Gifle à Emmanuel Macron : échange tendu entre Marlène Schiappa et Philippe Bas sur la sécurité du président

Gifle à Emmanuel Macron : échange tendu entre Marlène Schiappa et Philippe Bas sur la sécurité du président

Auditionnée dans le cadre de l’examen du projet de loi relatif à la prévention d’actes de terrorisme et au renseignement, Marlène Schiappa a été surprise d’être interrogée sur la sécurité du chef de l’Etat par le sénateur LR, Philippe Bas. Un échange non sans rappeler l’ambiance de la commission d’enquête Benalla.
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

En pleine audition sur le projet de loi de lutte antiterroriste, Marlène Schiappa a eu droit à une « question d’actualité ». Au lendemain de la gifle reçue par Emmanuel Macron lors d’un déplacement dans la Drôme, le questeur du Sénat, Philippe Bas a souhaité savoir avec insistance « si un débriefing avait eu lieu entre les responsables du service de la sécurité présidentielle. Est-ce qu’on a observé des lacunes ? » De quoi rappeler l’ambiance de la commission d’enquête Benalla, dont il était le président, tant les échanges ont fini par se tendre.

La ministre a d’abord argué qu’en vertu de la séparation des pouvoirs elle n’était pas habilitée à communiquer « sur cette enquête ». Une réponse loin de satisfaire Philippe Bas qui lui a rappelé la prérogative de contrôle du Parlement sur l’exécutif. « Nous connaissons très bien le principe de la séparation des pouvoirs. Je n’empiète nullement sur les prérogatives de la justice, je me borne à l’exercice d’une mission qui est celle du Parlement prévue par la Constitution […] Vous avez le droit de pas répondre à ma question. Si vous pensez qu’après un tel évènement, il n’y a pas lieu d’évaluer les risques auxquels le président de la République peut être confronté […] C’est votre droit le plus strict », a-t-il rétorqué, précisant que la réponse pouvait être apportée ultérieurement.

Des mots qui ont quelque peu agacé Marlène Schiappa. « Ai-je besoin de vous répondre ? Alors oui, je partage la préoccupation et je souhaite que la sécurité du Président soit bien assurée », a-t-elle ironisé avant d’ajouter : « Je suis une humble ministre déléguée à la citoyenneté qui vient vous répondre à cette audition au pied levé (Elle remplaçait Gérald Darmanin sur la question de la loi SILT). Il ne m’appartient pas de prendre en charge l’évaluation du service sécurité de l’Elysée […] Je n’ai pas d’éléments. Je ne suis pas fondée à en avoir, ni à les partager avec vous ». (voir l’échange ci-dessus)

 

 

Dans la même thématique

Migration Europe
6min

Politique

Pacte européen asile et migration : qu'ont voté les eurodéputés français ?

Soutenu par les sociaux-démocrates et la droite européenne, le pacte asile et migration a été adopté au Parlement européen. Mais, contrairement à leurs collègues des autres États membres, Raphaël Glucksmann et François-Xavier Bellamy – têtes de liste socialiste et Les Républicains – se sont opposés au texte.

Le

Paris: weekly session of questions to the government at the Senate
3min

Politique

RIP sur l’immigration : pour Bruno Retailleau, le Conseil constitutionnel « outrepasse son rôle »

Les Républicains s’en prennent une nouvelle fois au Conseil constitutionnel après avoir vu leur proposition de référendum d’initiative partagée (RIP) sur l’immigration invalidée par les Sages. « Un nouveau tournant » pour le patron de la droite sénatoriale qui avait déjà eu des mots assez durs à l’égard de la plus haute juridiction lors de la large censure de la loi immigration.

Le