Gérard Longuet élu président de l’Office parlementaire des choix scientifiques

Gérard Longuet élu président de l’Office parlementaire des choix scientifiques

Le sénateur LR devient le nouveau président de l’Opecst. Le député LREM et mathématicien Cédric Villani est vice-président.
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Changement à la tête de l’Opecst, l’Office parlementaire des choix scientifiques. Le sénateur LR de la Meuse, Gérard Longuet, a été élu ce jeudi matin président de l’office parlementaire. Le mathématicien Cédric Villani, devenu député LREM, est vice-président. Il occupait jusqu’ici le poste de président. Un changement qui intervient « suite aux élections sénatoriales » a tweeté Cédric Villani.

Selon la loi, l’Opecst a pour mission « d'informer le Parlement des conséquences des choix de caractère scientifique et technologique afin, notamment, d'éclairer ses décisions ». L'office « recueille des informations, met en oeuvre des programmes d'études et procède à des évaluations ». L’Opecs est composé de 18 députés et 18 sénateurs, représentant le poids des groupes politiques. Sa présidence tourne tous les 3 ans entre un membre de l'une ou l'autre assemblée.

Défenseur des gaz de schiste

Ancien ministre de la Défense, Gérard Longuet a aussi été ministre de l’Industrie et des Télécommunications. Cette semaine, sa réaction sur Public Sénat suite aux révélations des « Paradise papers » a été pour le moins remarquée. Libéral de longue date, il a pris la défense de ceux qui pratique l’optimisation fiscale, qu’il juge parfaitement « morale », ajoutant que « les gens se battent pour garder leur pouvoir d’achat ».

Sur les questions scientifiques, c’est un défenseur des gaz de schiste. « Passer à côté, c’est criminel pour la France » avait-il affirmé en 2013 sur notre antenne. Cet ancien président de la région Lorraine défend aussi depuis longtemps le centre d’enfouissement de déchets nucléaires de Bure, dans la Meuse. En 2016, il a pu faire adopter au Sénat sa proposition de loi permettant de lancer les travaux du centre (voir notre article). Le projet était soutenu par Emmanuel Macron. En tant que ministre de l’Economie, il avait signé le décret d’application du texte aux côtés de François Hollande.

Dans la même thématique

Paris: Jordan Bardella  debate with France’s Prime Minister Gabriel Attal
9min

Politique

Ecologie : un séminaire du gouvernement pour « montrer que l’engagement n’a pas diminué »… à dix jours des européennes

Le premier ministre Gabriel Attal a rassemblé ses ministres pour « faire le bilan » de l’action de l’exécutif en matière d’environnement, avant des annonces attendues en juin sur le plan d’adaptation au réchauffement. De quoi faire une piqûre de rappel aux électeurs macronistes déçus, juste avant les européennes. Matignon plaide le « hasard de calendrier ».

Le

Gérard Longuet élu président de l’Office parlementaire des choix scientifiques
3min

Politique

Européennes : « Aujourd’hui, l’Europe est surtout guidée par des critères financiers », tance Pierre Larrouturou

38 listes pour 38 différentes visions de l’Europe. Alors que pour la majorité des listes, la campagne se fait en catimini, Public Sénat a décidé de vous permettre d’y voir plus clair, en vous présentant le programme de ces « petites » listes. Aujourd’hui, p arole à Pierre Larrouturou, tête de liste de « Changer l’Europe », qui défend « une Europe qui s’intéresse au bien-être, qui fait baisser les loyers, et qui améliore la vie quotidienne des gens ».

Le