Paris: Meeting for the Kurds of Syria

Fonds Marianne : les dernières révélations sur Sifaoui ne surprennent pas les membres de la commission d’enquête

L’audition de Mohamed Sifaoui par la commission d’enquête sénatoriale sur le Fonds Marianne avait révélé que journaliste avait bénéficié d’un contrat de consultant avec le CIPDR. Un article de la Lettre A précise, ce mercredi, que ce contrat s’est fait au nom d’une entreprise qui appartient à au président du l’USEPPM, une association mise en cause dans l’affaire du Fonds Marianne.
Simon Barbarit

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Mohamed Sifaoui a été rémunéré deux fois et dans un même laps de temps sur fonds publics pour lutter contre la radicalisation islamiste. C’était l‘une des informations principales de l’audition tendue de Mohamed Sifaoui jeudi dernier devant la commission d’enquête sénatoriale sur le Fonds Marianne.

Le journaliste qui passe pour un expert des questions de radicalisation n’avait pas caché ses bonnes relations avec certains membres du Comité Interministériel de prévention de la délinquance et de la radicalisation (CIPDR). C’est d’ailleurs par son entregent que l’association dont il était l’un des dirigeants, l’USEPPM (l’Union des sociétés d’éducation physique et de préparation militaire) avait pu bénéficier de la plus grosse subvention du Fonds Marianne : 355 000 euros pour produire des « contre-discours républicains » sur les réseaux sociaux. Les productions de l’USEPPM en la matière s’avéreront décevantes, les sommes obtenues ayant servi principalement à rémunérer les dirigeants de l’association dont Mohamed Sifaoui.

Le journaliste avait révélé aux sénateurs avoir été rémunéré 39 500 euros par le CIPDR pour des prestations de consultant de novembre 2020 jusqu’à janvier 2023. Une période qui couvre l’appel à projet Fonds Marianne.

Pour concilier cette rémunération à temps plein au titre de ses fonctions à l’USEPPM et ce contrat de consultant, Mohamed Sifaoui avait expliqué avoir « une capacité de travail qui est bien supérieure à la normale ».

Dans un article publié ce mercredi, la lettre A indique que Mohamed Sifaoui, en sus de ces deux fonctions, a signé une dizaine d’articles dans le JDD entre décembre 2020 et septembre 2022 « comme pigiste spécialiste de Beauvau ». De quoi poser quelques problèmes déontologiques quand on cannait ses liens avec le ministère de l’Intérieur.
Mais surtout, on apprend que le contrat de consultant passé avec le CIPDR s’est fait au nom de R & K, une société spécialisée dans le cuir de luxe et détenue par Maria Karunagaran et son mari Cyril Karunagaran, le président de l’USEPPM, lui-même auditionné par la commission d’enquête.

Devant les sénateurs, Mohamed Sifaoui avait bien indiqué que son contrat de consultant s’était fait au nom d’une entreprise mais sans préciser laquelle. Selon nos informations, les membres de la commission se sont fait communiquer ce fameux contrat ainsi que d’autres pièces liées aux activités de Mohamed Sifaoui. Si le cycle d’auditions est clos, la commission d’enquête va également procéder à quelques entrevues « pour vérifier telles ou telles infos ».
Le rapport et les préconisations de la commission d’enquête sont attendus autour du 13 juillet.

Pour aller plus loin

Dans la même thématique

France Macron
10min

Politique

Européennes : comment l’accord entre l’UDI et Renaissance se « deale » au plus au niveau

Ce sera officiel lors d’un conseil national de l’UDI, le 23 mars, mais le principe a été acté au plus au niveau. Le parti centriste va faire liste commune avec Renaissance pour les élections européennes. Emmanuel Macron a reçu en début d’année le sénateur Hervé Marseille, patron de l’UDI, pour conclure l’accord. Reste à définir les places sur la liste. Pour l’UDI, le nom de l’ex-sénatrice Valérie Létard est cité…

Le