Gouvernement Borne I : qui sort, qui reste et qui rentre ?

Gouvernement Borne I : qui sort, qui reste et qui rentre ?

Le secrétaire général de l’Elysée, Alexis Kohler, a levé le suspense en annonçant la composition du gouvernement Borne. De nombreuses figures incontournables du gouvernement Castex, comme Gérald Darmanin ou Bruno Le Maire sont reconduits, tandis que Florence Parly, Jean-Yves Le Drian quittent l’aventure gouvernementale. Le premier gouvernement d’Elisabeth Borne compte également quelques surprises.
Public Sénat

Temps de lecture :

5 min

Publié le

Mis à jour le

Qui reste ?

Ils sont peu nombreux mais certains poids lourds du dernier gouvernement Castex, conservent leurs portefeuilles. L’ancien député de l’Eure, Bruno Le Maire reste ministre de l’Economie et des Finances. Pas de changement non plus à Beauvau, Gérald Darmanin conserve ses fonctions de ministre de l’Intérieur. Éric Dupond-Moretti reste au poste de Garde des Sceaux. Ministre délégué auprès de la ministre de l’Europe et des Affaires étrangères chargé du Commerce extérieur et de l’Attractivité, Franck Riester est également reconduit, aucun changement non plus pour Clément Beaune qui conserve les Affaires Européennes.

» Lire notre article - Découvrez la composition du gouvernement d’Élisabeth Borne

Jeu de chaises musicales

Parmi les rescapés du gouvernement Castex, l’ancienne ministre déléguée chargée de l’Autonomie Brigitte Bourguignon succède à Olivier Véran au poste de Ministre de la Santé. Ce dernier est nommé Ministre délégué chargé des Relations avec le Parlement et de la Participation citoyenne. L’ancien titulaire du poste, Marc Fresneau devient quant à lui ministre de l’Agriculture. L’ex-ministre des Outre-Mer, Sébastien Lecornu est nommé à la tête du ministère des armées des Armées. Le porte-parolat du gouvernement est confié à Olivia Grégoire. L’ancienne députée LREM occupait le poste de secrétaire d’Etat chargée de l’Economie sociale, solidaire et responsable. Nommé Ministre du Travail, Olivier Dussopt quitte son poste de Ministre chargé des Comptes publics, fonction reprise par l’ancien porte-parole, Gabriel Attal. L’ancienne ministre de l’industrie, Agnès Pannier-Runacher se voit confier l’important portefeuille de la transition énergétique. Amélie de Montchalin reste au gouvernement, quitte la fonction publique pour reprendre le ministère de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires. Elle aura notamment la tâche de préparer la planification écologique voulue par le président de la République et esquissée pendant la campagne.

Les ex

Plusieurs figures incontournables du premier mandat quittent le gouvernement. Ministre depuis dix ans, Jean-Yves Le Drian quitte le Quai d’Orsay, poste qu’il occupait depuis l’arrivée d’Emmanuel Macron à l’Elysée. Ministre de l’Education depuis 2017, Jean-Michel Blanquer n’est plus membre du gouvernement. Son départ était connu, il est désormais officiel. Jean-Baptiste Djebbari n’est pas reconduit dans le gouvernement Borne 1. L’ancien ministre des Transports rejoint le secteur privé, plus particulièrement Hopium, une entreprise spécialisée dans les véhicules à hydrogène. Fidèle parmi les fidèles, Marlène Schiappa ne poursuit pas son expérience gouvernementale au poste de secrétaire d’Etat chargée de l’Egalité entre les femmes et les hommes. Arrivée en 2020, Barbara Pompili fait désormais partie du club des ex-ministres, l’ex ministre de la transition écologique est remplacée par Amélie de Montchalin. Roselyne Bachelot, ministre de la Culture, Julien Denormandie, aux manettes du ministère de l’Agriculture depuis juillet 2020 et Florence Parly, ministre des Armées, quittent l’aventure. Pas de promotion pour Emmanuelle Wargon, la ministre déléguée chargée du Logement depuis juillet 2020 n’est pas conservée dans ce nouveau gouvernement.

Les nouveaux venus

Surprise de ces nominations, Pap Ndiaye succède à Jean-Michel Blanquer à l’Education nationale. L’historien de 56 ans, spécialiste des Etats-Unis et de la lutte contre les discriminations devra piloter le « nouveau pacte » voulu par Emmanuel Macron avec les enseignants, le retour des mathématiques dans le tronc commun au lycée ou encore les concertations entre élus locaux, enseignants et parents d’élèves, dévoilées par le président pendant sa campagne. Autre universitaire à rejoindre le gouvernement, la présidente de l’université Paris-Saclay, Sylvie Retailleau, est nommée Ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche.

Les bruits de couloir annonçaient une « surprise XXL » pour le Quai d’Orsay, c’est finalement Catherine Colonna, ambassadrice de France à Londres et ex-ministre aux Affaires européennes sous la présidence de Jacques Chirac entre juin 2005 et juin 2007, qui occupera le poste de Ministre de l’Europe et des Affaires étrangères du premier gouvernement Borne. L’ex-représentante de la France auprès de l’UNESCO devra gérer le vent de fronde qui règne au ministère et parmi les diplomates à la suite de la suppression du corps diplomatique. Prise de guerre récente de la Macronie, la nomination de Damien Abad au gouvernement était attendue. L’ex-président du groupe LR à l’Assemblée nationale hérite du poste de ministre des Solidarités, de l’Autonomie et des Personnes handicapés.

Cette nomination distingue également plusieurs figures de la Macronie et membres de la majorité présidentielle au Parlement. Le secrétaire général de Renaissance, Stanislas Guérini remplace Amélie de Montchalin au poste de ministre de Transformation de la Fonction Publique. Le maire d’Angers et secrétaire général d’Horizons, Christophe Béchu rejoint l’équipe gouvernementale en devenant le ministre délégué chargé des Collectivités territoriales. La députée des Yvelines et présidente de la commission des Lois à l’Assemblée nationale, Yaël Braun-Pivet est nommée ministre des Outre-Mer. Elle aura la tâche ardue de gérer le dossier Calédonien et d'endiguer le phénomène de la vie chère. L’ancienne conseillère culture et communication d’Emmanuel Macron, Rima Abdul-Malak est la nouvelle locataire de la Rue-de-Valois et succède à Roselyne Bachelot en tant que Ministre de la Culture.

Dans la même thématique

Reception de la presse internationale à l’Elysee, a l’occasion des Jeux de Paris 2024
9min

Politique

Interview d’Emmanuel Macron sur les JO : « Il va s’en servir comme d’une métaphore sur le climat politique » 

Ce mardi 23 juillet au soir, Emmanuel Macron va s’exprimer pour la première fois depuis les élections législatives, lors d’une interview pour France Télévisions et Radio France. L’occasion pour lui d’expliciter « la trêve olympique et politique » qu’il a appelée hier de ses vœux. Alors quels sont les enjeux de cette intervention ?  

Le

Gouvernement Borne I : qui sort, qui reste et qui rentre ?
4min

Politique

Lutte anti-drone pour les JO : « Une priorité » pour Attal, sur laquelle les sénateurs ont alerté

A trois jours de l’ouverture de Jeux Olympiques, le premier ministre démissionnaire s’est rendu à la base militaire de Villacoublay pour se faire présenter le dispositif anti-drone. Et a révélé qu’il y a déjà « 6 drones interceptés en moyenne chaque jour » aux abords des sites olympiques. Un sujet sur lequel les sénateurs ont alerté depuis longtemps l’exécutif.

Le