Gratuité des transports : plus adaptée pour les villes petites et moyennes, selon un rapport du Sénat

Gratuité des transports : plus adaptée pour les villes petites et moyennes, selon un rapport du Sénat

Selon un rapport d’information du Sénat, la gratuité des transports en commun convient davantage pour les villes de petite taille, mais moins pour les grandes villes. Ce rapport est un « outil pour les collectivités » souligne le sénateur Guillaume Gontard.
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

La gratuité des transports, mais à quel prix ? Le sénateur de l’Isère, Guillaume Gontard (apparenté au groupe communiste), a présenté ce jeudi son rapport d’information sur la gratuité des transports. Un rapport dont la présentation a été décalée dans le temps. En juillet, sa première mouture est mal passée en commission. Le sénateur, en échange avec la présidente de la mission d’information, la sénatrice centriste Michèle Vullien, a revu sa copie. La version finale a, elle, été adoptée à l’unanimité. « C’est assez révélateur » des « idées préconçues » et parfois très opposées, qui existent sur le sujet, reconnaît le sénateur de l’Isère. Il convient plutôt de « prendre de la hauteur et voir ce qui fonctionne ou pas ».

Le rapport tire les enseignements de la mise en place de la gratuité des transports. En France, 29 communes ou intercommunalités pratique la gratuité totale des transports collectifs, comme Dunkerque, Niort ou Châteauroux. Il en résulte que la gratuité est plus adaptée pour les villes petites ou moyenne que les métropoles. « Elle ne doit pas s’appliquer partout de la même manière. C’est un outil pour les collectivités. A elles de faire ce choix. C’est un vrai choix politique » souligne Guillaume Gontard.

« La gratuité peut être une idée pertinente quand on est dans un petit réseau qui a de l’offre, donc où les sièges sont vides. Quelque part, le maire de la ville, qui voit circuler ses bus vides avec une paupérisation de ses commerces de centre-ville, se dit qu’est-ce que je peux faire pour attirer la clientèle ? Ca a été le cas de Dunkerque » souligne Michèle Vullien, sénatrice du Rhône, apparentée au groupe Union centriste. Mais « dans d’autres villes ou les bus et métros sont pleins, c’est l’offre qu’il faut développer. Et généralement, ce que souhaite le citoyen voyageur, c’est d’aller d’un point à un autre le vite possible ». Elle ajoute que pour une ville comme Lyon, où elle est chargée des transports au sein de la métropole depuis 25 ans, la question est plutôt d’investir pour avoir « une flotte de bus moins polluants ». Regardez :

Michèle Vullien sur la gratuité des transports
02:55

Si la gratuité a un coût, Guillaume Gontard remarque que « là où elle a été mise en place, les transports étaient peu utilisés. La part de la billetterie était très faible. C’est gagnant-gagnant. Avec la gratuité, on augmente l’occupation de ces bus et le financement était déjà là ». Mais là où la billetterie représente « 25 ou 30% du budget des transports, la mise en place de la gratuité est complexe ».

Pour le sénateur de l’Isère, le sujet pose des questions plus profondes. « La gratuité doit-elle être un droit universel, comme la santé et l’éducation ? » Autre enjeu : celui de « la démobilité », face à « une course-poursuite effrénée à la mobilité ».

Dans la même thématique

Paris : Deux policiers blesses par balle comissariat 13 eme arrondissment
4min

Politique

Sécurité : que proposent les grands blocs politiques pour les élections législatives ?

Ce lundi 14 juin, la campagne pour les élections législatives s’est ouverte, et les programmes des principales forces politiques ont été dévoilés. La sécurité est au cœur du débat et suscite une attention tout particulière au sein de l’opinion publique. Petit aperçu des différentes propositions et promesses sur ce sujet clivant entre les partis.

Le

Rentree scolaire Ecole Primaire Maternelle Saint-Philippe a Nice
7min

Politique

Législatives anticipées : que proposent les trois blocs sur l’éducation ?

Après le pouvoir d’achat, la sécurité et l’immigration, l’éducation divise les différents candidats aux élections législatives. Si le programme gouvernemental sur l’école est bien connu, les deux autres blocs politiques en lice pour les élections législatives prônent des mesures radicalement opposées.

Le

Paris : Auditions au MEDEF
6min

Politique

Législatives : ces sénateurs tentés par la ligne Ciotti/Bardella

Depuis l’alliance annoncée entre Éric Ciotti et Jordan Bardella aux élections législatives, les sénateurs du groupe LR du Sénat font officiellement bloc derrière la ligne d’autonomie définie par le bureau politique du parti. Mais dans cette campagne éclair, certains expriment leurs divergences. Après les 7 juillet, elles pourraient bien s’accentuer.

Le