Front national: le changement de nom  validé par les militants

Front national: le changement de nom validé par les militants

Le principe d'un changement de nom du Front national a été validé par une "courte majorité" de militants du parti d'extrême...
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Le principe d'un changement de nom du Front national a été validé par une "courte majorité" de militants du parti d'extrême droite, invités à se prononcer dans un questionnaire, a indiqué jeudi la présidente du FN Marine Le Pen.

"C'est rassurant qu'il y ait une majorité pour le changement de nom car la question posée était assez anxiogène: elle ne faisait pas de proposition" de nouvelle appellation, a commenté devant quelques journalistes la dirigeante frontiste.

Marine Le Pen proposera elle-même un nouveau nom dimanche lors de son discours de clôture au congrès du FN à Lille, où elle est assurée d'être réélue. Elle est la seule candidate à sa propre succession.

La nouvelle appellation fera ensuite l'objet d'un vote des militants par courrier, dont le résultat sera connu après au moins 6 semaines.

"Seriez-vous favorables à un changement de nom du Front national?" était la question posée aux militants du FN, qui pouvaient répondre par "oui" ou par "non".

"Si oui, auriez-vous une proposition de nouveau nom?" était la question suivante.

Le nouveau nom qui sera proposé dimanche n'est connu que par "un certain nombre de personnes" et il a été énoncé par des militants dans le questionnaire, selon Mme Le Pen.

Refusant de dévoiler ce nouveau nom, Mme Le Pen a déclaré qu'elle trouvait "ringard" le nom "patriotes", déjà pris par le nouveau parti créé par son ancien conseiller Florian Philippot, qui a claqué la porte du FN en septembre. "J'ai l'impression de voir les BBR (Bleu-Blanc-Rouge) des années 80". Les fêtes BBR des militants du FN ont été organisées chaque année de 1981 à 2006 en réaction aux fêtes de l'Humanité et à l'arrivée de la gauche du pouvoir.

"J'ai toujours préféré le mot nation au mot patrie", a ajouté Mme Le Pen, pour qui le mot "front" a une connotation "militaire".

Sur France 3 dimanche, elle a écarté la possibilité que ce soit "Les nationaux" comme le suggérait le député du Gard Gilbert Collard. "Gilbert se trompe", avait-elle dit.

Marine Le Pen a confié avoir "réussi à convaincre" son père Jean-Marie Le Pen d'un changement de nom après la présidentielle de 2002, en faisant valoir que "c'était le moment". "Il était plutôt séduit mais la vieille garde l'a convaincu de ne pas le faire".

Quand elle a succédé à son père à la tête du parti en 2011, elle n'a pas voulu changer de nom "parce que c'était déjà un grand changement", préférant "faire évoluer (le parti) de manière douce".

Pour autant, Marine Le Pen a prévenu que "les choses" n'étaient "pas définitivement faites" sur le nom. Si, in fine, les militants refusent la nouvelle appellation, "ce sera +non+", a-t-elle prévenu.

Le FN a d'abord envisagé un vote par internet, mais "on ne peut pas risquer une suspicion", a expliqué Mme Le Pen.

Les militants du Front national s'exprimeront donc par voie postale, une méthode prévue dans les nouveaux statuts sur lesquels les congressistes voteront samedi.

Le Front national avait promis de publier en janvier les résultats du questionnaire, envoyé à quelque 51.000 militants à jour de cotisation, parmi lesquels 27.000 ont répondu.

La partie permettant de "mieux connaître" les militants n'a pas encore été dépouillée. Seuls les résultats de la deuxième partie sur les problématiques extérieures au mouvement seront présentés au congrès samedi.

Dans la même thématique

Paris : Deux policiers blesses par balle comissariat 13 eme arrondissment
4min

Politique

Sécurité : que proposent les grands blocs politiques pour les élections législatives ?

Ce lundi 14 juin, la campagne pour les élections législatives s’est ouverte, et les programmes des principales forces politiques ont été dévoilés. La sécurité est au cœur du débat et suscite une attention tout particulière au sein de l’opinion publique. Petit aperçu des différentes propositions et promesses sur ce sujet clivant entre les partis.

Le

Rentree scolaire Ecole Primaire Maternelle Saint-Philippe a Nice
7min

Politique

Législatives anticipées : que proposent les trois blocs sur l’éducation ?

Après le pouvoir d’achat, la sécurité et l’immigration, l’éducation divise les différents candidats aux élections législatives. Si le programme gouvernemental sur l’école est bien connu, les deux autres blocs politiques en lice pour les élections législatives prônent des mesures radicalement opposées.

Le

Paris : Auditions au MEDEF
6min

Politique

Législatives : ces sénateurs tentés par la ligne Ciotti/Bardella

Depuis l’alliance annoncée entre Éric Ciotti et Jordan Bardella aux élections législatives, les sénateurs du groupe LR du Sénat font officiellement bloc derrière la ligne d’autonomie définie par le bureau politique du parti. Mais dans cette campagne éclair, certains expriment leurs divergences. Après les 7 juillet, elles pourraient bien s’accentuer.

Le