Gérard Larcher : « Je suis sans réserve aux côtés de François Fillon »

Gérard Larcher : « Je suis sans réserve aux côtés de François Fillon »

Invité de l’émission « L’épreuve de vérité », Gérard Larcher, le président du Sénat veut tourner la page des affaires et rassembler au maximum autour du candidat Fillon qu’il dit soutenir « sans réserve ».
Public Sénat

Par Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Le président du Sénat, Gérard Larcher se veut confiant après l’annonce de la mise en examen de François Fillon pour détournement de fonds publics et recel d’abus de biens sociaux, mardi 14 mars : « On savait depuis près de deux semaines que la mise en examen était au bout du chemin. Elle est actée aujourd’hui. C’est l’aboutissement d’une séquence qui, au fond, à empêcher le déroulement normal de la campagne électorale (…) Aujourd’hui à cinq semaines, la campagne va reprendre ses droits puis les Français se détermineront et ils choisiront ».

Gérard Larcher veut le rassemblement autour de son candidat et il le répète : « Je suis sans réserve aux côtés de François Fillon et je le soutiens ».

Pour rassembler, le président de la Haute-Assemblée pense qu’il faut parler projet, « projet contre projet, vision de la société contre vision de la société ». « François Fillon est le seul qui porte un projet qui peut redresser le pays » insiste-t-il. « C’est d’abord un homme qui croit au  dialogue social » poursuit-il. Et du dialogue, il va en falloir puisqu’il va s’agir de supprimer les 35h : « Dans la fonction publique, le passage à 39h est une question d’équilibre, par rapport aux salariés du privé. Il s’ouvrira dans chaque fonction publique une négociation entre l’Etat et les organisations syndicales (…) C’est l’occasion de rouvrir des négociations dans la fonction publique, qui n’ont pas eu lieu depuis des années ».

Révélations du JDD, Gérard Larcher : "Je suis très serein"
02:15

Face aux nouvelles révélations du JDD, dimanche 12 mars, concernant l’enquête sur des soupçons d’emplois fictifs et de détournements de fonds au profit de sénateurs de l’ex-UMP, le président du Sénat se dit « très serein » : « On sait tout depuis 2013, puisque cette affaire a été rendue publique par un autre média. Il y a maintenant un juge d’instruction (…) On va le laisser instruire ». Et d’ajouter : « Il n’y avait rien de neuf [dans cet article] et même quelques erreurs concernant les associations (…) Laissons à la sérénité de la justice le soin de dire, y compris le droit. Car je rappelle qu’à l’époque, il n’y avait pas de règle. Les règles, nous les avons mises en place, c’est la réforme de 2014 ici au Sénat. Et cette réforme sur les groupes a reçu le soutien de chaque président de groupe ».

Dans la même thématique

Paris: Lucie Castets
7min

Politique

« Exigeante », « politique », « âpre négociatrice » : le profil de Lucie Castets par les sénateurs qui l’ont côtoyée

Cette haute fonctionnaire de 37 ans, issue de la société civile et très marquée à gauche, a été choisie par le Nouveau Front populaire comme candidate au poste de Première ministre. Au Sénat, plusieurs élus ont été amenés à travailler avec elle à la mairie de Paris. Ils saluent ses aptitudes, et l’appellent désormais à engager une « bataille de l’opinion » pour pousser Emmanuel Macron à la nommer à Matignon.

Le

Paris Olympics
6min

Politique

Candidature du NFP à Matignon : Emmanuel Macron « botte en touche en disant qu’on va d’abord s’occuper des JO »

Mardi 23 juillet, Emmanuel Macron a donné sa première longue interview télévisée depuis la dissolution et les législatives. L’occasion pour le président de la République de livrer son analyse du scrutin, de temporiser et de refuser net la candidate du Nouveau Front populaire pour Matignon. Analyse de cette prestation avec l’expert en communication Philippe Moreau-Chevrolet.

Le

Emmanuel Macron interview sur France TV
4min

Politique

Emmanuel Macron est-il contraint de nommer Lucie Castets Première ministre ?

Hier, le Nouveau Front populaire s’est accordé sur le nom de Lucie Castets comme candidate au poste de Première ministre. Emmanuel Macron a balayé cette candidature considérant que cela n’était « pas le sujet ». Ce matin, Lucie Castets a demandé au Président de la République « de prendre ses responsabilités et de la nommer Première ministre ». Si constitutionnellement rien ne le contraint à nommer un Premier ministre, la décision du chef de l’Etat réside dans le choix « qui lui semble le plus à même de résister à une motion de censure », selon Bastien François, professeur de sciences politiques à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Le