Grand Paris : « Ça ne va pas être simple. Il ne faut pas se raconter que ça va être simple »

Grand Paris : « Ça ne va pas être simple. Il ne faut pas se raconter que ça va être simple »

Les invités d’ « On va plus loin » débattent du bien-fondé du projet du Grand Paris revu par Emmanuel Macron, qui a suscité un fort mécontentement des présidents des départements franciliens.  
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Les 7 présidents des départements d’Ile-de-France sont très remontés contre le projet d’Emmanuel Macron concernant la réforme du Grand Paris. Le fait que la suppression des départements franciliens plane aujourd’hui au-dessus d’eux, n’est pas étranger à cette forte grogne.

Julien Bargeton, sénateur (LREM) de Paris, qui soutient le projet, s’agace : « Nous avons à faire là à des conservatismes. Il faut avancer vers une métropole qui permette de rendre d’avantage de services, qui soit plus efficace et plus démocratique (…) Aujourd’hui, on a les communes, les territoires, les départements, la métropole et la région. Il faut regarder comment tout cela fonctionne et arriver à une forme de simplification. »

«  Il faudrait faire un diagnostic »

Stéphane Troussel, le président socialiste du Conseil départemental de Seine-Saint-Denis, fait partie de ces élus locaux mécontents : « Plutôt que de proclamer un objectif de modernisation, il faudrait faire un diagnostic. Cette métropole du Grand Paris a 19 mois de vie. On pourrait déjà peut être se dire : « Qu’est ce qui marche et qu’est ce qui ne va pas ? Qu’est-ce qu’il faut améliorer ? » (…) Paris et le Grand Paris n’ont pas de problèmes d’attractivité. Par contre, je considère qu’au sein de cette zone la plus dense, la plus riche de la région la plus riche, il y a un problème d’inégalités territoriales ».

La géographe Béatrice Giblin met en garde les acteurs de ce dossier : « On ne part pas de rien. Du passé, on ne fait pas table rase quand on décide de réorganiser quelque chose. Il faut absolument travailler avec les forces existantes et les rapports de force existants. Il n’y a pas d’aménagement exclusivement rationnel ».

« Ça ne va pas être simple. Il ne faut pas se raconter que ça va être simple » prévient-elle.

C’est peut-être ce que se dit déjà Emmanuel Macron, qui a fait repousser la conférence territoriale du Grand Paris à début novembre.   

Grand Paris – Débat intégral - On Va Plus Loin (10/10/2017)
27:39

Débat Grand Paris en intégralité

Dans la même thématique

Paris: Francois-Xavier Bellamy during a press conference
12min

Politique

Européennes : un rapprochement entre LR et le groupe d’extrême droite ECR est-il envisageable au Parlement européen ?

Alors que le compromis est la règle en Europe, la tête de liste LR aux européennes assume de voter « très souvent » au Parlement européen avec des « collègues du groupe ECR », l’un des deux groupes d’extrême droite, où siège le parti de Giorgia Meloni. La première ministre italienne pourrait se retrouver au centre des discussions au lendemain du scrutin. Au sein des LR, la prudence reste de mise, mais certains, comme Julien Aubert, vice-président du parti, plaident pour « s’allier avec ECR ».

Le

FRA – EMMANUEL MACRON – MARINE LEPEN – RN – ELYSEE
7min

Politique

Débat Macron-Le Pen sur les européennes : « S’il avait lieu, ça commencerait à poser un sérieux problème démocratique », analyse Bruno Cautrès 

A deux semaines du scrutin des européennes, Emmanuel Macron a déclaré être « prêt à débattre maintenant » avec Marine Le Pen. Alors que la liste de la majorité présidentielle, menée par Valérie Hayer, se fait largement distancer par celle de Jordan Bardella, le principe de la confrontation arrange-t-il les deux camps ? Quels sont les enjeux d’un tel débat ? Décryptage.

Le

Paris: EELV lancement campagne elections europeennes
7min

Politique

Européennes 2024 : que contient le programme des Écologistes ?

A moins de deux semaines du scrutin, les sondages sont de moins en moins favorables au parti écologiste qui pourrait ne pas atteindre le seuil des 5 %. Au long d’un programme détaillé, Marie Toussaint dévoile une vision globale du futur de l’Union européenne en mettant l’accent sur la « bifurcation sociale et écologique ».

Le