François Fillon promet une campagne sans « zigzags »

François Fillon promet une campagne sans « zigzags »

François Fillon a présenté ses vœux à la presse et aux parlementaires de droite sans revenir sur le fond de ses propositions. Le candidat de la droite indique qui précisera et complétera ses objectifs mais ne « biaisera » pas.
Public Sénat

Temps de lecture :

4 min

Publié le

Mis à jour le

Dans son nouveau QG plein a craquer du XVème arrondissement de Paris, le candidat des Républicains a présenté ses vœux aux parlementaires et aux journalistes. Un discours d’une dizaine de minutes au cours desquelles, François Fillon est resté droit dans ses mocassins malgré les critiques qui commencent à poindre au sein même de son propre camp. Honneur aux journalistes, c’est d’abord à eux que s’adressent les premiers mots du candidat LR. « Je ne doute pas que notre relation sortira renforcée de ce compagnonnage, même si je sais que je ne suis pas pour vous un client facile. Vous devrez faire avec ma réserve et mes sourcils broussailleux. Dur travail ! ».

« Pas le candidat de l’establishment »

La plaisanterie passée, François Fillon reprend ses habits de « candidat de la vérité » et lance cette injonction sous la forme d’un plaidoyer pro domo. « Les leçons de la primaire doivent être méditées : méfiez-vous des scénarios écrits d’avance » lance celui qui a longtemps été présenté comme troisième homme de la primaire, puis favori de la présidentielle. « Il y a deux mois, je n’étais pas le candidat de l’establishment et je n’ai pas l’intention de le devenir » assure-t-il à son auditoire, estimant, comme lors de la campagne des primaires de la droite, que « les grilles de lecture du microcosme ne sont plus celles de cette France silencieuse et fiévreuse ».

«Sang et larmes» «purge», «casse sociale», et pourquoi pas l’apocalypse ! »

Quelque peu malmené ces derniers temps suite à ses propos sur les fonctionnaires de France Télécom, sur sa foi chrétienne ou encore par les mots de Bachar Al Assad à son égard, François Fillon estime que « la radicalité et la franchise » de son projet l’exposent « aux critiques et aux caricatures de ceux qui sont mous et flous ».  Sa campagne se fera sans « zigzags » martèle-t-il. « La démocratie, ça n’est pas un programme pour les primaires, un autre pour les présidentielles et pourquoi pas encore un programme pour les législatives ? » éclaircit-il, sans pour autant revenir sur le fond de son projet. Comme la nouvelle répartition des remboursements de l’assurance maladie ou la suppression de 500 000 postes de fonctionnaires qu’il souhaite mettre en œuvre. Deux mesures qui ont suscité la polémique et les couacs au sein de son équipe de campagne. « Contre le redressement national, mes adversaires ont rédigé leurs tracts : «sang et larmes» «purge», «casse sociale», et pourquoi pas l’apocalypse ! » se contente-il d’ironiser.

Bilan « médiocre » du quinquennat

Offensif sur le bilan du quinquennat « médiocre » de François Hollande, il considère que « l’occasion d’accélérer a été ratée » alors même que, selon lui, « les planètes étaient alignées : euro moins fort, prix de l’énergie en baisse, taux d’intérêts très bas ».

Pendant que les candidats à la primaire de gauche fourbissent leurs armes, François Fillon tranche avant même le résultat du scrutin : « quel que soit le vainqueur de ces primaires, il y aura bien, entre nous, une différence de fond et d’intensité : moi, je veux redresser la France ; à gauche, on veut l’assister dans son déclin ».

L’invocation habituelle du général de Gaulle

Pas de référence à sa foi chrétienne, ce mardi, tout juste évoque-t-il les « racines » et les « valeurs françaises ». Figure tutélaire du candidat Fillon, le général de Gaulle aura, par contre, droit de citation. « Redressement du pays, relance de l’Europe, influence internationale : vaste programme !  dirait le général de Gaulle » invoque l’ancien Premier ministre, et, veut-il croire, « il se peut, si les électeurs en décidaient ainsi, qu’un gaulliste prenne les commandes au mois de mai ». « Je veux incarner l’orgueil d’une nation qui ne se laisse pas abattre » conclut-il. « Vaste programme » dirait le général de Gaulle ?

Dans la même thématique

Brussels Special European Council – Renew Europe
10min

Politique

Européennes 2024 : avec son discours de la Sorbonne 2, Emmanuel Macron « entre en campagne », à la rescousse de la liste Hayer

Emmanuel Macron tient jeudi à la Sorbonne un discours sur l’Europe. Si c’est le chef de l’Etat qui s’exprime officiellement pour « donner une vision », il s’agit aussi de pousser son camp, alors que la liste de la majorité patine dans les sondages. Mais il n’y a « pas un chevalier blanc qui va porter la campagne. Ce n’est pas Valérie Hayer toute seule et ce ne sera même pas Emmanuel Macron tout seul », prévient la porte-parole de la liste, Nathalie Loiseau, qui défend l’idée d’« un collectif ».

Le

Jordan Bardella visite Poste-Frontiere de Menton
5min

Politique

Elections européennes : la tentation des seniors pour le vote RN, symbole de « l’épanouissement du processus de normalisation » du parti, selon Pascal Perrineau

Alors que la liste menée par Jordan Bardella (31.5%) devance de plus de 14 points la liste Renaissance, menée par Valérie Hayer (17%), selon le dernier sondage IFOP-Fiducial pour LCI, le Figaro et Sud-Radio, le parti de Marine Le Pen, mise désormais sur l’électorat âgé, traditionnellement très mobilisé pour les élections intermédiaires. Désormais deuxième force politique chez les plus de 65 ans (le RN conquiert 24% de cet électorat, 7 points de moins que Renaissance), la stratégie semble porter ses fruits. Décryptage avec le politologue Pascal Perrineau, professeur émérite à Sciences Po Paris et récent auteur de l’ouvrage Le Goût de la politique : Un observateur passionné de la Ve République, aux éditions Odile Jacob.

Le

Mairie de Paris, Jeux Olympiques 2024
4min

Politique

JO 2024 : les agents de sécurité privée vont-ils faire défaut ?

A trois mois des Jeux Olympiques, des incertitudes planent sur le nombre d’agents de sécurité privée mobilisés. Le préfet de police de Paris, Laurent Nunez indique « ne pas être inquiet pour l’instant ». Du côté des professionnels du secteur, on évalue un manque de 8 000 agents sur 40 000 nécessaires.

Le