Gilles Le Gendre : « Sur la PMA, le Sénat n’a pas été à la hauteur de ses responsabilités »

Gilles Le Gendre : « Sur la PMA, le Sénat n’a pas été à la hauteur de ses responsabilités »

L’ancien président du groupe LREM à l’Assemblée nationale était l’invité de « Parlement Hebdo ». Le député de Paris estime que la droite sénatoriale a « pris en otage » le texte sur la bioéthique, car ses représentants sont « obsédés » par l’élection présidentielle.
Public Sénat

Par Pierre Maurer

Temps de lecture :

3 min

Publié le

C’est l’histoire d’un « couac » qui a mis le feu au Sénat. A la suite d’un imbroglio, les élus de la chambre Haute ont rejeté l’article 1 ouvrant la PMA à toutes les femmes dans la plus grande confusion. Les sénateurs de gauche se sont empressés de dénoncer un examen « ubuesque » et « un désordre législatif », pointant la responsabilité du chef du groupe des sénateurs Les Républicains, Bruno Retailleau. Qui a lui vilipendé dans un communiqué l’attitude de… la gauche. Pour couronner le tout, Gérard Larcher a tancé le rôle de la majorité sénatoriale de droite, dans une pique à peine voilée à Bruno Retailleau. « Je regrette que le Sénat ait laissé passer sa chance d’améliorer le texte », a dit le président du Sénat en conférence de presse jeudi.

« Tout d’un coup tout se déglingue »

Les marcheurs n’en attendaient pas plus pour tirer à boulet rouge sur la droite. « J’entends l’autocritique du président Larcher ! Il a tout dit, le Sénat n’a pas été à la hauteur de ses responsabilités et de la continuité des engagements qu’il avait pris ! », a tancé Gilles Le Gendre ce vendredi dans « Parlement Hebdo ». L’ancien président du groupe LREM à l’Assemblée, redevenu simple député de Paris n’a pas manqué de souligner les fractures qui traversent les Républicains : « A quelle droite avons-nous à faire ? Avec combien de « S » à droite ? » Il poursuit : « Nous avions réussi à mettre le débat à bon niveau à l’Assemblée et au Sénat, et puis tout d’un coup tout se déglingue. Que s’est-il passé entre-temps ? Ce sont les luttes internes de la droite qui prennent la PMA en otage ? Il y a combien de femmes qui attendent ce texte ? »

« La droite est divisée et obsédée par l’élection présidentielle »

Selon lui, la raison tient en un chiffre : 2022. « Ce qui fait que ça trébuche, c’est une raison politique. La droite est divisée et obsédée par l’élection présidentielle notamment au Sénat, où un certain nombre de ses leaders peuvent concourir à cette élection. Ils ont pris en otage ce texte, c’est leur droit. Nous allons rétablir ça à l’Assemblée », promet-il. A l’écouter, aucun doute, la PMA pour toutes les femmes en couple ou célibataires aura bien lieu. « Elle sera votée et adoptée définitivement à la fin de ce quinquennat. Nous aurions aimé que les choses aillent plus vite mais cette promesse sera tenue ! Je le dis de façon définitive. La PMA sera adoptée dans notre pays », insiste Gilles Le Gendre.

Reste encore aux députés et sénateurs à se mettre d’accord en commission mixte paritaire (CMP). « Quand j’entends le président Larcher, je me dis que le Sénat est peut-être en train de se ressaisir. Nous sommes évidemment prêts à aller chercher cet accord en CMP », convient Gilles Le Gendre. Mais il prévient : « PMA pour toutes, pour femmes en couple ou seules, remboursée par la Sécu, ce sont des lignes rouges absolues ! »

Dans la même thématique

Paris : Deux policiers blesses par balle comissariat 13 eme arrondissment
4min

Politique

Sécurité : que proposent les grands blocs politiques pour les élections législatives ?

Ce lundi 14 juin, la campagne pour les élections législatives s’est ouverte, et les programmes des principales forces politiques ont été dévoilés. La sécurité est au cœur du débat et suscite une attention tout particulière au sein de l’opinion publique. Petit aperçu des différentes propositions et promesses sur ce sujet clivant entre les partis.

Le

Rentree scolaire Ecole Primaire Maternelle Saint-Philippe a Nice
7min

Politique

Législatives anticipées : que proposent les trois blocs sur l’éducation ?

Après le pouvoir d’achat, la sécurité et l’immigration, l’éducation divise les différents candidats aux élections législatives. Si le programme gouvernemental sur l’école est bien connu, les deux autres blocs politiques en lice pour les élections législatives prônent des mesures radicalement opposées.

Le

Paris : Auditions au MEDEF
6min

Politique

Législatives : ces sénateurs tentés par la ligne Ciotti/Bardella

Depuis l’alliance annoncée entre Éric Ciotti et Jordan Bardella aux élections législatives, les sénateurs du groupe LR du Sénat font officiellement bloc derrière la ligne d’autonomie définie par le bureau politique du parti. Mais dans cette campagne éclair, certains expriment leurs divergences. Après les 7 juillet, elles pourraient bien s’accentuer.

Le