Tulle : Atmosphere Francois Hollande elections legislatives meeting

François Hollande et les soutiens d’Hélène Geoffroy attendus au Sénat  

L’ancien président de la République doit participer ce mardi 9 juillet à une réunion autour d’Hélène Geoffroy, la maire de Vaulx-en-Velin, dont le courant, minoritaire au sein du PS, constitue l’un des principaux mouvements d’opposition à la ligne politique défendue par Olivier Faure, l’actuel Premier secrétaire.
Romain David

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Un visiteur du soir au Sénat. François Hollande, l’ancien président de la République, est attendu en fin d’après-midi au Palais du Luxembourg, selon une information de la newsletter Politico, dont Public Sénat a eu confirmation. Fraichement réélu, le nouveau député de Corrèze doit participer à une réunion avec Hélène Geoffroy, la maire de Vaulx-en-Velin, l’une des principales rivales d’Olivier Faure, le Premier secrétaire du PS. « Il ne s’agit pas d’une réunion autour de François Hollande, mais d’une réunion des soutiens au mouvement d’Hélène Geoffroy », tient à préciser une collaboratrice du groupe PS au Sénat.

Officiellement, il s’agit d’accueillir les députés soutenus par Hélène Geoffroy qui ont été (ré) élus à l’issue des législatives anticipées. Les socialistes du Sénat, jusqu’à la mise en place de la nouvelle législature, conserve le deuxième groupe parlementaire de gauche, avec 64 élus. « Nous allons saluer nos collègues députés, et bien sûr parler de la situation politique du pays », nous explique Rachid Témal, l’un des parlementaires participants. Avant de minimiser la portée de cette rencontre : « Vous savez, nous avons un fonctionnement très démocratique au sein du PS, les membres des différents courants se retrouvent régulièrement pour discuter, il ne faut pas y voir quelque chose de particulier… » Une rencontre qui tombe à point nommé, alors que les groupes politiques au sein de la nouvelle assemblée sont en train de se constituer.

Depuis dimanche soir, et la victoire surprise du Nouveau front populaire aux législatives anticipées, les principales formations de gauche sont en plein remue-ménage pour établir une méthode de gouvernement en l’absence de majorité absolue. Lundi, sur TF1, Olivier Faure a exclu la possibilité d’une coalition avec la majorité sortante. « Le pouvoir sortant a été battu, et les Français ont exprimé leur volonté de rejeter la politique menée depuis sept ans. Comment voulez-vous que les Français comprennent que d’un coup nous nous retrouvions ensemble pour gouverner, à l’exclusion d’une partie de ceux qui ont fait campagne avec nous ? », a expliqué le député de Seine-et-Marne.

Le retour des sociaux-démocrates

Mais Olivier Faure risque aussi de devoir composer avec les sociaux-démocrates, ragaillardis par le score de Raphaël Glucksmann aux européennes et le retour de François Hollande dans le jeu politique. Certains estiment au sein du parti à la rose que le contexte électoral, avec la mise en place d’un barrage républicain contre le RN, appelle à un élargissement au-delà des seuls rangs de la gauche, et donc à la construction d’une coalition plus large, qui pourrait notamment lorgner du côté de l’aile gauche de la macronie. Un stratège socialiste nous parle même de « coalition à l’allemande ».

Lors du dernier congrès du PS, le texte d’orientation d’Hélène Geoffroy a réuni 20,34 % des voix. Elle y dénonce le rapprochement avec la gauche radicale de Jean-Luc Mélenchon, mis en place lors des dernières législatives en 2022, et qui a fait du PS « une filiale de LFI ». L’édile avait reçu le soutien d’un millier d’élus, dont quatre sénateurs, parmi lesquels Marie-Arlette Carlotti, ancienne ministre de François Hollande, et Hussein Bourgi, sénateur de l’Hérault.

Dans la même thématique

Paris: Lucie Castets
7min

Politique

« Exigeante », « politique », « âpre négociatrice » : le profil de Lucie Castets par les sénateurs qui l’ont côtoyée

Cette haute fonctionnaire de 37 ans, issue de la société civile et très marquée à gauche, a été choisie par le Nouveau Front populaire comme candidate au poste de Première ministre. Au Sénat, plusieurs élus ont été amenés à travailler avec elle à la mairie de Paris. Ils saluent ses aptitudes, et l’appellent désormais à engager une « bataille de l’opinion » pour pousser Emmanuel Macron à la nommer à Matignon.

Le

Paris Olympics
6min

Politique

Candidature du NFP à Matignon : Emmanuel Macron « botte en touche en disant qu’on va d’abord s’occuper des JO »

Mardi 23 juillet, Emmanuel Macron a donné sa première longue interview télévisée depuis la dissolution et les législatives. L’occasion pour le président de la République de livrer son analyse du scrutin, de temporiser et de refuser net la candidate du Nouveau Front populaire pour Matignon. Analyse de cette prestation avec l’expert en communication Philippe Moreau-Chevrolet.

Le

Emmanuel Macron interview sur France TV
4min

Politique

Emmanuel Macron est-il contraint de nommer Lucie Castets Première ministre ?

Hier, le Nouveau Front populaire s’est accordé sur le nom de Lucie Castets comme candidate au poste de Première ministre. Emmanuel Macron a balayé cette candidature considérant que cela n’était « pas le sujet ». Ce matin, Lucie Castets a demandé au Président de la République « de prendre ses responsabilités et de la nommer Première ministre ». Si constitutionnellement rien ne le contraint à nommer un Premier ministre, la décision du chef de l’Etat réside dans le choix « qui lui semble le plus à même de résister à une motion de censure », selon Bastien François, professeur de sciences politiques à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Le