Grève chez les pompiers : « Les effectifs sont fatigués parce que nos missions explosent » déclare le syndicat de sapeurs-pompiers UNSA SDIS

Grève chez les pompiers : « Les effectifs sont fatigués parce que nos missions explosent » déclare le syndicat de sapeurs-pompiers UNSA SDIS

Invité de l’émission « On va plus loin », Jérôme François, secrétaire général de l'UNSA SDIS, revient sur la grève des pompiers qui a débuté le 26 juin.  
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Les pompiers sont en grève depuis mercredi 26 juin et ce jusqu’au 31 août. Malgré ce mouvement social, ils interviendront en service réduit. Mais avec cette action, les hommes du feu tiennent à exprimer leur « ras-le-bol ».

« On est victime de notre succès » explique Jérôme François, le secrétaire général de l'UNSA SDIS, un des syndicats de pompiers. « On est un service public qui répond pour tout et en tout temps » et qui colmate souvent « les carences des autres services publics » ajoute le syndicaliste.   

Interrogé sur les violences envers les pompiers, Jérôme François répond en analysant le profil des agresseurs : « Il y a les malades, ceux qui ont une pathologie psychiatrique et qui sont en rupture de traitement (…) On va avoir [aussi] des gens qui vont vouloir nous apprendre notre métier ou qui se comportent un petit peu en consommateur. Et puis la troisième catégorie ce sont des voyous qui nous tendent des traquenards, notamment à certaines dates précises de l’année. On sait que les 13 et 14 juillet sont mouvementés. »

« Une revalorisation des effectifs et des salaires »

Les pompiers réclament aujourd’hui une revalorisation des effectifs et des salaires :

« Aujourd’hui, le problème qui nous préoccupe le plus c’est les effectifs. Dans l’état actuel des choses, les effectifs sont fatigués parce que nos missions explosent ». Et les pompiers en ont marre d’intervenir pour des « missions parasites » « qui ne relèvent pas de l’urgence ».

En septembre prochain, une campagne nationale de sensibilisation sur la sécurité des pompiers, sera lancée : « C’est mieux que rien » estime Jérôme François. « Mais nous, on pense qu’il faut remettre à plat, notamment tout ce système de secours d’urgence aux personnes, à bout de souffle. On le voit, il n’y a plus de toubib dans les villes. Moi, j’ai des enfants. Régulièrement je me retrouve dans les urgences parce que je n’ai pas le choix. Je n’ai pas de médecins. SOS Médecins n’a personne à m’envoyer. Le 15 me dit « Allez aux urgences ». Je me retrouve à contribuer à bloquer les urgences. Parce que toutes les missions non urgentes que l’on fait, tous les gens que l’on va mettre dans nos ambulances (…), on va les déposer à l’hôpital. On engorge les sapeurs-pompiers et derrière on va engorger les urgences. »

 

Vous pouvez voir et revoir cet entretien, en intégralité :

OVPL. Entretien avec Jérôme François, secrétaire général de l'Unsa SDIS et pompier (en intégralité)
08:21

Dans la même thématique

Le President de la republique visite le salon international de l’agriculture
5min

Politique

Salon de l’agriculture : le grand débat, « un échec historique pour la communication de l’Élysée »

Face au tollé provoqué par l’invitation des Soulèvements de la Terre à un grand débat avec les acteurs du monde agricole, l’exécutif rétropédale et plaide une « erreur ». La FNSEA, rejointe par d’autres organisations conviées, refuse une telle rencontre. À la veille de l’ouverture du Salon de l’agriculture, le « coup politique » tenté par Emmanuel Macron semble avoir du plomb de l’aile.

Le

Paris: Macron visiting the 59th edition of the International Agriculture Fair
9min

Politique

Le Salon de l’agriculture, du « Casse-toi, pauv' con » à l’œuf jeté sur Macron, une terre fertile en prises de bec

Temps fort de la vie politique, le Salon international de l’agriculture est aussi un terrain favorable aux accrochages, avec des élus et responsables politiques à portée d’engueulade. Le tout sous l’objectif des caméras. Dans un contexte de remobilisation du monde agricole, la 60e édition du « SIA » s’annonce sous haute tension. Retour sur les incidents et autres bousculades qui ont marqué ses allés ces dernières années.

Le

Grève chez les pompiers : « Les effectifs sont fatigués parce que nos missions explosent » déclare le syndicat de sapeurs-pompiers UNSA SDIS
4min

Politique

Salon de l’agriculture : « Il y a un niveau de tension supérieur à celui qu’il y avait au moment des blocages », prévient Arnaud Rousseau

Invité de l’émission Extra Local, le patron de la FNSEA confirme qu’il ne participera pas au grand débat souhaité par l’Élysée en ouverture du Salon de l’agriculture. Point de blocage : l’invitation des Soulèvements de la Terre à la table des discussions. Pour Arnaud Rousseau, « ce n’est pas la manière de sortir de cette crise de manière constructive ».

Le