Gilles Platret : « Si Damien Abad veut être honnête avec les idées qu’il a défendues, il doit démissionner », de la présidence du groupe LR à l’Assemblée

Gilles Platret : « Si Damien Abad veut être honnête avec les idées qu’il a défendues, il doit démissionner », de la présidence du groupe LR à l’Assemblée

Alors que la nomination du nouveau gouvernement est attendue dans les prochains jours, le LR Gilles Platret lance sur Public Sénat un avertissement aux membres de sa famille politique qui seraient tentés de rejoindre la majorité. En ligne de mire : Damien Abad, le président du groupe LR à l’Assemblée nationale, et dans la circonscription duquel aucun candidat Renaissance n’a été investi.
Romain David

Temps de lecture :

4 min

Publié le

Mis à jour le

Élisabeth Borne a été nommée Première ministre lundi par Emmanuel Macron. À présent que le nom de la cheffe de gouvernement est connu, une seconde séquence devrait s’ouvrir rapidement, celle de nominations ministérielles. La valse des investitures pourrait semer la confusion chez une partie des oppositions, au regard des nombreux débauchages opérés durant la campagne présidentielle, en particulier dans les rangs des Républicains. « Je sais bien que des approches ont été faites », a confié mardi matin le maire LR de Chalon-sur-Saône, Gilles Platret, qui était invité de notre matinale, « Bonjour chez vous ».

« J’ai toujours souhaité la clarté. Nous sommes dans une démocratie, on a le droit d’avoir des idées différentes des uns et des autres. Mais on a un devoir : arrêter d’en changer toutes les 5 minutes en fonction des opportunités. On peut vivre une vie extraordinaire sans devenir ministre ! », s’agace cet élu. En mémoire : l’entrée au gouvernement, en 2017, de trois poids lourds de la droite : Edouard Philippe, Bruno Le Maire et Gérald Darmanin. Faut-il s’attendre à une nouvelle fuite des cerveaux alors que des personnalités comme Éric Woerth, Christian Estrosi, Renaud Muselier, Catherine Vautrin ou encore Natacha Bouchart, ont déjà apporté leur soutien au chef de l’Etat ?

« Je le dis à certains des miens qui sont souvent tentés de faire des contorsions gymniques, pour arriver à se contredire, à être en cour et ainsi rentrer au gouvernement : cela leur fera une ligne sur leur fiche Wikipédia, mais n’apportera rien au débat politique », avertit Gilles Platret. « Quand on a un ralliement de ce genre, il faut voir les effets désastreux que cela produit sur nos compatriotes », observe-t-il. « La prise de guerre donne l’image d’une absence de conviction et d’une démocratie qui est en train de se déliter. […] Je sais que la tentation est grande, j’espère qu’ils n’y céderont pas. Ils vont jouir d’une gloire éphémère, mais porteront surtout un opprobre qui va durer longtemps. »

Le cas Damien Abad dans le viseur des LR

Cet avertissement est-il adressé à Damien Abad, le président du groupe LR à l’Assemblée nationale ? « Entre autres », admet Gilles Platret. Le député de l’Ain est suspecté par sa famille politique de négocier une place dans le futur gouvernement depuis qu’il a rencontré l’ex-LR Thierry Solère, l’un des conseillers politiques d’Emmanuel Macron. Lundi, c’est le député Aurélien Pradié qui a sonné la charge contre son collègue. « Je lui demande à lui, comme aux autres, de cesser de prendre ses amis, ses collègues, et les Français, pour des imbéciles, ça ferait du bien à la démocratie […] Arrêtons d’avoir le cul entre deux chaises », a-t-il lancé au micro d’ « Audition publique » sur Public Sénat / LCP-Assemblée nationale. En cause : l’absence de candidat Renaissance (ex-LREM) dans la circonscription de Damien Abad, un choix assumé par la majorité sortante.

Gilles Platret rappelle pour sa part que Damien Abad et Philippe Juvin ont refusé de voter en faveur de la ligne d’indépendance que Les Républicains ont choisi d’adopter pour les législatives. « Je pense qu’à ce titre-là, ne suivant pas une ligne d’indépendance, il ne peut pas rester président du groupe des députés », martèle le maire de Chalon-sur-Saône. « Qu’est-ce qu’on attend, qu’il rentre au gouvernement pour que les gros titres soient : ‘le président du groupe LR rejoint Monsieur Macron ?’ », s’agace-t-il. « Tant qu’il n’a pas franchi le pas, il n’a pas besoin d’être exclu, mais il y a des questions de logique politique et d’honnêteté intellectuelle. S’il veut être honnête avec les idées qu’il a défendues, les électeurs et les militants qu’ils l’ont aidé à être là où il est, il doit démissionner. Cela aurait déjà dû être fait », conclut Gilles Platret.

Dans la même thématique

Gilles Platret : « Si Damien Abad veut être honnête avec les idées qu’il a défendues, il doit démissionner », de la présidence du groupe LR à l’Assemblée
3min

Politique

Européennes : « Le radicalisme de gauche, c’est plus utile à la France que les débats woke, communautaristes et identitaristes », défend Guillaume Lacroix

A l’occasion des élections européennes, Public Sénat donne la parole à ce que l’on appelle communément les « petites » listes. Aujourd’hui, c’est Guillaume Lacroix, président du Parti radical de gauche (PRG) et à la tête d’ « Europe Territoires Ecologie », qui présente sa vision de l’Europe. Une liste qui se veut représenter « un centre-gauche universaliste », « laïc et républicain », « pro-européen », et « ancré dans les territoires ».

Le

ILLUSTRATION : Carte Electorale
3min

Politique

Élections européennes : tout savoir sur la campagne officielle

Du 27 mai au 6 juin, les 38 listes en lice pour les élections européennes en France sont officiellement en campagne. Pendant cette période de réserve électorale, les membres du gouvernement devront aussi limiter leurs interventions sur le terrain et leurs annonces.

Le