France 2 renonce à son débat avec les 11 candidats

France 2 renonce à son débat avec les 11 candidats

France 2 a renoncé à organiser un débat avec les onze candidats à la présidentielle, le 20 avril, et leur propose désormais onze interviews...
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

France 2 a renoncé à organiser un débat avec les onze candidats à la présidentielle, le 20 avril, et leur propose désormais onze interviews individuelles en direct, dont l'ordre serait déterminé par tirage au sort en début d'émission, ont indiqué les entourages de plusieurs candidats mercredi.

Mais plusieurs candidats ont émis des réserves sérieuses, ce qui donne peu de chances à l'événement de se tenir, selon ces sources.

La chaîne publique a mis cette nouvelle proposition sur la table lors d'une réunion mercredi après-midi, au lendemain du débat à onze diffusé sur BFMTV et CNews.

Présentée par David Pujadas et Léa Salamé, pris en photo à Saint-Cloud le 15 septembre dans le studio de
Présentée par David Pujadas et Léa Salamé, pris en photo à Saint-Cloud le 15 septembre dans le studio de "L’Émission politique", l'une des rares émissions à consacrer plus de deux heures en première partie de soirée à un invité politique.
AFP/Archives

Les interviews envisagées, d'une quinzaine de minutes, seraient réalisées par les journalistes David Pujadas et Léa Salamé, après une introduction commune.

"Vu hier (mardi), France 2 ne veut pas reprendre la même séquence, considérant qu'il y a un risque de débordements à 2 jours de la fin… Enfin, ça a été dit en termes plus feutrés", a expliqué l'entourage d'un candidat.

Jean-Luc Mélenchon, qui avait soulevé un problème d'agenda le 20 avril, a toujours cette difficulté. "Pour nous c'est un problème de date, on voudrait que ce soit enregistré", a confirmé l'entourage du leader de La France insoumise, tout en validant le nouveau format proposé.

Jean-Luc Mélenchon sur le plateau de BFM TV et CNews, le 4 avril 2017 à La Plaine-Saint-Denis
Jean-Luc Mélenchon sur le plateau de BFM TV et CNews, le 4 avril 2017 à La Plaine-Saint-Denis
POOL/AFP

D'autres candidats ont émis des réserves sur la question du tirage au sort, qui les contraindraient à attendre dans leur loge qu'arrive leur tour.

Certains jugeraient par ailleurs les journalistes désignés par la chaîne "trop abrasifs".

France Télévisions a confirmé mercredi avoir fait "une nouvelle proposition" aux candidats, sans en préciser la forme mais en indiquant seulement que l'émission n'aurait "lieu que si les 11 candidats acceptent tous d’y participer".

Les candidats doivent donner leur réponse avant la fin de la semaine.

En Marche! a donné son "accord sur la forme et la date, tout en tenant compte des réserves des autres candidats qui nous paraissent légitimes", a déclaré un proche d'Emmanuel Macron.

Le candidat socialiste à la présidentielle Benoît Hamon, lors d'un déplacement à Nancy, le 5 avril 2017
Le candidat socialiste à la présidentielle Benoît Hamon, lors d'un déplacement à Nancy, le 5 avril 2017
AFP

Interrogé en marge d'un déplacement dans l'est de la France, Benoît Hamon (PS) a dit regretter que "le service public audiovisuel ait cédé a la pression". "Ce n'est pas bon pour la démocratie", a jugé M. Hamon, égratignant ceux pour qui "la démocratie, c'est quand ça les arrange".

"Je déplore que les caprices de certains candidats privent les Français du dernier débat auquel ils ont droit", a tweeté le secrétaire national d'EELV David Cormand.

Dans la même thématique

Paris: reunion des representants de la Gauche
8min

Politique

Nouveau « Front populaire » : les négociations s’éternisent

Les négociations entre les différents partis de gauche pour une union en vue des élections législatives anticipées laissaient espérer une issue rapide ce jeudi 13 juin. Mais en fin de journée, négociateurs et chefs de partis étaient toujours en discussion. Retour sur des tractations mouvementées.

Le

Leader of Les Republicains (LR) right-wing opposition party Eric Ciotti leaves Les Republicains Headquarters in Paris
11min

Politique

Chez les LR, la crise déclenchée par Eric Ciotti se poursuit sur le terrain judiciaire

Eric Ciotti a saisi le tribunal judiciaire pour contester son exclusion des LR, suite à l’alliance qu’il a annoncé avec le RN pour les législatives. Ses opposants ont reconvoqué un bureau politique pour « valider », sur le plan juridique, son exclusion, afin de mieux respecter les statuts. Alors que la question des investitures est aussi en jeu, chacun fourbit ses armes pour porter la bataille sur tapis vert.

Le