France: les principaux candidats à l’élection présidentielle

France: les principaux candidats à l’élection présidentielle

La clôture officielle des inscriptions à l'élection présidentielle interviendra mi-mars, une douzaine de candidats sont déjà déclarés et cinq d...
Public Sénat

Temps de lecture :

4 min

Publié le

La clôture officielle des inscriptions à l'élection présidentielle interviendra mi-mars, une douzaine de candidats sont déjà déclarés et cinq d'entre eux espèrent accéder au second tour dans une campagne marquée par de multiples rebondissements.

- Marine Le Pen, 48 ans, Front National

Présidente depuis 2011 du parti d'extrême droite Front national fondé par son père, député européenne, Marine Le Pen espère profiter de la vague qui a porté Donald Trump à la Maison Blanche et conduit les Britanniques à voter pour le Brexit.

Elle avait obtenu 17,9% des voix lors de sa première candidature à la présidentielle en 2012. Son parti - qui a lissé son image sulfureuse - a engrangé depuis les succès électoraux. En tête des intentions de vote dans les sondages, elle est toutefois pour l'instant donnée battue dans tous les cas de figure au second tour.

- François Fillon, 62 ans, Les Républicains

Longtemps cantonné aux coulisses, l'ancien Premier ministre de Nicolas Sarkozy (2007-2012) a créé la surprise en remportant brillamment la primaire de la droite avec un programme qu'il veut "radical" dans le domaine économique et social.

François Fillon lors d'un débat à l'EBG (Electronic Business Group) le 31 janvier 2017 à Paris
François Fillon lors d'un débat à l'EBG (Electronic Business Group) le 31 janvier 2017 à Paris
AFP

Engagé depuis près de 40 ans en politique, ce député de Paris, qui a fait campagne sur l'austérité et la probité, apparaît fragilisé par des accusations d'emplois fictifs visant son épouse Penelope, au point que certains à droite n'excluent plus son retrait.

- Emmanuel Macron, 39 ans, "En marche!"

Inconnu du public jusqu'à son entrée au gouvernement en 2014, cet ancien banquier d'affaires devenu ministre de l'Economie s'est lancé fin août dans la course à l'Elysée, avec son mouvement "En Marche!", positionné au centre de l'échiquier politique.

Le candidat à la présidentielle d'En Marche, Emmanuel Macron le 31 janvier 2017 à La Défense près de Paris
Le candidat à la présidentielle d'En Marche, Emmanuel Macron le 31 janvier 2017 à La Défense près de Paris
AFP

Jeune et charismatique, il attire les foules à ses meetings et a reçu le soutien de plusieurs personnalités politiques, médiatiques ou économiques. Jamais élu, il est attaqué par ses adversaires sur son manque d'expérience et le flou de ses propositions.

- Benoît Hamon, 49 ans, parti socialiste

Autre surprise de cette campagne, ce tenant de l'aile gauche du parti socialiste est parvenu à imposer sa ligne sociale et écologiste au second tour de la primaire, face à l'ex-Premier ministre Manuel Valls.

Benoît Hamon au soir de sa victoire au second tour de la primaire le 29 janvier 2017 à Paris
Benoît Hamon au soir de sa victoire au second tour de la primaire le 29 janvier 2017 à Paris
AFP

Ancien ministre du président François Hollande, député, Benoît Hamon sait qu'il doit rassembler une gauche écartelée entre plusieurs courants, plusieurs visions, pour atteindre le second tour du scrutin. Il compte engager des discussions avec les écologistes et la gauche radicale, sans jusqu'à présent évoquer Emmanuel Macron, qui ,selon lui "n'est pas de gauche".

- Jean-Luc Mélenchon, 65 ans, "La France insoumise"

Ancien ministre et cofondateur du Parti de gauche, Jean-Luc Mélenchon, déjà candidat en 2012 (11,1%), se présente cette fois "hors parti" et se veut le candidat de la "France insoumise", avec le soutien du parti communiste.

Celui qui mène une campagne active sur les réseaux sociaux et au plus près du terrain a salué la victoire de Benoît Hamon - aux "paroles si proches des nôtres" - à la primaire socialiste.

- Les autres candidats

- Yannick Jadot, 49 ans

Député européen, cet écologiste pragmatique issu d'une primaire des Verts veut "redonner à l'écologie une image d'amabilité".

- Michèle Alliot-Marie, 70 ans

Ex-présidente du parti gaulliste RPR de 1999 à 2002, plusieurs fois ministre (Défense, Intérieur, Justice, Affaires étrangères), de 2002 à 2011, elle a refusé de participer à la primaire de la droite.

- Nicolas Dupont-Aignan, 55 ans

Président du mouvement souverainiste Debout la France (1,79% en 2012), il se veut une alternative au choix Fillon-Le Pen et plaide pour un "réveil" des Français et une sortie de l'euro.

- Philippe Poutou, 49 ans

Déjà candidat pour le Nouveau parti anticapitaliste (NPA) en 2012 (1,15%), cet ouvrier s'est fait connaître par son combat pour la sauvegarde des emplois au sein de son usine Ford.

- Nathalie Arthaud, 46 ans

Candidate du parti d'extrême gauche Lutte ouvrière, cette enseignante d'économie et de gestion s'était déjà présentée en 2012 (0,56% des voix).

- Jacques Cheminade, 75 ans

Après avoir recueilli 0,25% en 2012, cet ancien fonctionnaire est à nouveau candidat "contre le sérail politique qui a pactisé avec l'empire de l'argent".

- Bastien Faudot, 38 ans

Investi par le Mouvement Républicain et Citoyen (MRC), il défend une Ve République "rajeunie" pour contrer le "rejet de la classe politique".

Dans la même thématique

France: les principaux candidats à l’élection présidentielle
7min

Politique

Européennes : « La tentation d’un pacte brun, à la fois sur l’écologie et les idéologies, nous menace », alerte l’écologiste David Cormand

Dans la dernière ligne droite de la campagne des européennes, trois candidats, chacun à la seconde place de leur liste, sont venus sur le plateau d’Extra Local : Céline Imart pour la liste LR, David Cormand pour la liste des Ecologistes et Guillaume Peltier pour Reconquête. Ils se sont exprimés notamment sur l’immigration, la future présidence de la Commission européenne ou le nucléaire.

Le

French Prime Minister Gabriel Attal visit in Valence
7min

Politique

Délinquance des mineurs : après l’avoir supprimée, le gouvernement veut réintroduire la comparution immédiate

Un peu plus d’un mois après ses annonces destinées à « renouer avec les adolescents et juguler la violence », Gabriel Attal a esquissé des nouvelles pistes sur la justice pénale des mineurs qu’il souhaite voir intégrer dans un projet de loi d’ici la fin de l’année, notamment la possibilité d’être jugé à partir de 16 ans en comparution immédiate. Une procédure qui avait été supprimée lors de la réforme de la justice pénale des mineurs en 2021.

Le