“Gilets jaunes”: Macron reçoit Castaner à l’Elysée

“Gilets jaunes”: Macron reçoit Castaner à l’Elysée

Le président Emmanuel Macron recevait le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner samedi midi à l'Elysée pour un "point de...
Public Sénat

Temps de lecture :

1 min

Publié le

Le président Emmanuel Macron recevait le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner samedi midi à l'Elysée pour un "point de situation" sur cette nouvelle journée de mobilisation des "gilets jaunes", a-t-on appris auprès de la présidence.

Alors que le chef de l'Etat doit annoncer sa réponse au grand débat et à la crise lors d'une conférence de presse jeudi, les "gilets jaunes" lui lancent un nouvel "ultimatum" avec un appel national à manifester samedi à Paris, où les autorités redoutent le retour des "casseurs".

Quelques milliers de "gilets jaunes" étaient réunis samedi vers midi dans l'est parisien à Bercy, un des points de rassemblement de cet acte 23 du mouvement, a constaté l'AFP.

Le premier "ultimatum" des "gilets jaunes" avait donné lieu le 16 mars à des scènes de saccages et de pillages sur les Champs-Elysées, alors que le couple présidentiel se trouvait à La Mongie, une station de sports d'hiver des Hautes-Pyrénées où Emmanuel et Brigitte Macron ont leurs habitudes.

Dans la même thématique

Deplacement du Premier Ministre a Viry-Chatillon
7min

Politique

Violence des mineurs : le détail des propositions de Gabriel Attal pour un « sursaut d’autorité »

En visite officielle à Viry-Châtillon ce jeudi 18 avril, le Premier ministre a énuméré plusieurs annonces pour « renouer avec les adolescents et juguler la violence ». Le chef du gouvernement a ainsi ouvert 8 semaines de « travail collectif » sur ces questions afin de réfléchir à des sanctions pour les parents, l’excuse de minorité ou l’addiction aux écrans.

Le

Turin – Marifiori Automotive Park 2003, Italy – 10 Apr 2024
6min

Politique

Au Sénat, la rémunération de 36,5 millions d’euros de Carlos Tavares fait grincer des dents. La gauche veut légiférer.

Les actionnaires de Stellantis ont validé mardi 16 avril une rémunération annuelle à hauteur de 36,5 millions d’euros pour le directeur général de l’entreprise Carlos Tavares. Si les sénateurs de tous bords s’émeuvent d’un montant démesuré, la gauche souhaite légiférer pour limiter les écarts de salaires dans l’entreprise.

Le