Frédéric Mitterrand trouve « très injuste » les reproches contre Penelope Fillon

Frédéric Mitterrand trouve « très injuste » les reproches contre Penelope Fillon

Invité d’On va plus loin sur Public Sénat, Frédéric Mitterrand, ancien ministre de la Culture sous le gouvernement de François Fillon, a tenu à défendre l’ancien premier ministre.
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Le parquet financier a ouvert une enquête autour du travail de Penelope Fillon en tant qu’attachée parlementaire, pour suspicion d’emploi fictif. Hier, François Fillon a tenu à se défendre au 20 heures de TF1 .

« Je l’ai trouvé très convaincant » a estimé Frédéric Mitterrand, qui soutient pourtant Emmanuel Macron pour la présidentielle.

« Il a rappelé que rien d’illégal ne s’était passé. Les gens qui connaissent Penelope Fillon savent que c’est une femme qui a une forte personnalité, et qu’elle est certainement, pour François Fillon, à la fois son épouse mais aussi sa meilleure conseillère ou sa conseillère la plus proche ».

L’écrivain dit « apprécier » madame Fillon, et insiste sur « sa réserve, sa retenue et la discrétion ».

« Lui faire le reproche d’avoir été une assistante parlementaire qui n’était pas omniprésente au Parlement, me semble très injuste, dans la mesure où je pense qu’elle a été omniprésente auprès de lui sur beaucoup de dossiers politiques ».

Qui aurait informé le Canard Enchaîné ? S’il assure ne pas savoir, Frédéric Mitterrand s’interroge sur les possibles bénéficiaires de cet « accident de parcours ».

« Je ne crois pas beaucoup à l’hypothèse de la vengeance. Je crois plus à l’hypothèse du désir de se débarrasser de quelqu’un qui s’est mis sur le chemin d’autres personnes qui pensaient que le pouvoir était à leur portée ».

Des personnes « un peu plus à droite » selon lui.

Dans la même thématique

Le President de la republique visite le salon international de l’agriculture
5min

Politique

Salon de l’agriculture : le grand débat, « un échec historique pour la communication de l’Élysée »

Face au tollé provoqué par l’invitation des Soulèvements de la Terre à un grand débat avec les acteurs du monde agricole, l’exécutif rétropédale et plaide une « erreur ». La FNSEA, rejointe par d’autres organisations conviées, refuse une telle rencontre. À la veille de l’ouverture du Salon de l’agriculture, le « coup politique » tenté par Emmanuel Macron semble avoir du plomb de l’aile.

Le

Paris: Macron visiting the 59th edition of the International Agriculture Fair
9min

Politique

Le Salon de l’agriculture, du « Casse-toi, pauv' con » à l’œuf jeté sur Macron, une terre fertile en prises de bec

Temps fort de la vie politique, le Salon international de l’agriculture est aussi un terrain favorable aux accrochages, avec des élus et responsables politiques à portée d’engueulade. Le tout sous l’objectif des caméras. Dans un contexte de remobilisation du monde agricole, la 60e édition du « SIA » s’annonce sous haute tension. Retour sur les incidents et autres bousculades qui ont marqué ses allés ces dernières années.

Le

Frédéric Mitterrand trouve « très injuste » les reproches contre Penelope Fillon
4min

Politique

Salon de l’agriculture : « Il y a un niveau de tension supérieur à celui qu’il y avait au moment des blocages », prévient Arnaud Rousseau

Invité de l’émission Extra Local, le patron de la FNSEA confirme qu’il ne participera pas au grand débat souhaité par l’Élysée en ouverture du Salon de l’agriculture. Point de blocage : l’invitation des Soulèvements de la Terre à la table des discussions. Pour Arnaud Rousseau, « ce n’est pas la manière de sortir de cette crise de manière constructive ».

Le