Gérard Larcher et les sénateurs LR appellent Éric Ciotti à démissionner de la présidence du parti

Gérard Larcher et les sénateurs LR appellent Éric Ciotti à démissionner de la présidence du parti

L’appel d’Éric Ciotti à constituer une alliance avec le Rassemblement national suscite la stupéfaction dans les deux groupes parlementaires du parti. Au Sénat, Gérard Larcher et les sénateurs LR demandent à Éric Ciotti de démissionner de ses fonctions de président du parti.
Guillaume Jacquot

Temps de lecture :

4 min

Publié le

Mis à jour le

Jour 2 après la dissolution de l’Assemblée nationale, une déflagration politique majeure ébranle la droite. Les propos d’Éric Ciotti à la mi-journée ont fait l’effet d’une bombe. « Nous avons besoin d’une alliance, en restant nous-mêmes, […] avec le Rassemblement national et avec ses candidats », a appelé le président de LR, à trois semaines du premier tour des législatives.

« J’estime qu’il ne peut plus présider notre mouvement »

Au Sénat, où la droite était réunie comme chaque mardi matin, les parlementaires LR ont non seulement fermé la porte à tout accord de ce type, ils ont aussi appelé Éric Ciotti à quitter la tête du parti. « J’estime qu’il ne peut plus présider notre mouvement et doit se démettre de son mandat de président des Républicains », a réagi sur X (ex-Twitter) Gérard Larcher, le président du Sénat.

« J’ai eu Éric Ciotti au téléphone à plusieurs reprises lundi et je l’ai même rencontré, il ne m’a rien dit. Un parti politique, ce n’est pas seulement une personne », a dénoncé également Bruno Retailleau, le président du groupe LR. Son homologue à l’Assemblée nationale, Olivier Marleix, a aussi indiqué qu’Éric Ciotti « n’engage que lui ».

Départs du parti

De nombreux sénateurs LR, abasourdis, ont fait part de leur consternation sur X. « Les positions personnelles d’Éric Ciotti sont irresponsables et n’ont pas été approuvées par nos instances LR qui gardent leur ligne d’indépendance et d’autonomie ! » a exigé le sénateur Marc-Philippe Daubresse.

Des sénateurs de premier plan sont prêts à claquer la porte du parti. « S’il ne quitte pas de lui-même le parti, je n’hésiterais pas, comme beaucoup de mes collègues sénateurs, à rendre ma carte », a ainsi fait savoir Jean-François Rapin, président de la commission des affaires européennes et proche de Xavier Bertrand. Ancienne présidente de la commission des affaires économiques, Sophie Primas a déjà pris sa décision. « Au regard des déclarations de M. Éric Ciotti, à contrecœur, et après des années au RPR puis à l’UMP puis aux Républicains, je quitte ce mouvement. L’occasion pour la droite de se reconstruire et d’écrire une nouvelle histoire », a considéré la sénatrice des Yvelines. Le rapporteur général du budget, Jean-François Husson, rend lui aussi sa carte.

« Ce président est obnubilé par ses intérêts personnels »

« J’appelle à la démission immédiate d’Éric Ciotti. Les Républicains ne lui appartiennent pas. Nous sommes les héritiers du gaullisme et de Jacques Chirac. Pas la peste brune », s’est exclamée la sénatrice Marie-Claire Carrère-Gée, ancienne secrétaire générale adjointe de l’Élysée sous la seconde présidence de Jacques Chirac.

Philippe Bas, autre chiraquien historique, a aussi formulé la même demande. « Éric Ciotti ne peut plus rester le président du parti créé par Jacques Chirac pour unir la droite et le centre après sa victoire de 2002 contre Jean-Marie Le Pen. Il ne peut plus parler en notre nom. »

« Ce président est obnubilé par ses intérêts personnels. Il a oublié la grande histoire de notre parti, héritier du gaullisme. Éric Ciotti doit quitter la présidence de LR et le parti », a écrit Michel Bonnus, sénateur LR du Var.

À l’Assemblée nationale, les réactions sont de la même teneur. « Nous savons désormais qu’en juin 1940, Éric Ciotti n’aurait jamais traversé la Manche », a grincé le député Julien Dive.

Interrogé en direct devant le siège du parti, Éric Ciotti a refusé tout départ de ses fonctions. « Je ne céderai pas », a tonné le député des Alpes-Maritimes, soulignant tenir son mandat « des militants ».

Dans la même thématique

Gérard Larcher et les sénateurs LR appellent Éric Ciotti à démissionner de la présidence du parti
3min

Politique

« La France aux abonnés absents le mois où tout se joue dans l’Union » selon l’eurodéputé socialiste Christophe Clergeau

Alors que la montée de l’extrême droite en Europe a été limitée aux élections européennes (quelques dizaines de sièges de gagnés pour les groupes de droite radicale sur les 720 du Parlement européen), le score du Rassemblement national et de Reconquête (37% des voix au total) en France représente un séisme politique en France mais aussi dans l’Union européenne. Le Premier ministre polonais et pro-européen Donald Tusk, malgré la victoire de son parti dimanche contre la droite ultraconservatrice du PiS (Droit et Justice), a fait part de « sa terrible tristesse » après l’annonce de la victoire de l’extrême droite en France.

Le

France : Conference de presse Nouveau Front Populaire
6min

Politique

Le programme des 100 premiers jours du « Nouveau Front populaire » 

Pouvoir d’achat, salaire, énergie, Gaza… Le « Nouveau Front populaire », qui rassemble les principaux partis de gauche, a dévoilé les mesures-clés de son programme commun de gouvernement en cas d’accession au pouvoir à l’issue des législatives anticipées.

Le

France : Conference de presse Nouveau Front Populaire
5min

Politique

Nouveau Front populaire : la répartition des circonscriptions est bouclée, les partis désignent leurs candidats

Dans la soirée de jeudi, le Parti socialiste, la France insoumise, le Parti communiste et les Ecologistes, ainsi que plusieurs autres petits partis de gauche, ont scellé leur accord, actant la naissance du Nouveau Front populaire pour faire face au Rassemblement National. Dépassées, donc, les querelles sur les répartitions des circonscriptions. Pourtant, plusieurs cas posaient problème.

Le