François de Rugy assure avoir « l’expérience » pour devenir président de l’Assemblée nationale

François de Rugy assure avoir « l’expérience » pour devenir président de l’Assemblée nationale

François de Rugy, député réélu sous l’étiquette LREM de la 1e circonscription de Loire-Atlantique, était ce matin l’invité de Territoires d’Infos, sur Public Sénat et Sud Radio. L’écologiste espère succéder à Claude Bartolone au perchoir.
Public Sénat

Par Alice Bardo

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Réélu dans la 1e circonscription de Loire-Atlantique avec une confortable avance (66,14%), François de Rugy a annoncé dès dimanche soir au Figaro qu’il briguait la présidence de l’Assemblée nationale. Il assure avoir « l’expérience » nécessaire, grâce au deux mandats qu’il a déjà faits en tant que député. « J’ai exercé plusieurs fonctions à l’Assemblée », ajoute-il. Le député a été coprésident du groupe écologiste, puis vice-président du palais Bourbon.

Aussi, celui qui est désormais En Marche certifie faire « depuis plusieurs années un certain nombre de propositions cohérentes avec l’élan réformateur qu’Emmanuel Macron veut imprimer partout dans le pays, y compris à nos institutions ». Il évoque ainsi la question de la transparence à l’Assemblée - « il y a encore des progrès à faire » - ; son fonctionnement ; la procédure législative « trop longue » ; la réduction de 30% du nombre de députés, l’introduction d’une dose de proportionnelle  - « avec le scrutin majoritaire il y a quand même une diversité » - ; ou encore la limitation du nombre de mandats dans le temps. Lui-même assure qu’il s’agit de son dernier mandat de député.

Déjà dans le rôle de président de l’Assemblée nationale, il rappelle que le palais Bourbon « n’a pas à être un lieu déstabilisé par des gens qui voudraient ne pas respecter les règles ou ne pas avoir un débat normal ». Une remarque qui fait suite à l’évocation de l’élection de Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen. « Chacun est libre de tout ce qui dit dans l’hémicycle mais il faut que les débats puissent être conduits. »

François de Rugy certifie avoir « toujours été favorable à l’existence de deux chambres » et précise qu’il souhaite que la réduction du nombre de parlementaires s’applique également au Sénat. Il souhaite également que la navette parlementaire soit simplifiée : « Tout le monde y gagnerait ». « Si je suis candidat, c’est pour réformer l’Assemblée », a-t-il conclu.

Dans la même thématique

Paris: Lucie Castets
7min

Politique

« Exigeante », « politique », « âpre négociatrice » : le profil de Lucie Castets par les sénateurs qui l’ont côtoyée

Cette haute fonctionnaire de 37 ans, issue de la société civile et très marquée à gauche, a été choisie par le Nouveau Front populaire comme candidate au poste de Première ministre. Au Sénat, plusieurs élus ont été amenés à travailler avec elle à la mairie de Paris. Ils saluent ses aptitudes, et l’appellent désormais à engager une « bataille de l’opinion » pour pousser Emmanuel Macron à la nommer à Matignon.

Le

Paris Olympics
6min

Politique

Candidature du NFP à Matignon : Emmanuel Macron « botte en touche en disant qu’on va d’abord s’occuper des JO »

Mardi 23 juillet, Emmanuel Macron a donné sa première longue interview télévisée depuis la dissolution et les législatives. L’occasion pour le président de la République de livrer son analyse du scrutin, de temporiser et de refuser net la candidate du Nouveau Front populaire pour Matignon. Analyse de cette prestation avec l’expert en communication Philippe Moreau-Chevrolet.

Le

Emmanuel Macron interview sur France TV
4min

Politique

Emmanuel Macron est-il contraint de nommer Lucie Castets Première ministre ?

Hier, le Nouveau Front populaire s’est accordé sur le nom de Lucie Castets comme candidate au poste de Première ministre. Emmanuel Macron a balayé cette candidature considérant que cela n’était « pas le sujet ». Ce matin, Lucie Castets a demandé au Président de la République « de prendre ses responsabilités et de la nommer Première ministre ». Si constitutionnellement rien ne le contraint à nommer un Premier ministre, la décision du chef de l’Etat réside dans le choix « qui lui semble le plus à même de résister à une motion de censure », selon Bastien François, professeur de sciences politiques à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Le