François Patriat : « Les présidents de groupe demandent à être concertés, mais ne proposent rien ! »

François Patriat : « Les présidents de groupe demandent à être concertés, mais ne proposent rien ! »

Le sénateur LREM, président du groupe RDPI, était l’invité de l’émission Parlement Hebdo. Il est revenu sur la réunion qui s’est tenue jeudi entre le Premier ministre et les présidents des groupes parlementaires dans la perspective d’un renforcement des mesures sanitaires.
Public Sénat

Par Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Jeudi à 15 heures, les présidents de groupe du Sénat se sont entretenus avec le Premier ministre Jean Castex à Matignon. Objectif des discussions : concerter dans la perspective d’un renforcement des mesures sanitaires et très probablement un nouveau confinement. Un nouveau conseil de défense se tiendra vendredi soir et devrait acter les nouvelles mesures. Mais l’exercice, ou plutôt les invités, ont agacé François Patriat. Président du groupe RDPI (LREM), il regrette que les parlementaires demandent à être concertés sans amener plus de propositions sur la table. « Lors de la réunion hier avec le Premier ministre, les présidents de groupe du Sénat n’ont pas fait de propositions mises à part une ou deux sur les écoles. Donc on demande à être consulté et on ne propose pas… Je vois déjà la polémique qui va monter ! », tance-t-il. Il poursuit : « J’ai entendu Patrick Kanner dire ‘il faut prendre les trains quand ils passent’. Je ne sais pas ce que ça veut dire ! Il y a des arrière-pensées politiques », cingle-t-il à l’adresse du président du groupe socialiste au Sénat. L’ancien baron socialiste a par ailleurs déploré que sénateurs et députés ne trouvent pas d’accord en commission mixte paritaire (CMP) sur la prolongation de l’état d’urgence sanitaire. « Je crois que la majorité sénatoriale a cherché à s’opposer partiellement au texte et qu’elle ne voulait pas un accord en CMP. Le Sénat ne voulait pas d’accord », estime-t-il.

Du reste, il a assuré qu’un vote aurait lieu au Parlement à la suite d’une prise de décision du chef de l’Etat quant à un nouveau confinement. « La situation c’est 350 morts par jour, 10 000 morts par mois, donc c’est dramatique. Une partie de la population est gravement en danger. En attendant qu’on puisse vacciner plus, pour éviter une flambée, il serait dramatique de ne pas prendre des mesures anticipées », a-t-il expliqué, indiquant qu’il ne croyait pas à un phénomène de « désobéissance civile » alors que la colère monte sur les réseaux sociaux. « Les Français sont râleurs, bougonneurs, contestataires, mais sont disciplinés », veut-il croire.

Concernant les élections régionales, François Patriat a répété qu’il était pour un report, à titre personnel, après l’élection présidentielle de 2022, mais qu’il s’en tenait à la décision du gouvernement et du Parlement de les tenir en juin 2021. « Je pense que les élections se tiendront en juin et ne pourraient être modifiées que pour des raisons sanitaires. La situation le permet-elle ? Je m’en tiens à la décision qui a été prise », argue-t-il. Mais ajoute dans la foulée : « Je pense qu’une campagne virtuelle n’est pas une vraie campagne. D’autre part, les régionales ne sont pas une exigence civique urgente. Et puis chacun a des arrière-pensées. Est-ce que la droite n’a pas d’arrière-pensées en voulant les maintenir, parce qu’elle craint qu’Emmanuel Macron soit réélu et que l’élection soit plus difficile après ? », interroge-t-il.

Dans la même thématique

François Patriat : « Les présidents de groupe demandent à être concertés, mais ne proposent rien ! »
7min

Politique

Européennes : « La tentation d’un pacte brun, à la fois sur l’écologie et les idéologies, nous menace », alerte l’écologiste David Cormand

Dans la dernière ligne droite de la campagne des européennes, trois candidats, chacun à la seconde place de leur liste, sont venus sur le plateau d’Extra Local : Céline Imart pour la liste LR, David Cormand pour la liste des Ecologistes et Guillaume Peltier pour Reconquête. Ils se sont exprimés notamment sur l’immigration, la future présidence de la Commission européenne ou le nucléaire.

Le

French Prime Minister Gabriel Attal visit in Valence
7min

Politique

Délinquance des mineurs : après l’avoir supprimée, le gouvernement veut réintroduire la comparution immédiate

Un peu plus d’un mois après ses annonces destinées à « renouer avec les adolescents et juguler la violence », Gabriel Attal a esquissé des nouvelles pistes sur la justice pénale des mineurs qu’il souhaite voir intégrer dans un projet de loi d’ici la fin de l’année, notamment la possibilité d’être jugé à partir de 16 ans en comparution immédiate. Une procédure qui avait été supprimée lors de la réforme de la justice pénale des mineurs en 2021.

Le