Gaza : « On ne peut pas parler ici de massacre » estime l’ambassadrice d’Israël en France

Gaza : « On ne peut pas parler ici de massacre » estime l’ambassadrice d’Israël en France

Invitée de l’émission « On va plus loin », Aliza Bin-Noun, ambassadrice d’Israël en France, répond aux critiques de la communauté internationale, concernant le bain de sang à Gaza.
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

59 Palestiniens tués et près de 2500 blessés par l’armée israélienne à sa frontière, voilà le lourd bilan, après le transfert de l’ambassade des États-Unis à Jérusalem. La communauté internationale condamne ce bain de sang et plusieurs pays demandent une enquête. 

 « On ne peut pas parler ici de massacre » rétorque l’ambassadrice d’Israël en France, Aliza Bin-Noun. « Ce qui est arrivé c’est qu’il y a ici une entité terroriste, islamiste, djihadiste, le Hamas, qui a incité la population palestinienne, pour venir à la frontière israélienne et se faire tuer (…) Cela fait déjà quelques mois qu’ils sont engagés par rapport à cela. C’est une entité qui a l’objectif de détruire Israël (…), reconnue, même par la France, comme une entité terroriste. Et ils ont essayé d’enflammer la région. »

Pas de réaction disproportionnée de la part d’Israël, donc, pour l’ambassadrice : « La réponse est la réaction que chaque armée et chaque pays démocratique auraient prise pour défendre sa population (…) Israël a appelé la population [palestinienne] à ne pas prendre parti et à ne pas s’engager par rapport à ces manifestations qui pouvaient se terminer de manière très triste et tragique. Ce qui a été le cas hier. »

À la question de savoir si l’armée israélienne est suffisamment bien formée et encadrée, Aliza Bin-Noun répond : « Tous les soldats israéliens ont entre 18 et 21 ans (…) Il s’agit simplement d’une armée qui protège la population qui se trouve sur la frontière et qui a l’objectif de ne pas laisser les Palestiniens passer cette barrière et tuer et massacrer des Israéliens. Parce que ça c’est arrivé. »

 

De son côté, Aliza Bin-Noun se demande pourquoi des enfants palestiniens, parfois en très bas âge, étaient présents lors de la manifestation de lundi alors que celle-ci était loin d’être pacifique, selon elle : C’était des manifestations très très très violentes (…) [Les manifestants]  ont aussi utilisé des armes, ils ont aussi utilisé des bombes (…) Ils ont aussi essayé de passer la frontière et entrer en Israël pour tuer des personnes (…) On peut voir les photos, il ne s’agit pas d’une manifestation sur la place de la Concorde ou à la Bastille ! Il s’agit de personnes qui sont incitées à la haine et dont l’objectif est de tuer les Israéliens. »

Vous pouvez voir et revoir l’entretien avec Aliza Bin-Noun, en intégralité :

OVPL : Interview de l'ambassadrice d'Israël en France (en intégralité)
07:58

Dans la même thématique

France Macron
10min

Politique

Européennes : comment l’accord entre l’UDI et Renaissance se « deale » au plus haut niveau

Ce sera officiel lors d’un conseil national de l’UDI, le 23 mars, mais le principe a été acté au plus au niveau. Le parti centriste va faire liste commune avec Renaissance pour les élections européennes. Emmanuel Macron a reçu en début d’année le sénateur Hervé Marseille, patron de l’UDI, pour conclure l’accord. Reste à définir les places sur la liste. Pour l’UDI, le nom de l’ex-sénatrice Valérie Létard est cité…

Le