-François Husson. Les auditions des 13 et 14 juin, de Marlène Schiappa et de Mohamed Sifaoui, sont donc extrêmement attendues.

Pour aller plus loin

Dans la même thématique

Paris: Lucie Castets
7min

Politique

« Exigeante », « politique », « âpre négociatrice » : le profil de Lucie Castets par les sénateurs qui l’ont côtoyée

Cette haute fonctionnaire de 37 ans, issue de la société civile et très marquée à gauche, a été choisie par le Nouveau Front populaire comme candidate au poste de Première ministre. Au Sénat, plusieurs élus ont été amenés à travailler avec elle à la mairie de Paris. Ils saluent ses aptitudes, et l’appellent désormais à engager une « bataille de l’opinion » pour pousser Emmanuel Macron à la nommer à Matignon.

Le

Paris Olympics
6min

Politique

Candidature du NFP à Matignon : Emmanuel Macron « botte en touche en disant qu’on va d’abord s’occuper des JO »

Mardi 23 juillet, Emmanuel Macron a donné sa première longue interview télévisée depuis la dissolution et les législatives. L’occasion pour le président de la République de livrer son analyse du scrutin, de temporiser et de refuser net la candidate du Nouveau Front populaire pour Matignon. Analyse de cette prestation avec l’expert en communication Philippe Moreau-Chevrolet.

Le

Emmanuel Macron interview sur France TV
4min

Politique

Emmanuel Macron est-il contraint de nommer Lucie Castets Première ministre ?

Hier, le Nouveau Front populaire s’est accordé sur le nom de Lucie Castets comme candidate au poste de Première ministre. Emmanuel Macron a balayé cette candidature considérant que cela n’était « pas le sujet ». Ce matin, Lucie Castets a demandé au Président de la République « de prendre ses responsabilités et de la nommer Première ministre ». Si constitutionnellement rien ne le contraint à nommer un Premier ministre, la décision du chef de l’Etat réside dans le choix « qui lui semble le plus à même de résister à une motion de censure », selon Bastien François, professeur de sciences politiques à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Le

La sélection de la rédaction