François de Rugy nouveau ministre de l’Environnement, Roxana Maracineanu aux Sports

François de Rugy nouveau ministre de l’Environnement, Roxana Maracineanu aux Sports

François de Rugy succède à Nicolas Hulot à l’Environnement, entraînant un changement à la tête de l’Assemblée nationale. L’ancienne championne de natation Roxana Maracineanu est nommée ministre des Sports, à la place de Laura Flessel.
Public Sénat

Temps de lecture :

5 min

Publié le

Mis à jour le

Un remaniement poste pour poste. C’est par communiqué, peu avant 13 heures, que l’Elysée a annoncé ce mardi 4 septembre la nomination de François de Rugy comme ministre d'Etat, ministre de la Transition écologique et solidaire, en remplacement de Nicolas Hulot, et celle de Roxana Maracineanu, ministre des Sports, à la place de Laura Flessel (voir le sujet de Flora Sauvage).

Le président LREM de l’Assemblée nationale, 44 ans, ancien d’Europe Ecologie-Les Verts, a le profil pour ce ministère. Politiquement, il partagera certainement la même vision de l’écologie que le gouvernement, d’autant qu’il a eu satisfaction sur l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, que l’exécutif a abandonné. De manière plus insidieuse, c’est aussi une manière d’exfiltrer le député de Loire-Atlantique du perchoir. Il n’était pas pressé de lâcher son poste à mi-mandat, selon un engagement pris par La République en Marche.

Richard Ferrand à la présidence de l’Assemblée ?

Avec le départ de François de Rugy, un jeu de chaises musicales va commencer à l’Assemblée nationale. Les regards se tournent naturellement vers Richard Ferrand, patron des députés LREM, pour devenir le nouveau président du Palais bourbon. « Je ne sais pas s’il y a une automaticité, il y a une élection interne au groupe. Mais si Richard Ferrand est candidat, c’est un très bon candidat » a affirmé à publicsenat.fr Sacha Houlié, député LREM de la Vienne, avant que le député du Finistère déclare justement sa candidature, lors d'une réunion du bureau de son groupe. La présidente de la commission des lois, Yaël Braun-Pivet, a aussi annoncé sa candidature à ses collègues du groupe LREM.

Si Richard Ferrand prend possession de l'Hôtel de Lassay, résidence du président de l'Assemblée nationale, il faudra lui trouver un remplaçant à la présidence du groupe. « Je vois trois candidats : Gilles Legendre, Barbara Pompili et Hugues Renson, sans ordre de préférence. Il faut voir celui ou celle qui apporte le plus » glisse un député de la majorité. Le premier, ancien journaliste, est vice-président du groupe, la seconde présidente de la commission du développement durable et le troisième, ancien conseiller de Jacques Chirac, est vice-président de l’Assemblée.

Départ surprise de Laura Flessel

Le remplacement de Laura Flessel est en revanche une surprise. Dans la matinée, la ministre des Sports a annoncé par communiqué sa démission – le deuxième en deux semaines d’un ministre issu de la société civile – coupant l’herbe sous le pied à l’exécutif. Elle assure que cette décision est prise « pour raisons personnelles », afin de renouer avec « des engagements passés, justement tournés vers l'humain, la solidarité et la coopération internationale ». A la différence de Nicolas Hulot, elle a prévenu le premier ministre de sa décision hier soir, lors d’un entretien. Reste à voir si elle n’a pas anticipé l’annonce pour garder la face.

C’est Roxana Maracineanu, une autre ancienne sportive de haut niveau, qui est nommée à sa place. Elle a été la première française championne du monde de natation en 200 mètres dos en 1998. En 2000, elle obtient la médaille d'argent sur la distance aux Jeux olympiques de Sydney. Agée de 43 ans, née en Roumanie, la nageuse s'était vu confier une mission pour réduire le nombre de noyades en juillet par le premier ministre.

Remaniement subi

La séquence de ce remaniement subi, conséquence de la démission de Nicolas Hulot, a montré qu’Emmanuel Macron n’était plus tout à fait le maître des horloges. Avant d’apprendre le nom du remplaçant de l’ancien ministre de l’Environnement, on a d’abord connu ceux qui ne le seraient pas. Après Daniel Cohn Bendit, c’est Pascal Canfin qui a annoncé mardi matin que ce ne serait pas lui. Les non-nominations se sont succédé. C’est le (nouveau) monde à l’envers.

« Les échanges que j'ai eus avec l'exécutif jusqu'à hier soir auront été, je l'espère, utiles pour que le futur gouvernement soit à la hauteur du défi écologique et tire les leçons de la démission de Nicolas Hulot », a déclaré Pascal Canfin, qui préside WWF France, souhaitant « bonne chance au futur ou à la future ministre qui en aura la responsabilité ».

Manière de montrer qu’il a pu être sollicité. Mais en creux, l’ancien ministre délégué au Développement de Jean-Marc Ayrault peut aussi signifier qu’il n’a pas eu les garanties voulues. Jeudi dernier, sur France Inter, Pascal Canfin a prévenu qu’aucun écologiste « n'ira dans ce gouvernement s'il n'y a pas un big-bang » dans la manière d’appréhender la politique environnementale. Et d’ajouter : « S’il n’a pas lieu, ce sera le signe de l’échec de n’importe quel autre ministre de l’Environnement »…

Dans la même thématique

Paris: Designation Bureau Assemblee Nationale
8min

Politique

Avec 11 groupes politiques, l’Assemblée nationale plus émiettée que jamais

Les députés élus ou réélus ont choisi le groupe politique auquel ils se rattachent. Avec onze groupes parlementaires déclarés, cette XVIIème législature établit un nouveau record de la Vème République. Symbole de la recomposition politique encore en cours après la dissolution. Revue d’effectifs par ordre décroissant.

Le

François de Rugy nouveau ministre de l’Environnement, Roxana Maracineanu aux Sports
7min

Politique

Avec leur pacte législatif d'urgence, les LR refusent « le blocage du pays » mais posent leurs lignes rouges

Les Républicains ont présenté ce lundi une série de réformes, très marquées à droite, et qui seraient soutenues par leurs élus si elles venaient à être reprises par le prochain gouvernement. Il n’est toujours pas question, en revanche, pour Laurent Wauquiez et Bruno Retailleau, les deux chefs de file de la droite parlementaire, de participer à une quelconque coalition.

Le

FRA : Hotel de MATIGNON
7min

Politique

Nouveau Front populaire : des parlementaires ne voient pas d’issue avant la fin de l’été

La gauche est toujours dans l’impasse, deux semaines après le résultat des législatives. Les quatre principaux partis du Nouveau Front populaire ne sont toujours pas parvenus à se mettre d’accord autour d’un nom partagé de tous pour Matignon. Plusieurs parlementaires estiment ces divisions contreproductives, en l’absence d’appel de l’Élysée.

Le