Georges Fenech : « nous allons vers une défaite programmée »

Georges Fenech : « nous allons vers une défaite programmée »

Le député du Rhône, à la tête des parlementaires favorables à un plan B, assure sur Public Sénat et LCP n’être « jamais revenu en arrière ». Il appelle, une nouvelle fois, le candidat de la droite à renoncer et à « prendre toutes ses responsabilités ».
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

À la tête de la fronde des parlementaires LR qui réclament le retrait de François Fillon depuis des jours, le député maintient sa position. Invité de Parlement Hebdo sur Public Sénat et LCP, Georges Fenech réaffirme être « pour cette solution », précisant que « ce n’est pas trahir sa famille politique que de le dire ». « Je suis très pessimiste. Je vois bien, au contact direct des électeurs, que nous sommes en train d’aller vers une défaite annoncée et programmée, cela m’inquiète énormément. Nous avions un boulevard, quel gâchis », se désespère ce proche de Nicolas Sarkozy, avec lequel il affirme n’avoir eu aucun contact ces derniers jours.

Georges Fenech appelle de nouveau François Fillon à renoncer
01:41

« Au-delà de sa personne, c’est tout l’avenir du pays qui en jeu, et j’allais dire aussi, de l’Europe. »

« Je regrette qu’il n’y ait pas eu une plus grande mobilisation »

Interrogé sur l’issue réunion des frondeurs de son camp ce lundi soir, Georges Fenech a affiché sa déception :

« Oui je regrette qu’il n’y ait pas eu une plus grande mobilisation, notamment mardi dernier. La mobilisation, il faut le reconnaître, s’est faite en faveur de François Fillon. Mais il y a ce qu’il ce dit ouvertement, et puis évidemment ce que nous disons entre nous ». Pas un « manque de courage », selon lui, mais l’expression d’une « forme de discipline » et d’un parti qui « se serre les coudes » en cas de difficultés. Selon le député, « une bonne vingtaine de personnes » étaient « en contact par téléphone ou par email » avec son groupe présent au Bourbon lundi soir.

Malgré l’annulation demande de réunion du bureau politique des Républicains, Georges Fenech assure n’être « jamais revenu en arrière ».

Dans ce contexte, les frondeurs risqueront-ils un nouvel appel ? « Je n’exclus rien aujourd’hui. J’attends de voir l’évolution. Tous les jours on guette ce qui se passe. »

« S’il se maintient jusqu’au bout, il est évident que je voterai pour lui. »

« François Fillon fait la même analyse que moi »

Dans son plaidoyer pour le plan B, le député rappelle les déclarations tenues par le candidat face au groupe mardi. « Je crois qu’au fond François Fillon fait la même analyse que celle que je fais. Il voit bien que la situation est compliquée : il nous l’a dit en réunion mardi. […]  Il a bien envisagé cette situation [le plan B, NDLR] : c’est tout à son honneur d’avoir une espèce de sacrifice personnel dans l’intérêt du pays. Là où je diverge avec lui, c’est sur sa conclusion il n’y a pas de plan B. Moi je ne peux pas croire que dans ma famille politique il n’y ait pas de personnalité ».

En attendant, l’ancien magistrat considère que « judiciairement, François Fillon peut tenir » et  qu’« il n’y a pas d’empêchement à caractère juridique », mais qu’en cas de citation directe, « ce sera très lourd à porter ».

Dans la même thématique

Le President de la republique visite le salon international de l’agriculture
5min

Politique

Salon de l’agriculture : le grand débat, « un échec historique pour la communication de l’Élysée »

Face au tollé provoqué par l’invitation des Soulèvements de la Terre à un grand débat avec les acteurs du monde agricole, l’exécutif rétropédale et plaide une « erreur ». La FNSEA, rejointe par d’autres organisations conviées, refuse une telle rencontre. À la veille de l’ouverture du Salon de l’agriculture, le « coup politique » tenté par Emmanuel Macron semble avoir du plomb de l’aile.

Le

Paris: Macron visiting the 59th edition of the International Agriculture Fair
9min

Politique

Le Salon de l’agriculture, du « Casse-toi, pauv' con » à l’œuf jeté sur Macron, une terre fertile en prises de bec

Temps fort de la vie politique, le Salon international de l’agriculture est aussi un terrain favorable aux accrochages, avec des élus et responsables politiques à portée d’engueulade. Le tout sous l’objectif des caméras. Dans un contexte de remobilisation du monde agricole, la 60e édition du « SIA » s’annonce sous haute tension. Retour sur les incidents et autres bousculades qui ont marqué ses allées ces dernières années.

Le

Georges Fenech : « nous allons vers une défaite programmée »
4min

Politique

Salon de l’agriculture : « Il y a un niveau de tension supérieur à celui qu’il y avait au moment des blocages », prévient Arnaud Rousseau

Invité de l’émission Extra Local, le patron de la FNSEA confirme qu’il ne participera pas au grand débat souhaité par l’Élysée en ouverture du Salon de l’agriculture. Point de blocage : l’invitation des Soulèvements de la Terre à la table des discussions. Pour Arnaud Rousseau, « ce n’est pas la manière de sortir de cette crise de manière constructive ».

Le