Gérard Larcher : « une volonté de voir exister un contre-pouvoir parlementaire »

Gérard Larcher : « une volonté de voir exister un contre-pouvoir parlementaire »

Le président du Sénat a salué ces élections soulignant que les élus locaux réclamaient d’une relation de confiance et de respect avec l’exécutif.
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

« Cette élection clôt une année électorale exceptionnelle, qui aura bouleversé les schémas traditionnels » a souligné Gérard Larcher, dans une allocution. «  Apres les élections législatives, tous les pouvoirs étaient détenus par une majorité issue de l’élection présidentielle. Les grands électeurs ont aujourd’hui conforté la majorité sénatoriale » affirme le président du Sénat.

« Ils ont clairement affiché la volonté de voir exister un contre-pouvoir parlementaire, indispensable à mes yeux au fonctionnement équilibré de la démocratie » poursuit-il. « Nous allons ensemble poursuivre les réformes pour mieux faire la loi et contrôler le gouvernement (…) Le message envoyé me parait clair : les élus locaux ont besoin de stabilité, de prévisibilité. Ils ont besoin d’une relation de confiance et de respect avec l’exécutif. Respect et confiance qui ont parfois manqué ces derniers temps. »

Gérard Larcher a rappelé qu’il serait candidat à sa propre succession. « Le 2 octobre, je présenterai à mes collègues ma candidature à la présidence du Sénat (…) S’ils me font confiance, nous poursuivons ensemble notre mission au service de la France. » Dans son fief des Yvelines, la liste du président du Sénat a obtenu 5 des 6 sièges.

Dans la même thématique

Paris: Jordan Bardella  debate with France’s Prime Minister Gabriel Attal
9min

Politique

Ecologie : un séminaire du gouvernement pour « montrer que l’engagement n’a pas diminué »… à dix jours des européennes

Le premier ministre Gabriel Attal a rassemblé ses ministres pour « faire le bilan » de l’action de l’exécutif en matière d’environnement, avant des annonces attendues en juin sur le plan d’adaptation au réchauffement. De quoi faire une piqûre de rappel aux électeurs macronistes déçus, juste avant les européennes. Matignon plaide le « hasard de calendrier ».

Le

Gérard Larcher : « une volonté de voir exister un contre-pouvoir parlementaire »
3min

Politique

Européennes : « Aujourd’hui, l’Europe est surtout guidée par des critères financiers », tance Pierre Larrouturou

38 listes pour 38 différentes visions de l’Europe. Alors que pour la majorité des listes, la campagne se fait en catimini, Public Sénat a décidé de vous permettre d’y voir plus clair, en vous présentant le programme de ces « petites » listes. Aujourd’hui, p arole à Pierre Larrouturou, tête de liste de « Changer l’Europe », qui défend « une Europe qui s’intéresse au bien-être, qui fait baisser les loyers, et qui améliore la vie quotidienne des gens ».

Le