France Médias Monde a subi une cyberattaque « sans précédent » il y a quelques mois, révèle Marie-Christine Saragosse

France Médias Monde a subi une cyberattaque « sans précédent » il y a quelques mois, révèle Marie-Christine Saragosse

Cyberattaques, fakenews, face à « une guerre mondiale de l’influence », l’audiovisuel public est-il suffisamment armé ? Auditionnée par la commission des affaires étrangères ce mercredi, la PDG de France médias monde apporte des éléments de réponses.
Public Sénat

Par Héléna Berkaoui

Temps de lecture :

4 min

Publié le

Mis à jour le

« C’est une guerre froide de l’info et parfois elle est même plus que froide », alerte la PDG de France médias monde, le groupe réunissant France 24, RFI et la radio Monte Carlo Doualiya. Auditionnée par la commission des Affaires étrangères du Sénat, Marie-Christine Saragosse a révélé que son groupe avait été victime d’une cyberattaque « sans précédent avec des pics montant à 400 000 tentatives d’intrusions par jour », il y a quelques mois. Si les attaques ont été repoussées par leur cellule de lutte contre les cyberattaques, cet incident témoigne des défis auxquels les médias sont confrontés.

Alors que la réforme de l’audiovisuel public a été présentée par le ministre de la culture, Franck Riester le 5 décembre en Conseil des ministres, les sénateurs s’inquiètent de la faiblesse des moyens dédiés à l’audiovisuel extérieur. Lors de l’examen du budget pour 2020, ils sont aussi montés au créneau pour que le gouvernement renonce à la baisse de ses crédits. En vain. Évoquant la future création de la holding « France médias » (qui supervisera l’ensemble des entreprises de l’audiovisuel public), le Président de la commission des affaires étrangères, Christian Cambon, rappelle les réserves du Sénat. « On est inquiets de voir comment France médias monde va pouvoir se développer et conserver sa spécificité dans un ensemble aussi vaste qui va avoir d’autres priorités stratégiques. » Une inquiétude renforcée par le développement des audiovisuels russes (Russia Today) ou chinois (China Global Television Network) dans un contexte de « guerre mondiale de l’influence ».

Réforme de l'audiovisuel public : « Nous prônons un financement mixte et un plancher de redevance »

Audiovisuel extérieur : « Nous prônons un financement mixte et plancher de redevances »
02:54

Pour Christian Cambon, le renflouement des caisses de l’audiovisuel extérieur nécessiterait que « l’Agence Française de développement, qui connaît une croissance absolument démesurée de ses crédits, mette un peu la main à la poche ». Une autre solution est avancée par Marie-Christine Saragosse. Quitte à vouloir une BBC à la française, autant aller jusqu’au bout et s’inspirer de son modèle économique : « Pour protéger BBC World, un double dispositif a été mis en place. D’abord ils bénéficient d’un plancher de redevance qui est fixé dans le COM, le contrat d’objectif des moyens de la BBC, il y a un plancher (…). Et d’autre part ils ont un contrat direct avec le Foreign office (…). Nous prônons un financement mixte et un plancher de redevance », détaille la PDG de France Médias Monde (voir la vidéo ci-dessus).

Devant des sénateurs acquis à sa cause, Marie-Christine Saragosse s’est également livrée à une présentation assez exhaustive du travail de ses équipes, comme l’éducation aux médias, la lutte contre les intox, la promotion de la francophonie ou encore l’outil de pacification que représente un travail d’information équilibré. Mais c’est le contexte sécuritaire, tant vis-à-vis du terrorisme qui sévit en Afrique subsaharienne que sur le terrain numérique avec les cyberattaques, qui a particulièrement interpellé les sénateurs. Cette menace pourrait s’apparenter à « une nouvelle arme nucléaire du XXIe siècle », prévient la PDG de France médias monde.  

Lire aussi : Le Sénat demande au gouvernement de s’armer dans la « guerre froide de l’information »

Dans la même thématique

Paris: Lucie Castets
7min

Politique

« Exigeante », « politique », « âpre négociatrice » : le profil de Lucie Castets par les sénateurs qui l’ont côtoyée

Cette haute fonctionnaire de 37 ans, issue de la société civile et très marquée à gauche, a été choisie par le Nouveau Front populaire comme candidate au poste de Première ministre. Au Sénat, plusieurs élus ont été amenés à travailler avec elle à la mairie de Paris. Ils saluent ses aptitudes, et l’appellent désormais à engager une « bataille de l’opinion » pour pousser Emmanuel Macron à la nommer à Matignon.

Le

Paris Olympics
6min

Politique

Candidature du NFP à Matignon : Emmanuel Macron « botte en touche en disant qu’on va d’abord s’occuper des JO »

Mardi 23 juillet, Emmanuel Macron a donné sa première longue interview télévisée depuis la dissolution et les législatives. L’occasion pour le président de la République de livrer son analyse du scrutin, de temporiser et de refuser net la candidate du Nouveau Front populaire pour Matignon. Analyse de cette prestation avec l’expert en communication Philippe Moreau-Chevrolet.

Le

Emmanuel Macron interview sur France TV
4min

Politique

Emmanuel Macron est-il contraint de nommer Lucie Castets Première ministre ?

Hier, le Nouveau Front populaire s’est accordé sur le nom de Lucie Castets comme candidate au poste de Première ministre. Emmanuel Macron a balayé cette candidature considérant que cela n’était « pas le sujet ». Ce matin, Lucie Castets a demandé au Président de la République « de prendre ses responsabilités et de la nommer Première ministre ». Si constitutionnellement rien ne le contraint à nommer un Premier ministre, la décision du chef de l’Etat réside dans le choix « qui lui semble le plus à même de résister à une motion de censure », selon Bastien François, professeur de sciences politiques à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Le