Frais de représentation: Macron renvoie “ceux qui diffament” à leurs “turpitudes”

Frais de représentation: Macron renvoie “ceux qui diffament” à leurs “turpitudes”

Emmanuel Macron, épinglé mardi par les chefs de file des députés LR et UDI Christian Jacob et Philippe Vigier à propos de frais...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Emmanuel Macron, épinglé mardi par les chefs de file des députés LR et UDI Christian Jacob et Philippe Vigier à propos de frais de représentation quand il était ministre de l’Économie, a appelé "ceux qui diffament" à s'occuper "de leurs propres turpitudes".

"Il faut que ces parlementaires fassent attention parce que la diffamation a un sens juridique", a déclaré M. Macron à RTL et Radio France, en marge d'un déplacement au Liban.

"J'ai toujours respecté les règles de la République avec beaucoup de scrupules", a-t-il dit.

"J'ai été un ministre engagé à temps plein, dans toutes mes missions. Et donc s'ils découvrent qu'un ministre engagé c'est un ministre qui voyage, qui va voir ses interlocuteurs, qui reçoit et qui est actif, ils découvrent peut-être ce qu'est une fonction de ministre et d'aucuns l'avaient oublié", a affirmé M. Macron, ministre de l’Économie d'août 2014 à août 2016.

"Je ne suis pour ma part pas un ministre qui payait des collaborateurs à s'occuper de ma circonscription. Je ne suis pas un ministre qui payait des collaborateurs à faire vivre un parti politique. Je suis un ministre qui a été engagé au service de la France", a-t-il ajouté. "Que ceux qui diffament s'occupent de leurs propres turpitudes", a-t-il dit.

Selon Philippe Vigier, président du groupe centriste et l'un des porte-parole de François Fillon en vue de la présidentielle, "120.000 euros des crédits du ministre à Bercy (ont été utilisés) pour des agapes En marche!, pour réunir tel ou tel, pour préparer sa campagne présidentielle".

"Franchement, celui qui nous expliquait dans une déclaration, que pas un seul euro d'argent public serait utilisé pour sa campagne, manifestement, c'est un mensonge", avait dit M. Vigier.

Interrogé dans les couloirs à propos des frais de bouche d'Emmanuel Macron, le chef de file des députés Les Républicains, Christian Jacob, avait répondu à la presse : "Emmanuel Macron est l'incarnation de l'imposture, l'imposture sur toute la ligne".

Dans la même thématique

Operation Wuambushu a Mayotte : Demolition en cours d’un vaste bidonville – Operation Wuambushu in Mayotte: Ongoing demolition of a vast slum
8min

Politique

« Mayotte place nette » : « La première opération était de la communication et la deuxième sera de la communication », dénonce le sénateur Saïd Omar Oili

Le gouvernement a annoncé ce mardi 16 avril le lancement du dispositif « Mayotte place nette », un an après le maigre bilan de l’opération baptisée « Wuambushu ». Saïd Omar Oili, sénateur de Mayotte, regrette le manque de communication du gouvernement avec les élus du département et met en doute l’efficacité de ce « Wuambushu 2 ».

Le

Paris : Question time to the Prime Minister Gabriel Attal
6min

Politique

100 jours à Matignon : « La stratégie Attal n’a pas tenu toutes ses promesses », analyse Benjamin Morel

Le Premier ministre marquera jeudi le passage de ces cent premiers jours au poste de chef du gouvernement. Si Gabriel Attal devait donner un nouveau souffle au deuxième quinquennat d’Emmanuel Macron, sa stratégie n’est néanmoins pas payante car il « veut en faire trop sans s’investir fortement sur un sujet », selon Benjamin Morel, maître de conférences en droit public.

Le

ILLUSTRATION : Carte Electorale
4min

Politique

Elections européennes 2024 : comment se déroule le scrutin ?

Tous les citoyens des pays de l’Union Européenne ne votent pas au même moment. Du 6 au 9 juin, ils se rendront aux urnes pour élire 720 députés au Parlement européen. Public Sénat vous explique tout sur ce scrutin, essentiel pour l’avenir de l’Europe.

Le