François Fillon « Gaulliste et chrétien » : Vincent Peillon se dit « choqué » et « indigné »

François Fillon « Gaulliste et chrétien » : Vincent Peillon se dit « choqué » et « indigné »

« Je ne veux pas qu’on traite inégalement les uns et les autres » a affirmé Vincent Peillon, défendant le principe de laïcité.
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Invité spécial de Territoires d’Infos sur Public Sénat et Sud Radio, le candidat à la primaire de la gauche Vincent Peillon s’est dit « choqué » et « indigné » par les propos de François Fillon. Au journal de 20 heures de TF1, l’ancien premier ministre avait expliqué qu’il ne prendrait pas de décision « contraire au respect de la dignité humaine » pour sa réforme de système de santé, en mettant notamment en avant son catholicisme.

« Je ne veux pas qu’on traite inégalement les uns et les autres » a affirmé Vincent Peillon, défendant le principe de laïcité.

« Vous parlez de racines judéo-chrétiennes, mais à mon avis, il y aurait quelqu’un qui aurait dit « En tant que Juif, je veux faire cela », vous auriez vu les réactions ».

L’ancien ministre de l’Education regrette que la religion soit au centre des débats au détriment d’autres sujets, dont le logement ou la politique internationale. « On est dans un débat identitaire imposé par l’extrême-droite et relayé par des esprits confus ».

Alors que dans le livre « Un président ne devrait pas dire ça », François Hollande avait déclaré à deux journalistes du Monde qu’il y avait « un problème avec l’islam en France », Vincent Peillon parle d’une « formule malheureuse ».

 

 

Dans la même thématique

FRANCE–EUROPEAN PARLIAMENT-ELECTION
14min

Politique

Européennes 2024 : tout savoir sur les « petites » listes

A côté des grosses machines électorales, elles existent difficilement dans les médias traditionnels, misant plutôt sur les réseaux sociaux. Entre une flopée de listes écologistes, des listes souverainistes et des micros partis, tour d’horizon de ces listes qui devraient avoir le plus grand mal à avoir des eurodéputés, mais dont la présence est loin d’être neutre pour le scrutin du 9 juin.

Le

Migration Europe
6min

Politique

Pacte européen asile et migration : qu'ont voté les eurodéputés français ?

Soutenu par les sociaux-démocrates et la droite européenne, le pacte asile et migration a été adopté au Parlement européen. Mais, contrairement à leurs collègues des autres États membres, Raphaël Glucksmann et François-Xavier Bellamy – têtes de liste socialiste et Les Républicains – se sont opposés au texte.

Le